Lien de bannissement

Le chauffage urbain de Pau fait bondir de 30% la production d’énergie vertueuse du territoire

Travaux du réseau de chaleur de Pau en juin 2022, photo Cyril Garrabos pour Agglomération Pau Béarn Pyrénées

La Communauté d’Agglomération de Pau Béarn Pyrénées (CAPBP) développe depuis plusieurs années des politiques énergie climat ambitieuses dont la finalité est d’atteindre la neutralité carbone dès 2040, soit dix ans plus tôt qu’au niveau national. Les réseaux de chaleur qui fonctionnent aux énergies renouvelables et de récupération sont l’un des leviers les plus efficaces de la décarbonation du chauffage. Grâce à son projet de Réseau de Chaleur Urbain, la Communauté d’Agglomération de Pau Béarn Pyrénées a augmenté d’un coup de 30% la production d’énergies renouvelables de son territoire.

Ce projet vertueux de la collectivité est né de l’association entre ENGIE Solutions et la Caisse des Dépôts et Consignations formant ainsi la société Pau Béarn Pyrénées Énergies Services (PBPES). Il est alimenté à 75 % par des énergies locales, du bois renouvelable et l’énergie de la combustion des déchets locaux, le tout permettant d’économiser 24 100 tonnes de CO2 par an. Notons que ce réseau de chaleur n’est pas totalement une première dans l’agglomération paloise puisqu’un autre réseaux de chaleur au bois préexistait, celui du quartier du Hameau, mis en service en 2013 avec une chaudière biomasse Compte.R de 2 MW.

La chaufferie bois du quartier du hameau à Pau mise en service en 2013, photo Sepadour

Un véhicule juridique original

Afin de garantir la faisabilité économique du projet, la CAPBP a signé avec PBPES un contrat mixte, disposition du droit public existant depuis 2016 et composé :

  • d’un marché public de travaux sous Maîtrise d’ouvrage de la CAPBP concernant la conception et la construction de la partie « Tronçon de transport de chaleur »;
  • d’une Concession de Service Public concernant la conception, la réalisation et l’exploitation du reste du réseau (hors tronçon de transport de chaleur), ainsi que des équipements de production d’énergie entrant dans le périmètre de la Délégation de Service Public.

Suivi de chantier du réseau de chaleur septembre 2020, photo Cyril Garrabos pour Agglomération Pau Béarn Pyrénées

Le choix de la CAPBP de financer elle-même le tronçon de transport de chaleur en l’amortissant sur une durée supérieure à celle de la Concession de Service Public a permis d’améliorer le modèle économique du réseau de chaleur et donc sa réalisation. Par ailleurs, il faut signaler que la mise en oeuvre d’un contrat mixte pour un réseau de chaleur était une première en France, une solution qui a essaimé depuis 2019 permettant à des projets de réseaux de chaleur de voir le jour.

Les trois sources d’énergie du réseau

La première provient de l’usine de valorisation énergétique de Lescar, pour environ 50 % du mix énergétique, cette source fatale constituant l’énergie de base.

Pour rappel, en 2019, le syndicat Valor Béarn  a engagé un projet de modernisation de l’usine d’incinération des déchets ménagers existante, mise en service en 1973, pour l’inscrire dans une démarche de transition énergétique et écologique. Il s’agit notamment de la doter des meilleures technologies disponibles pour garantir une exploitation performante et une production d’énergie optimisée. Cette transformation lui confère le statut d’Unité de Valorisation Energétique.

Valor Béarn a retenu début 2020, le groupe Urbaser  et ses partenaires, l’entreprise Bernadet  et le cabinet d’architecte Camborde,  pour un contrat de délégation de service public d’une durée de 20 ans. Béarn Urbaser Energie, société dédiée, exploite l’usine d’incinération depuis le 1er juillet 2020. Elle conduit les travaux de modernisation de l’usine tout en assurant son exploitation au quotidien dans le respect des règles de sécurité, de continuité de service et du planning de l’opération.

