LIGER, la centrale territoriale multi-bioénergies phare en Bretagne

Article paru dans le Bioénergie International n°56 de juillet-août 2018

Vue sur le site de LIGER à Locminé, photo Liger

Dans le département du Morbihan, la ville de Locminé et son territoire ont mis en place depuis 2011, au travers de la société d’économie mixte LIGER, un centre de production de bioénergies unique en son genre afin de renforcer la transition énergétique sur son territoire. Cette centrale d’énergies qui emploie dix personnes est constituée de plusieurs équipements industriels. Elle accueille également des infrastructures pédagogiques et d’animation du territoire, avec notamment le LIGERpôle qui héberge lui-même le club Douar Agri. L’ensemble est implanté sur un terrain de 4 ha au cœur de la zone d’activités de la ville.

Le site de LIGER à Locminé, photo Liger

Un concept global

Le concept unique, mais reproductible, est original à de nombreux titres mais le premier d’entre eux est l’association d’un réseau de chaleur au bois avec une unité de méthanisation territoriale. Cette association permet en effet une complémentarité saisonnière entre la fourniture des besoins constants en chaleur de processus pour les industriels de la zone et les besoins hivernaux des bâtiments de la collectivité. Et c’est cette association qui a constitué la base de ce centre d’énergie renouvelable dont la mission principale est de réduire l’empreinte carbone des activités dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique.

La palette des bioénergies produites par LIGER. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

La valorisation du biogaz quant à elle a été déclinée selon plusieurs vecteurs :

  • une cogénération fournissant le réseau Enédis et le réseau de chaleur,
  • une injection de biométhane dans le réseau GrDF,
  • une station de distribution de bioGNV,
  • la valorisation territoriale des digestats liquides,
  • la valorisation du digestat solide comme combustible.

Le poste de pilotage du site industriel LIGER, photo Frédéric Douard

L’investissement est porté par la SEM LIGER avec l’aide de l’Ademe et du Conseil départemental. Il se monte à près de 15 M € et se décompose ainsi :

  • 2 millions € pour la chaufferie et le réseau de chaleur,
  • 11 millions pour les installations biogaz,
  • 1 million pour le stockage du digestat,
  • 1 million pour le LIGERpôle.

Le site industriel Liger à Locminé, photo Liger

Le réseau de chaleur au bois

L’alimentation de la chaufferie bois est réalisé par Bois Énergie Ouest Environnement, un groupement d’agriculteurs et d’un entrepreneur de travaux agricoles. Les 3500 tonnes consommées à l’année sont composées de bois d’élagage de la forêt morbihannaise et de connexes de scierie.

La chaufferie bois de Liger fin 2015, photo Liger

La chaudière à grille mobile de 1,6 MW, fournie par les Ets WEISS France, a été mise en service en septembre 2012. Elle produit 6 000 MWh par an sur les 9 690 MWh qui sont distribués par le réseau de chaleur. Le complément provient de la cogénération biogaz.

Le foyer de la chaudière à bois WEISS en cours de montage en septembre 2015, photo Liger

Le réseau de deux kilomètres alimente sept abonnés en eau chaude : le centre aquatique Aqualud, le collège Jean Moulin, le lycée Louis Armand, la salle La Maillette, le gymnase, la conserverie d’Aucy-UFM et le hameau Le Parco.

La chaudière WEISS de 1,5 MW, installée en 2015, photo Frédéric Douard

Le consommateur de base et à l’année du réseau de chaleur est l’usine UFM voisine, du groupe d’Aucy. L’eau chaude du réseau y préchauffe les bâches alimentaires de sa production de vapeur qui sert à précuire les légumes. Ce raccordement, rendu possible par la volonté du groupe d’Aucy de faire évoluer ses pratiques, a été décisif dans le lancement du projet de réseau de chaleur en 2011.

