Gennevilliers investit dans une chaufferie biomasse pleine de bonnes idées

Article paru dans le Bioénergie International n°60 d’avril 2019

La chaufferie biomasse de Gennevilliers, photo Engie

Le réseau de chaleur de Gennevilliers, ville de 45 000 habitants en pleine évolution située en bordure nord de Paris, a été créé en 1965. Aujourd’hui long de 16 km, il alimente un écoquartier de 1 600 logements, des copropriétés, des bâtiments communaux et des HLM, le tout pour près de 12 000 équivalent-logements. En 2013, lors du renouvellement de la délégation de service public attribuée pour 25 ans à Gennevilliers Énergie, filiale d’ENGIE Solutions, la Ville a engagé la construction d’une chaufferie biomasse de manière à bénéficier d’une fourniture majoritairement renouvelable.

Les pompes du réseau de chaleur de Gennevilliers, photo ENGIE Solutions

Précédemment alimenté au fioul puis au gaz naturel, le réseau a ainsi vu la mise en service de sa chaufferie bois durant la saison de chauffe 2016/2017. Inaugurée le 25 mars 2017, cette chaufferie doit permettre d’atteindre un taux de 60 % d’énergie renouvelable pour l’ensemble du réseau. Ceci garantit une chaleur en partie décarbonée et fait bénéficier les abonnés d’un taux réduit de TVA à 5,5 %.

Un réseau alimenté par deux chaufferies

Avec son architecture audacieuse, la chaufferie bois de Gennevillliers structure la ville, photo ENGIE Solutions

La chaufferie historique du Luth, construite en 1971, est composée de quatre chaudières gaz, une chaudière gaz/fioul et d’une turbine de cogénération à gaz (5,5 MWé + 9,5 MWth jusqu’en 2021) pour une capacité totale de 59,5 MWth. La cogénération fonctionne en base sur le réseau du 1 novembre au 31 mars et assure 32 % de la production totale de chaleur. Les chaudières à gaz, qui travaillent quant à elles en appoint de la chaufferie bois, voire en secours total, ont assuré 15,5 % des besoins en 2017.

Située rue des Caboeufs, la chaufferie biomasse possède deux chaudières de 8,5 MW de marque Compte.R.. D’un point de vue dimensionnement des générateurs bois, le fractionnement en deux fois 8,5 MW permet d’assurer les 17 MW en hiver tout comme la couverture en mi-saison et même en été puisque le besoin minimum en eau chaude sanitaire est de 3,5 MW, ce qui est plus important que le minimum technique des chaudières. En 2017, pour sa première année de fonctionnement, le bois a assuré 52,5 % du mix énergétique du réseau.

Les deux chaudières bois COMPTE.R de 8,5 MW à Gennevilliers, photo Frédéric Douard

Les deux chaudières à bois consomment un peu moins de 40 000 tonnes de bois par an. Un silo de 2 400 m³ assure une autonomie de 3,5 jours de fonctionnement à pleine puissance. En 2017, la chaufferie a généré 360 tonnes de cendre humides (foyères) et 46 tonnes de cendres volantes récupérées dans deux filtres à manches Tecfidis. Les cendres de grilles sont valorisées comme amendement agricole en mélange avec du compost par l’entreprise Suez Organique à Ermenonville. Les cendres volantes sont enfouies en centre de stockage.

Les deux filtres à manches TECFIDIS à Gennevilliers, photo Frédéric Douard

Concernant la valeur limite d’émission de poussières (cendres volantes), la chaufferie doit respecter le seul de 50 mg/Nm³ à 6 % d’oxygène, ce qui est largement le cas puisque les filtres à manches assurent 11 mg en moyenne. Pour les oxydes d’azote, la chaufferie est contrainte à 550 mg/Nm³ et en réalise 320 en moyenne sans traitement particulier, outre la maîtrise des températures sur grille dans les chaudières.

La chaufferie bois de Gennevilliers est pilotée par une équipe de cinq personnes, photo ENGIE Solutions

Baie d’analyse en continu des gaz de combustion à Gennevilliers, photo Frédéric Douard

La chaufferie bois fonctionne avec une équipe de cinq personnes, dont quatre techniciens et un responsable. Le réseau fonctionne sur un régime de température de 90-70 °C.

Les chiffres du réseau de chaleur de Gennevilliers
16 km de longueur
110 points de livraison
17 MW de puissance bois
86 GWh/an de production totale
60 %, l’objectif de bois dans le mix énergétique
39 000 tonnes de bois consommées par an
400 tonnes de cendres par an dont 360 valorisées
12 000 tonnes de CO2 évitées par an
12 000 équivalents logements alimentés
28 M€ d’investissement dont 16 pour la chaufferie

Le bois source de stabilité du prix de l’énergie

Vue sur le foyer de l’une des deux chaudières COMPTE.R à Gennevilliers, photo Frédéric Douard

Le recours au bois assure aux clients du réseau une meilleure stabilité du prix de l’énergie que lorsque le réseau fonctionnait uniquement au gaz. Le bois-énergie est en effet une ressource locale et déconnectée du prix mondial des énergies fossiles. Pour assurer sa fourniture en bois sur la durée, ENGIE Solutions a contractualisé avec les plus importants fournisseurs de bois-énergie en France pour 70 % de sa fourniture, ONF Energie et le groupement des coopératives forestières, et avec des fournisseurs indépendants pour les 30 % restants. Le combustible livré à Gennevilliers est composé à 70 % de plaquettes forestières et à 30 % de plaquettes forestières et d’élagage, le tout en provenance des départements voisins (27, 60, 77 et 78).