L’Unité de Valorisation Energétique des Ordures Ménagères Résiduelles de Lescar alimente 50% des besoins du réseau de chaleur, photo Valor Béarn

Les travaux réalisés permettront de garantir une capacité d’incinération de 85 000 t/an  permettant de valoriser l’ensemble des déchets ménagers de Valor Béarn et des déchets d’entreprises locales. Le taux de valorisation énergétique attendu sera supérieur à 95% : 40 GWh d’électricité verte et 62 GWh de chaleur pour les besoins du réseau de chaleur en chauffage et eau chaude sanitaire seront produits en moyenne chaque année. Il est à noter que les quantités de chaleur disponibles pour le réseau de chaleur urbain ont été dimensionnées sur un volume de déchets de 70 000 t/an correspondant à l’objectif cible du schéma directeur de Valor Béarn.

La deuxième source de production de chaleur est la centrale biomasse implantée à Lons. Elle permet de couvrir 25% des besoins de chaleur du réseau. 

Le bois-énergie permet de produire la chaleur au travers de deux chaudières Weiss France Energie d’une puissance thermique de 5,5 MW chacune. Ce bois provient de forêts situées dans un rayon de 100 kilomètres autour de la chaufferie de Lons (Hautes Pyrénées, Pyrénées Atlantiques et Landes) et se compose de tous types d’essences. Il se compose de bois issu d’éclaircies, de branchages ou de troncs d’arbres mal conformés qui ne peuvent être utilisés comme bois d’oeuvre. Le bois est broyé directement en forêt pour être ensuite acheminé par camions à la chaufferie. 13 000 tonnes de plaquettes forestières sont livrées chaque année pour répondre aux besoins. Le prix du bois énergie est stable.

L’intérieur de l’un des trois silos à bois, dit à râteau, de la chaufferie de Lons, photo Cyril Garrabos pour Agglomération Pau Béarn Pyrénées

La troisième source de production de chaleur est la centrale gaz de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Sa souplesse d’utilisation permet d’assurer l’appoint et le secours de tout le réseau sans rupture de service, le gaz assurant les 25 % de besoins de chaleur restants.

La chaufferie d’appoint gaz de l’Université, photo Cyril Garrabos pour Agglomération Pau Béarn Pyrénées

L’une des deux chaudières bois Weiss de 5,5 MW, photo Cyril Garrabos pour Agglomération Pau Béarn Pyrénées

Le réseau de chaleur en chiffres

  • Investissement total : 65 millions d’euros HT
  • 44 km de canalisations souterraines
  • 208 sous-stations (points de livraison de l’énergie aux abonnés)
  • 132 GWh/an livrés soit la consommation de 11 300 équivalent – logements
  • Taux d’énergie renouvelable & de récupération : 75 %
  • 24 100 tonnes de CO2 évitées chaque année
  • Plus de 3 ans de travaux entre mai 2020 et octobre 2023
  • Près de 13 000 heures de travail réalisées dans le cadre de la clause d’insertion sociale.

Les tarifs du réseau de chaleur

Le tarif de la chaleur distribuée par le chauffage urbain est composé :

  • d’une redevance R1 proportionnelle à la consommation d’énergie calculée sur la base du mix énergétique cible composé de 50% d’énergie issue de l’unité de valorisation énergétique, de 25% d’énergie issue de la biomasse et de 25% d’énergie issue du gaz ;
  • d’une redevance R2 (abonnement) proportionnelle à la puissance souscrite et représentant les charges associées aux dépenses en électricité pour le fonctionnement du réseau, à la conduite et l’entretien des installations, au gros entretien et renouvellement des équipements, et au financement des installations.

En octobre 2023, le tarif du RCU est le suivant : R1 = 55,71 €HT/MWh et R2 = 69,04 €HT/kW. Il est précisé que le mix énergétique réel du réseau de chaleur urbain variera chaque année car celui-ci est lié à la rigueur climatique et aux besoins énergétiques des abonnés et dépendant de la disponibilité des différents points de production.