L’usine de méthanisation territoriale

L’unité de méthanisation LIGER, mise en service au début de l’année 2017, produit de 600 à 950 Nm³ de biogaz par heure, soit plus de 5 millions de m³ par an.

Livraison de biodéchets à l’usine de méthanisation LIGER, photo Liger

Pour les produire, LIGER collecte chaque année 60 000 tonnes de matières organiques issues des activités locales dans un rayon moyen de 20 km :

  • 48 000 tonnes de déchets agro-alimentaires (boues, graisses animales, cosses et fanes de légumes…),
  • 4 000 tonnes de biodéchets des collectivités (restes alimentaires, graisses récoltés via une start-up),
  • 8 000 tonnes d’excédents d’effluents agricoles liquides qui servent de diluant.

Les trémies de réception des intrants solides, avec couvercles étanches, aspiration de l’air dans le local et sur la droite les portes à rideau, photo Frédéric Douard

L’un des deux halls de réception des intrants solides, photo Frédéric Douard

Au total, ce sont plus de quarante types de biodéchets qui sont ainsi valorisés en énergie et fertilisant. Soulignons ici que, comme pour le réseau de chaleur, la conserverie d’Aucy-UFM a joué un rôle déterminant dans la mise en place de l’unité de méthanisation. En effet, elle génère près de 8 000 tonnes de déchets de légumes chaque année, que le centre LIGER valorise en méthanisation.

Les déchets solides sont réceptionnés dans un local fermé et en dépression pour éviter toute émanation d’odeur. Les camions entrent ainsi dans l’un des trois sas prévus à cet effet, la porte extérieure se referme, une seconde porte s’ouvre et donne accès aux trois trémies de réception de 35 m³ chacune.  Chaque hall de déchargement est lavée après chaque livraison.

Les trémies sont elles-mêmes équipées de couvercles qui confinent les odeurs et qui sont immédiatement refermés après déversement. Et au départ de chaque camion, le sas est lavé.

Les fosses de réception des intrants sont équipées de couvercles étanches aussitôt refermés après livraison, photo Frédéric Douard

L’air des bâtiments de préparation des déchets et de traitement du digestat est aspiré à raison de 60 000 m³ par heure vers un système de lavage acide et quatre biofiltres Odosorb.

Les installations de traitement de l’air vicié, photo Frédéric Douard

En sortie des trémies, les déchets solides sont broyés, hygiénisés à 70 °C durant une heure dans deux cuves de 40 m³, puis injectés dans une cuve d’hydrolyse de 1 200 m³ avec les intrants liquides.

L’ensemble des cuves d’hydrolyse, de digestion et de post-digestion ont été fournies par APRO Industrie, photo Frédéric Douard

La digestion est réalisée dans deux digesteurs de 4 100 m³ chacun en infiniment mélangé mésophile à 37 °C et à agitateurs pendulaires, puis dans un post-digesteur de 4 300 m³ avec une durée moyenne totale de 60 jours. Les cuves ont été fournies et installées en acier boulonné par APRO Industrie.

Les cuves de méthanisation APRO INDUSTRIE en cours de montage en mars 2016, photo Liger

La cogénération électricité-chaleur

Deux moteurs de cogénération Caterpillar de 800 kWé chacun, installés dans deux modules de cogénération 2G Énergie, fonctionnent toute l’année et consomment une grande partie du biogaz produit. La production d’électricité verte est de 10,3 GWhé par an.

L’un des deux moteurs Caterpillar pour la cogénération électricité-chaleur, photo Frédéric Douard

La chaleur de cogénération est quant à elle valorisée à l’année dans le processus de méthanisation, dans l’hygiénisation des intrants, dans la production d’eau chaude de nettoyage, dans le séchoir de digestat solide et dans la fourniture au réseau de chaleur.

L’un de deux modules de cogénération 2G Energie, photo Frédéric Douard

Des projets complémentaires d’utilisation de la chaleur sont à l’étude comme la culture d’algues ou le stockage de données numériques.