Un convoyage de bois de qualité industrielle

Dans les chaufferies collectives à biomasse, on a l’habitude de voir des systèmes de manutention du bois par échelles-racleuses ou grappins automatiques. Ces technologies sont utilisées respectivement dans des puissances de 700 kW à 7 à 10 MW pour les échelles, et de 4 à 20 MW pour les grappins. Généralement, au-delà de ces puissances, les débits de bois devenant plus importants, ce sont des systèmes plus industriels, donc plus robustes mais aussi plus coûteux qui sont utilisés. C’est le parti qu’a pris ENGIE Solutions à Gennevilliers en choisissant un silo à vis tubée, une technologie que l’on rencontre généralement dans les grandes chaufferies industrielles comme dans les papeteries.

La trémie SERA de déchargement du bois à Gennevilliers, photo Frédéric Douard

À Gennevilliers, le bois est livré dans une trémie de dépotage rapide à tapis car le site peut accueillir plus de six camions de 100 m³ par jour. Le bois est ensuite convoyé au-dessus du silo pour un déversement longitudinal par convoyeur suspendu. De là, il est repris par une vis tubée qui roule sur le fond du silo et en extrait le produit sans forcer sous le poids du stock. Les vis tubées sont en effet protégées par un cylindre percé de lumières à couteaux, ce qui réduit sensiblement leur effort de rotation dans le tas, réduit les risques de casse, ainsi que les consommations électriques.

L’extracteur de bois à vis tubée à Gennevilliers, photo Frédéric Douard

La vis ramène ainsi le bois vers un convoyeur pneumatique qui emmène le produit à grande vitesse et sur une grande distance vers les trémies de chargement des chaudières. Un autre avantage par rapport au grappin est que le produit entré le premier sort également le premier du silo, ce qui évite tout risque de stagnation et dégradation du combustible. Tous les équipements de convoyage de la chaufferie de Gennevilliers ont été fournis par Sera Energie.

Détail de la vis tubée à Gennevilliers, photo ENGIE Solutions

La mesure en continu de l’humidité du bois

Boitier de lecture GreCon de la mesure en continu de l’humidité du bois à Gennevilliers, photo Frédéric Douard

L’humidité du bois livré à Gennevilliers varie de 20 à 50 %. Pour répondre à ces écarts devenus permanents et habituels, depuis plusieurs années de nombreux constructeurs de chaudières à biomasse calibrent leur régulation de combustion sur une mesure d’humidité en continu de l’alimentation en bois de leurs chaudières. Ici à Gennevilliers, à la place d’une mesure classique par conductivité réalisée par contact du bois, Compte.R. a proposé une mesure par infrarouge, une mesure sans contact qui montre une précision intéressante avec une marge d’erreur inférieure à 3 %.

Le capteur GreCon IR 5000 pour la mesure en continu de l’humidité du bois à Gennevilliers, photo Frédéric Douard

Technologie plus coûteuse que par conductivité, la mesure par infrarouge a déjà été installée par Compte.R. dans plusieurs chaufferies importantes comme Mâcon, Nantes Californie, et Toulouse Rangueil.

À Gennevilliers, c’est un capteur IR 5000 de chez GreCon qui a été installé sur la trémie de répartition du bois en amont des sas de chargement des chaudières. Ce capteur fonctionne à l’aide d’un transducteur optique qui génère une lumière infrarouge qui est projetée vers le produit. Cette lumière est absorbée par l’humidité du matériau, ainsi, plus le matériau est humide, moins il réfléchit la lumière reçue, ce que mesure le capteur.

Les dépoussiéreurs multicyclones supprimés

L’une des deux chaudières à bois COMPTE.R de Gennevilliers, photo Frédéric Douard

C’est une première pour Compte.R. qui souhaite aujourd’hui diffuser cette pratique. Le constructeur a en effet, sur cette installation de Gennevilliers, supprimé les traditionnels filtres cycloniques. La réglementation française impose en effet désormais une séparation des flux de cendres (foyères d’un côté et volantes de l’autre). Les habituelles installations en trois flux (Cendres foyères, cycloniques et de filtre à manches) deviennent ainsi coûteuses et surtout inutiles. Alors qu’avant on pouvait diriger les cendres cycloniques avec les foyères, aujourd’hui les cycloniques doivent rejoindre les cendres à enfouir, et donc les filtres à manches (ou électrofiltres ou laveurs) peuvent désormais gérer l’entièreté des volantes.