Les trois silos à bois de la chaufferie de Lons, photo Cyril Garrabos pour Agglomération Pau Béarn Pyrénées

Une information en amont et tout au long du projet

En parallèle, PBPES avec l’appui de la CAPBP a mis en place d’importants dispositifs d’information, de médiation et de communication autour du chantier qui ont permis une bonne acceptabilité des travaux. Une médiatrice spécifiquement missionnée par la CAPBP a rencontré l’ensemble des professionnels situé sur le tracé ou aux abords du chantier du réseau de chaleur en amont des travaux. Ces rencontres avaient pour objectifs d’expliquer le projet du réseau de chaleur mais aussi d’informer sur les périodes de travaux et leurs impacts sur la circulation. PBPES a également missionné une médiatrice pour assurer la médiation pendant les travaux.

Pose du réseau de chaleur de Pau en septembre 2020, photo Cyril Garrabos pour Agglomération Pau Béarn Pyrénées

Concernant les riverains, tous ont reçu dans leur boite aux lettres des avis d’information expliquant le chantier, ses dates et les impacts en termes de circulation. Des réunions publiques, des réunions de quartier et de nombreux panneaux d’information ont également permis d’informer le public. Des interventions dans les écoles ont également eu lieu pour sensibiliser les enfants aux enjeux énergétiques et aux métiers nécessaires à la réalisation d’un tel projet.

Maison mobile de l’Energie, avril 2021, photo Cyril Garrabos pour Agglomération Pau Béarn Pyrénées

Pour finir, PBPES a créé la « maison mobile de l’énergie » pour informer largement le public sur le réseau de chaleur. Un Airstream® réaménagé pour l’occasion a circulé dans Pau durant les trois ans de chantier. Ecocène, association locale d’éducation à l’environnement a assuré l’animation de la maison mobile de l’énergie. L’ensemble de ces dispositifs a permis de tenir le planning de travaux : le chantier de déploiement du réseau de chaleur s’est terminé avec 5 mois d’avance sur le planning initial, sans perturbations notables pour les riverains. Il est à noter qu’en parallèle du réseau de chaleur a été installé un réseau de fibre optique souterrain permettant de disposer en temps réel d’une vision de l’ensemble du réseau de chaleur et des données d’exploitation de chacune des 208 sous-stations déployées.

Les perspectives de développement

La chaufferie bois de Lons à Pau, photo Cyril Garrabos pour Agglomération Pau Béarn Pyrénées

Forte de ce succès et en cohérence avec l’objectif de développement des énergies renouvelables, la CAPBP souhaite aujourd’hui poursuivre le développement du réseau de chaleur urbain. Pour cela un schéma directeur de développement du réseau de chaleur a été réalisé. Les perspectives de développement sont les suivantes :

  • Valoriser encore davantage le surplus d’énergie fatale issue de l’unité de valorisation énergétique pour l’utiliser lors d’appels de puissance importants, le matin et le soir. Le stockage de l’énergie dans un ballon d’eau chaude de grande capacité permettrait d’augmenter de 4 à 5 % le taux d’énergies renouvelables sur le réseau pour approcher les 80% d’énergies renouvelables et de récupération sur le réseau ;
  • Densifier et étendre le réseau de chaleur pour raccorder les bâtiments qui en font aujourd’hui la demande. Ces raccordements représenteraient entre 10 et 15% d’énergie supplémentaire distribuée.
  • Envisager la production de froid, notamment pour l’hôpital où les besoins de climatisation sont importants.

Plan du réseau de Pau. Cliquer sur la plan pour l’agrandir.

Enfin, la CAPBP explore également les zones à fortes consommation énergétique pour développer d’autres réseaux de chaleur sur l’ensemble de son territoire. En valorisant les ressources locales, les réseaux de chaleur sont une des clés pour atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2040. La CAPBP traduit ici concrètement son engagement dans la lutte contre le dérèglement climatique.