Le module PSA de purification du biogaz Xébec, photo Frédéric Douard

La production de biométhane

Le biogaz produit chez LIGER est très riche : il est composé de 66 à 73 % de méthane. Une partie du biogaz produit est purifié dans une installation PSA fournie par l’entreprise Verde Mobil. Le biométhane est injecté à raison de 120 Nm³/h dans le réseau GrDF avec une exigence de taux de CH4 de 97 % minimum.

La production annuelle de biométhane correspond à l’équivalent à 8400 000 litres de gazole. Et pour augmenter la capacité de production de biométhane du territoire, sans pour autant avoir à transporter plus de matières premières jusqu’à LIGER, une réflexion est en cours dans le cadre du club Douar Agri. L’idée est de mettre en place des unités de méthanisation dans les exploitations agricoles partenaires et de rapatrier le biogaz à LIGER, ce qu’on appelle le biogaz porté. Le biogaz est compressé chez les producteurs et ramené à la centrale de purification et d’injection.

Les exploitations agricoles n’ayant majoritairement pas d’accès au réseau GrDF, et/ou n’ayant majoritairement pas la taille critique pour amortir une installation de purification, ce système présente une meilleure efficacité énergétique que la cogénération décentralisée dans chaque exploitation, affichant souvent une valorisation aléatoire de la chaleur. Cela a fait l’objet d’un dépôt de brevet en 2011.

Le poste d’injection de biométhane chez Liger, photo Frédéric Douard

Parallèlement à cette démarche, le groupe d’Aucy, encore lui, étudie l’installation d’un méthaniseur dans son usine UFM afin de traiter ses effluents liquides. Ce nouvel équipement permettrait de produire un biogaz qui serait purifié à LIGER avant d’être injecté dans le réseau collectif.

La valorisation du bioGNV Karrgreen®

L’une des idées phare de LIGER était d’utiliser son propre biométhane comme biocarburant pour faire fonctionner ses véhicules de collecte et de fonction, et ce afin d’afficher une neutralité carbone maximale. Et pour mettre en valeur le caractère local de ce biocarburant, le SEM a souhaité lui donner une marque d’origine : Karrgreen®.

Tous les véhicules LIGER fonctionnent ai BioGNV KARRGRENN, photo Liger

Au niveau de la SEM, le bioGNV alimente un porteur 26 tonnes équipé d’un bras de levage hydraulique, deux tracteurs routiers et des véhicules légers. Les tracteurs emmènent deux semi-remorques équipées d’un bras hydraulique 30 tonnes et une semi-remorque-citerne d’une capacité de 30 m³ avec système de pompage.

Pour avitailler les véhicules de la SEM, et de sociétés et collectivités partenaires, une première station privée avait été inaugurée le 19 mai 2015 à Locminé, c’était alors la première de Bretagne. Dès lors, le site LIGER fut interdit aux engins fonctionnant aux énergies fossiles.

Véhicules du territoire fonctionnant au biométhane KARRGREEN, photo Liger

Puis pour ouvrir le marché à d’autres consommateurs, une station publique fut inaugurée en ville le 17 novembre 2017. Disposant d’un débit maximal de 180 Nm³/h, elle est ouverte 7 j/7, 24 h/24 et accessible à tous avec paiement par carte bancaire. Pour l’alimenter, c’est Engie qui, au travers du réseau GrDF, vend à LIGER du biométhane avec certificats d’origine prouvant que celui-ci provient d’installations de méthanisation.

La station BioGNV KARRGREEN de Liger à Locminé, photo Liger

Ce service de distribution de bioGNV permet ainsi de répondre de manière durable aux besoins de transport de la collectivité (bus, balayeuses, bennes à déchets, véhicules de services…) ainsi qu’aux flottes privées (transports des marchandises, messageries, Veolia…) et aux particuliers.

Signalons enfin qu’UFM envisage aussi de passer l’ensemble de ses chariots automoteurs au bioGNV !