Toute la chaufferie de Gennevilliers est équipée d’un réseau d’aspiration centralisé des poussières afin de réaliser les entretiens dans les meilleures conditions possibles, photo Frédéric Douard

Cette simplification en deux flux réduit donc l’investissement mais aussi les tâches de maintenance et la consommation électrique, une bonne initiative dans un monde où tout a tendance à se complexifier et donc à être plus cher !

Contacts :

Frédéric Douard, en reportage à Gennevilliers

1 réponse
  1. Bodin dit :

    GIRUS GE est très fier d avoir accompagné Engie Réseaux en réalisant la maîtrise d’oeuvre de ce projet.

Informations de contact de Compte
logo Compte.R.
ZI Vaureil
F-63220 Arlanc
+ 33 4 73 95 01 91
@ www.compte-r.com
www.groupecompte-r.com
Compte est cité aussi dans ces articles :
  • Compte.R innove avec son récupérateur horizontal des cendres volantes
  • Dijon, 21 MW de chaudières bois Compte R. à la chaufferie des Valendons
  • Compte R. propose ses solutions de récupération de chaleur fatale
  • Un laveur-condenseur de fumées avec pompe à chaleur pour la chaufferie bois de Joué-lès-Tours
  • Le producteur de granulés LignAlpes met sa chaufferie bois aux normes
  • Les filtres à manches Compte R. garantissent le respect des normes pour longtemps
  • Articles et reportages sur les chaudières à biomasse Compte R.
  • Bouches-du-Rhône : la chaufferie bois du réseau de chaleur de Martigues
  • Compte.R s’engage très fort avec son offre COMPT’Acte Services
  • Arcelor-Mittal Fos-sur-Mer s’équipe d’une chaudière à déchets de bois Compte R.
  • Tous les articles mentionnant Compte

  • Informations de contact de Sera-bois
    logo Sera France
    SERA FRANCE
    ZI Nord
    Bd Timmerman - BP18
    F-14140 Livarot
    +33 2 31 63 46 12
    @ www.sera-bois.com info@seralivarot.com
    Sera-bois est cité aussi dans ces articles :
  • La nouvelle chaudière à marc de café de l’usine Nestlé de Dieppe
  • La nouvelle chaudière biomasse Bertsch de 59 MW chez Gascogne Papier
  • La centrale biomasse de l’Esplanade à Strasbourg est en service
  • Grand Dijon, la plus grande chaufferie bois réalisée par Compte R.
  • Bois-énergie et biogaz, les piliers de l’usine biomasse du groupe Agri
  • Bretagne Pellets, premier producteur de granulés de bois bretons
  • Pellet Land, la plus grande usine de granulés de bois d’Aquitaine
  • Biosyl, l’avenir du granulé de bois français est feuillu
  • Regard technique sur la centrale de cogénération bois de Rennes
  • L’unité de granulation de bois de Mariembourg en Wallonie
  • Tous les articles mentionnant Sera-bois

  • Informations de contact de Suez Organique
    logo Suez Organique

    Suez organique
    38 Avenue Jean Jaurès ES-78440 Gargenville
    +33 970 14 28 85
    @ Contactez-nous en ligne
    Ou contactez nous par email : operateur@organix.suez.fr
    Organix, la place de marché des matières organiques. Producteurs, valorisez vos matières organiques. Méthaniseurs, optimisez votre stratégie d'approvisionnement. SUEZ propose d’assurer la logistique et le transport des matières organiques depuis le site de production jusqu’au site de méthanisation. La marketplace optimise le coût de transport et garantie un service fiable et réactif. Un suivi logistique est réalisé pour vous garantir un bon déroulé opérationnel.
    Suez Organique est cité aussi dans ces articles :
  • Organix®, première place de marché digitale pour les matières organiques en France
  • Organix, place de marché en ligne pour déchets organiques lancée par Suez
  • Tous les articles mentionnant Suez Organique

  • Informations de contact de Tecfidis
    logo Tecfidis
    4 Clos Ballet
    F-01800 Meximieux
    +33 4 74 61 36 67
    @ www.tecfidis.fr contact@tecfidis.fr
    Tecfidis est cité aussi dans ces articles :
  • Tecfidis filtre les émissions des chaudières à biomasse et à déchets
  • Bois & rafle de maïs pour la chaufferie Eco2Wacken de Strasbourg
  • La chaufferie biomasse du réseau de chaleur d’Aix en Provence
  • Le Sytraival choisit le bois en appoint de son unité de valorisation énergétique des déchets
  • Deux chaudières bois à condensation Compte R. pour le réseau de Nantes Nadic
  • Le réseau de chaleur de Chambéry opère sa transition énergétique avec le bois
  • La laiterie CANDIA de Cambrai-Awoingt produit 100% de sa vapeur au bois
  • Tous les articles mentionnant Tecfidis