En savoir plus sur www.rezomee.fr/agglo-pau

Frédéric Douard

Informations de contact de Weiss

logo Weiss France
WEISS FRANCE ENERGIE
95 rue Derobert
F-73400 Ugine
+33 479 89 07 07
@ www.weiss-france.fr contact@weiss-france.fr

  1. chaleur-biomasse-entreprises-ilslontfait-010606-page_114_bd-aéroport Paris-Charles de Gaulle-Roissy(95)-Weiss-14MWth
  2. chaleur-biomasse-entreprises-ilslontfait-010606-page_94_bd_Allard-Emballages-Aubigné-Racan (72)-Weiss-8400kWth
  3. chaleur-biomasse-entreprises-ilslontfait-010606-page_90_bd_Everbal-Evergnicourt (02)-Weiss-10MWth
  4. chaleur-biomasse-entreprises-ilslontfait-010606-page_80_bd_Michelin-Cholet (49)-Weiss-10MWth
  5. chaleur-biomasse-entreprises-ilslontfait-010606-page_72_bd_Ariane Group aux Mureaux(78)-Weiss-4500kWth
  6. chaleur-biomasse-entreprises-ilslontfait-010606-page_38_bd_Bonilait Protéines-Saint-Flour(15)-Weiss-5200kWth
  7. 2014-FICHES-FEDENE-page_42_bd_LOreal-Rambouillet (78)-Weiss-3MW
  8. 2014-FICHES-FEDENE-page_36_bd-Chaufferie bois du réseau de chaleur de la Duchère-Lyon(69)-14MW
  9. FR-52100-Saint-Dizier-11-MWth-Weiss-article3_chaufferie-biomasse-rdc-saint-dizier
  10. FR-57450-Farébersviller-3.5-MWth-Weiss-article17_rex-chaufferie-biomasse-condensation-reseau-chaleur-farebersviller-010736c
  11. FR-52100-Saint-Dizier-11-MWth-Weiss-article19_rex-chaufferie-biomasse-condensation-reseau-chaleur-saint-dizier-010736e
  12. FR-39000-Lons-Le-Saunier-3-MW-Weiss
  13. FR-FICHE-2016-10.2-MW-Weiss-Ville-de-Caen-14
  14. FR-FICHE-2015-8.5-MW-Weiss-Trigéneration-Port-Marianne-Montpellier-Méditerannée-Métropole-34
  15. FR-FICHE-2015-7.5-MW-Weiss-SEAPFA-Sevran-93
  16. FR-FICHE-2015-2.2-MW-Weiss-600-kW-Herz-Communes-de-Coublevie-et-de-Voreppe-38
  17. FR-FICHE-2013-8.5-MW-Weiss-700-kWel-ORC-Enertime–Trigéneration-Port-Marianne-SERM-34
  18. FR-FICHE-2013-4.3-MW-Weiss-Ville-de-Belley-01
  19. FR-FICHE-2013-2.9-MW-Weiss-Ville-de-Neufchâtel-en-Bray-76
  20. FR-FICHE-2012-14-MW-Aéroport-de-Paris-Roissy-95
  21. FR-FICHE-2012-8.4-MW-Weiss-Allard-Papeterie-de-Varennes-Aubigné-Racan-72
  22. FR-FICHE-2012-2.8-MW-Weiss-Bongrain-Gérard-Illoud-52
  23. FR-FICHE-2011-16-MW-Weiss-SMIREC-Saint-Denis-Pierrefitte-Stains-93
  24. FR-FICHE-2011-5.2-MW-Weiss-Bonilait-Saint-Flour-15
  25. FR-FICHE-2007-6-MW-Weiss-Besançon-25
  26. FR-FICHE-2005-1.5-MW-Weiss-Héricourt-70
  27. FR-FICHE-2004-2.5-MW-Weiss-Haguenau-67
  28. Chaufferie bois de la Reyssouze Bourg-en Bresse Weiss-France 4MW 2005 – ASSURC