Le digestat : Douargreen® et Tangreen

Le 28 mars 2018, LIGER a lancé Douargreen® au sein de son club Douar Agri afin de promouvoir, pour les exploitations agricoles du territoire, son engrais naturel provenant de la méthanisation. Et comme pour le bioGNV, LIGER a souhaité imprimer une marque d’origine à ses digestats : Douargreen® pour le liquide et Tangreen pour le solide.

En sortie de cuve, le digestat subit une séparation de phase par centrifugation. La partie solide est séchée à 10 % d’humidité et représente 1 800 tonnes par an. Elle dispose d’un PCI de 3,6 kWh/kg et peut être utilisée comme combustible. En effet, à cause des excédents de phosphore dans les sols, il n’est pas possible d’épandre dans la région cette partie du digestat qui concentre cet élément.

Les deux centrifugeuses à digestat, photo Frédéric Douard

La partie liquide représente quant à elle 42 000 tonnes par an. Avec 2 % de matière sèche dont 65 % de matière organique, elle est épandue par une entreprise de travaux agricoles locale sélectionnée sur appel d’offres.

Le séchoir à digestat Haarslev, photo Frédéric Douard

Le biofertilisant Douargreen® est mis gratuitement à disposition de plus de 50 exploitations agricoles partenaires. L’unité de méthanisation a été dimensionnée de manière à pouvoir gérer un plan d’épandage raisonnable en termes de transport. Le plan a ainsi été défini sur une surface agricole de 3 150 hectares.

Citerne LIGER pour le transport des intrants et digestat liquides, photo Liger

Pour les exploitations agricoles du territoire, le bénéfice est double : agronomique et économique. Composé d’éléments minéralisés, il est immédiatement assimilable par les plantes. Ce liquide contient par tonne 5,53 kg d’azote, 1,1 kg de phosphore et 1,13 kg de potassium. Il est peu chargé en métaux et sans odeur. Au total, le volume représente 234 tonnes d’azote directement assimilable par les plantes chaque année.

Epandeur à pendillards sur le site Liger méthanisation, photo Frédéric Douard

Pour l’ensemble des agriculteurs réunis au sein du club Douar Agri, cet apport représente une valeur moyenne de 550 000 € par an, sur la base d’un prix d’azote chimique acheté à environ 1 € le kg. Pour une exploitation agricole de 100 hectares le gain économique de l’utilisation de Douargreen® est d’environ 22 000 € par an.

Poche de digestat liquide DOUARGREEN, photo Liger

LIGER dépense ainsi tous les ans plus de 440 000 € pour mettre à disposition le Douargreen®. Ce montant inclut le stockage, la gestion des épandages, la logistique de transport au bioGNV, les frais de suivi du plan d’épandage, la traçabilité du produit et l’épandage du produit par une entreprise de travaux agricoles. Tout au long de l’année, le biofertilisant est ainsi acheminé par le camion-citerne de LIGER vers la vingtaine de poches de stockage souples de 999 m³ chacune (38 × 48 mètres) et réparties sur l’ensemble du territoire.

La gazéification

Parmi les pistes actuelles de travail, et notamment dans la perspective d’un mix de gaz renouvelable élargi dans les prochaines années, comme cela semble se dessiner en France, LIGER envisage de produire aussi du gaz renouvelable par gazéification, pour notamment valoriser par elle-même son Tangreen®.

En attendant le résultat de ces investigations, à partir de la fin 2018, Liger devrait tester un petit module de cogénération fonctionnant à la biomasse gazéifiée. Cette opération prévue avec l’entreprise AHCS mettra en œuvre un module de 50 kWé Spanner.

Les ballons de stockage du réseau de chaleur, photo Frédéric Douard

Contacts :

Frédéric Douard, en reportage à Locminé

Le magazine Bioénergie International est disponible :

1 réponse
  1. Bonjour,
    Je suis très content de voir ce projet Liger en Bretagne car, il y a une dizaine d’années, j’avais proposé une idée similaire en Lorraine, mais à des fins pédagogiques. Les élèves ingénieurs avec qui j’avais travaillé sur ce sujet avaient obtenu le prix Syntec de l’Ingénierie du futur en 2010.
    Malheureusement, malgré tous mes efforts en leur direction, les politiques locaux n’ont rien fait de cette idée… J’espère que ce projet de Liger a bien un volet pédagogique comme je l’explique ci-après :

    2ème piste de réflexion – DONNER DES OUTILS PÉDAGOGIQUES EN VRAIE GRANDEUR POUR FORMER AUX ÉNERGIES RENOUVELABLES (EnRs) ET, NOTAMMENT, AU CYCLE ULTRACOURT DU CARBONE :
    Il n’est plus normal que les élèves des lycées techniques, les apprentis, les travailleurs en formation, les chômeurs en insertion, les élèves ingénieurs, les étudiants, les thésards, les chercheurs ne disposent pas d’outils en vraie grandeur pour se former par la pratique aux énergies renouvelables (EnRs), y compris le cycle ultracourt du carbone, alors que la formation par la pratique est la plus efficace et que les outils pédagogiques peuvent très bien fonctionner en vraie grandeur, c’est-à-dire sans coût de fonctionnement.
    Un tel outil pédagogique – sous forme de plate-forme de collecte et de traitement – peut recevoir des matières forestières et organiques et les traiter pour en faire de l’énergie vendue sur son marché de même que les sous-produits (Ex : Compost). Si le projet est bien monté, il ne doit pas y avoir de frais de fonctionnement. Par ailleurs, les investissements seront financièrement couverts par des lignes budgétaires publiques déjà existantes et souvent peu utilisées, ainsi qu’avec des partenariats publics/privés car les EnRs intéressent de nombreux investisseurs 6.
    L’État doit être l’aiguillon et le coordonnateur pour que les collectivités – communes, départements ou régions – puissent se doter d’une telle plate-forme pédagogique multi EnRs en partenariat avec les universités, les lycées et les écoles, les structures d’insertion, les entreprises, etc. Une note un peu plus détaillée est disponible sur ce sujet 7.

    6  (Prix pour la Plateforme multi EnRs)

    7 « Présentation du projet de création à Toul d’une plate-forme multi énergies renouvelables » du 2 avril 2009

    Bien à vous.
    YL.

Informations de contact de 2G

< !--Catégorie: biogaz-biomethane--> logo 2G Solutions
2G Énergie
9 rue Jean Mermoz, ZAC Maison Neuve 2
44980 Sainte Luce sur Loire
+33 2 23 27 86 66
@ www.2-g.fr info@2-g.fr
2G est cité aussi dans ces articles :
  • L’unité de méthanisation de Saint-Astier fait le choix d’évaporer son digestat
  • Le méthaniseur de la ferme bio de Pigerolles dynamise l’emploi montagnard
  • Méthalys, 35 exploitations agricoles produisent du biogaz en autonomie totale
  • Bioénergie Vihiers, 45 exploitations agricoles réunies pour produire du biogaz
  • Méthanisation en voie sèche et séchage de bûches au Gaec des Hautes Marettes
  • Gaec des Vallons, une méthanisation en voie sèche à taille de l’exploitation
  • Les collectifs de méthanisation Bioénergie Vihiers et Méthalys en vidéos
  • Jim Jastszebski et Legendre Énergie inaugurent l’unité de méthanisation Médoc Énergies
  • A Bréhan, son unité de méthanisation redonne le sourire à la famille Ropert
  • L’usine de méthanisation de la Chapelle-Caro chauffe un industriel
  • Tous les articles mentionnant 2G
  • Informations de contact de AHCS

    logo AHCS
    1 rue B. Franklin, P.A. de Kerboulard
    F-56250 Saint Nolff
    +33 297 26 46 30
    @ www.ahcs.fr com@ahcs.fr
    AHCS est cité aussi dans ces articles :
  • La microcentrale à gaz de bois du réseau de chaleur des Pléiades près de Liège
  • La chaufferie automatique à biomasse de l’abbaye de Timadeuc dans le Morbihan
  • 19 octobre 2018, rencontres du bois-énergie en Pays de Pontivy
  • 26 et 27 septembre 2018 à Rennes, premières assises de la pyrogazéification
  • Les acteurs français de la gazéification de la biomasse se positionnent sur le gaz renouvelable
  • La micro-centrale à gaz de bois de la Résidence Célinie près de Liège
  • 3 octobre 2017, journée technique Biomasse Gazéification à Nantes
  • Les micro-centrales Spanner à gazéification de bois arrivent sur le marché français
  • RiD Solution, producteur de bûches densifiées à base de bois et marc de café
  • 20 et 22 juin 2017, journées séchage de bois & biomasse en Bretagne
  • Tous les articles mentionnant AHCS
  • Informations de contact de Apro-industrie

    logo Apro-industrie
    Apro Industrie
    Avenue Louison Bobet
    F-94120 Fontenay-sous-Bois
    +33 141 79 61 20
    @ www.aproindustrie.com info@aproindustrie.com
    Apro-industrie est cité aussi dans ces articles :
  • À Bellaing, la ferme du Panier de Quintine bâtit son avenir avec la méthanisation
  • TVME d’Hénin-Beaumont, valorisation unique de déchets ménagers résiduels en biométhane et CSR
  • Artois méthanisation valorise les biodéchets des entreprises
  • Artois Méthanisation valorise les biodéchets des industriels et collectivités
  • Tous les articles mentionnant Apro-industrie
  • Informations de contact de Enéria

    < !--Tag:biogaz-biomethane--> logo Enéria
    Rue de Longpont
    BP 10202
    F-91311 Montlhéry cedex
    +33 169 80 21 00
    @ www.eneria.fr contact@eneria.com
    Enéria est cité aussi dans ces articles :
  • Eneria fournit un second moteur de cogénération biogaz aux Ets Labat
  • Éteignières, commune à bioénergie positive avec le bois et le biogaz
  • METHELEC, la plus importante unité de méthanisation agricole de France
  • Adour Méthanisation s’agrandit deux ans après son démarrage
  • Adour Méthanisation valorise les biodéchets alimentaires
  • Cogénération biogaz, Eneria rachète la société PRO2 Environnement France
  • Méthalandes, 25 M€ investis et bientôt le démarrage
  • Méthalandes, la plus grande installation de méthanisation de France
  • Moissannes gazéification et Eco-Ex à la Réunion sélectionnés Plates-Formes Mutualisées d’Innovation
  • Accord Eneria – Xylowatt en faveur des petites cogénérations biomasse par moteurs
  • Tous les articles mentionnant Enéria
  • Informations de contact de Scheuch

    logo Scheuch
    APitec
    20, rue du Metz
    F-59000 Lille
    +33 320 31 61 52
    @ www.scheuch.com a.berkoune@wanadoo.fr
    Scheuch est cité aussi dans ces articles :
  • La dénitrification SCR fait son entrée dans les chaufferies biomasse
  • Vertes prairies et air propre avec le constructeur de filtres Scheuch
  • La chaufferie à bois B & déchets de pulpeur de la papeterie de Venizel
  • Première mondiale de captation de CO2 sur chaudière bois pour culture sous serre
  • Dans le quartier Belle-Beille, la cinquième chaufferie bois d’Angers Loire Métropole
  • Saica inaugure la chaufferie biomasse de 42,5 MW de sa papeterie de Venizel
  • Scheuch rénove le traitement de fumées des deux centrales d’Amel à bois-déchet
  • Plongée au coeur de Biowatts, la centrale biomasse d’Angers
  • Ecoliane, la chaleur multi-renouvelable de Boulogne-sur-Mer
  • Test de pression réussi pour la chaudière biomasse BERTSCHenergy de Saica Paper France
  • Tous les articles mentionnant Scheuch
  • Informations de contact de Verde-Mobil

    Verde-Mobil est cité aussi dans ces articles :
  • Belle référence de méthanisation territoriale pour Naskéo au Poiré-sur-Vie
  • Naskeo traite les intrants pailleux en infiniment mélangé chez Méthabiogaz
  • Méthabraye, première unité française de méthanisation agricole en biogaz porté
  • AgriBioMéthane produit du gaz renouvelable à partir d’effluents d’élevage
  • La centrale de production et d’injection de biométhane de Quimper
  • LIGER injecte du biométhane 100% breton dans le réseau de gaz naturel
  • AgriBioMéthane, site d’injection à Mortagne-sur-Sèvre en Vendée
  • Tous les articles mentionnant Verde-Mobil

  • Vogelsang pour figurer ici avec votre logo et vos coordonnées, c'est tout simple, contactez fbornschein+annuaire@bioenergie-promotion.fr

    Vogelsang est cité aussi dans ces articles :
  • La Sarl Liévin valorise l’herbe de bord de route en méthanisation
  • Le Gaec Limovents allie cogénération biogaz et culture de spiruline
  • Bio4Gas inaugure une unité de méthanisation à la taille de la ferme au GAEC des Trois Communes
  • Le GAEC des Trois Communes inaugure la première unité de méthanisation agricole de Saône-et-Loire
  • Méthalica s’équipe du nouveau moteur de cogénération Schnell à chambre de précombustion passive
  • Pour Agrivalor, la méthanisation agricole est un acteur structurant de son territoire
  • Un premier bilan positif pour l’unité de méthanisation Agri Flandres Energie
  • L’exemple de méthanisation Agri Flandres Energie sur France 3
  • Électricité & spiruline, Métha Ternois créé de la richesse avec les biodéchets
  • Schnell Motoren équipe l’unité de méthanisation Agri Flandres Energie
  • Tous les articles mentionnant Vogelsang
  • Informations de contact de Weiss

    logo Weiss France
    WEISS FRANCE ENERGIE
    95 rue Derobert
    F-73400 Ugine
    +33 479 89 07 07
    @ www.weiss-france.fr contact@weiss-france.fr
    Weiss est cité aussi dans ces articles :
  • Weiss-France Energie & Verdo sur le marché des chaudières à CSR & OMR
  • Le bois remplace les énergies fossiles dans le réseau de chaleur des Mureaux
  • Grammont, la plus ancienne chaufferie bois de la métropole rouennaise
  • Bientôt une cinquième chaufferie bois à la Métropole Montpellier Méditerranée
  • Articles et reportages sur les chaudières à biomasse Weiss France Energie
  • Un quart des habitants d’Amiens chauffé aux énergies renouvelables
  • Le bois, désormais énergie principale du réseau de chaleur de Calais
  • La chaufferie bois-solaire-gaz du réseau de chaleur de Châteaubriant
  • Le réseau de chaleur de Brest doté d’une chaudière bois Weiss France de 12 MW
  • Weiss livre deux chaudières bois de 7 et 2,7 MW à la chaufferie du Chiriac à Albertville
  • Tous les articles mentionnant Weiss

  • Xebec pour figurer ici avec votre logo et vos coordonnées, c'est tout simple, contactez fbornschein+annuaire@bioenergie-promotion.fr

    Xebec est cité aussi dans ces articles :
  • Xebec va fournir pour 3,9 M€ d’unités d’épuration de biogaz en France
  • Xebec remporte un important contrat pour l’injection de biogaz dans l’Ouest canadien
  • Xebec fournit une installation d’épuration de biogaz de décharge en Chine
  • Xébec fournit une unité de traitement de biogaz en biométhane carburant en Corée
  • Tous les articles mentionnant Xebec