Bio’Nrgy du Jura, producteur de bois-énergie et de chaleur renouvelable

Article paru dans le Bioénergie International n°87 de septembre 2023

Bio’Nrgy du Jura, producteur de bois-énergie et de chaleur renouvelable

La chaufferie de Bio-Nrgy du Jura, photo Frédéric Douard

La société Bio’Nrgy du Jura fait partie du groupe jurassien français Foressens, spécialisé dans le travail et la valorisation de la forêt et du bois. Ce groupe régional, créé et dirigé par Pascal Jacquin, compte aujourd’hui une cinquantaine de salariés dans plusieurs activités. L’histoire commence en 1994 par le rachat de la scierie de Saint-Germain-en-Montagne près de Champagnole, un établissement aujourd’hui leader local de la première et deuxième transformation du bois, la Société Industrielle des Bois Conditionnés (SIBC), avec près de 30 000 m³ de grumes de plus de vingt essences locales. L’histoire continue avec une diversification régulière et la création d’un groupe, toujours dans le domaine du bois et dans le département du Jura, avec : intégration de la merranderie Merrains du Jura ; la création d’Immoforêt, société spécialisée en investissement, achat et vente de forêts ; la création de Jurawood, société de négoce de bois bruts et transformés ; et par la création de Bio’Nrgy du Jura pour valoriser les produits connexes du groupe. En appui, la société foncière Selve permet la mise en valeur de biens forestiers et le stockage de matière première pour l’approvisionnement du groupe.

Fournir du combustible bois de qualité et local

La société Bio’Nrgy du Jura, créée en 2017, a pour première mission de valoriser les produits connexes des filiales de son groupe. Pour cela, elle bénéficie d’une plateforme de préparation et de stockage des combustibles, juste à côté de la scierie. Cet équipement, bétonné et doté de cellules couvertes à même de tracer, trier et conserver au sec les produits, est la base du négoce de la société vers les chaufferies du secteur.

Les installations de Bio’Nrgy du Jura à Saint-germain-en-Montagne, photo Groupe Foressens

L’étuve de mesure du PCI du bois-énergie, acquise dans le cadre de la certification CBQ+, photo Frédéric Douard

En 2023, pour conforter cette activité de négoce, elle a engagé une procédure de certification IS0 9001 avec l’association Chaleur Bois Qualité Plus, afin de formaliser ses procédures de traçabilité et de qualité, et de les valoriser auprès de ses clients. La société vient notamment d’acquérir une étuve pour le suivi et le contrôle du pouvoir calorifique de ses produits.

Ce sont bien sûr les sous-produits de bonne qualité, transformés en plaquettes, qui sont commercialisés en priorité. Les écorces et produits de moins bonne qualité en provenance du Groupe sont quant à eux consommés par une chaufferie construite sur la plateforme, le sujet que nous allons aborder maintenant.

Fournir de la chaleur renouvelable localement

La scierie SIBC, principal fournisseur de matières de Bio’Nrgy du Jura, est également son principal client pour la chaleur. L’établissement, qui scie 90 % de bois feuillus, a depuis longtemps, à la demande du marché, passé le pas de la vente de bois transformés et séchés, et a donc, de fait, des besoins thermiques importants. Ces besoins se partagent entre séchage et chauffage. Concernant le chauffage, une raboterie de 4 400 m² est actuellement chauffée, sachant que Saint-Germain se situe dans une région particulièrement froide l’hiver, non loin du célèbre village de Mouthe !

La scierie SIBC à Saint-germain-en-Montagne, photo Groupe Foressens

Pour le confort des salariés de la scierie, Bio’Nrgy du Jura a également en projet de chauffer l’atelier de sciage de SIBC, une démarche encore rare dans la profession, ces postes de travail étant encore souvent soumis aux quatre vents. Du côté séchage, la scierie dispose actuellement d’un bâtiment de pré-séchage de chêne d’une capacité de 800 m³ de sciages, de 14 cellules de séchage de 50 m³ de capacité chacune, plus deux étuves. Ce sont ainsi plusieurs MW de chaleur qui sont ainsi sollicités en permanence.

Cellules de séchage de la scierie SIBC alimentées par la chaufferie bois, photo Frédéric Douard

La première réalisation industrielle de Bio’Nrgy du Jura a donc été la mise en place d’une centrale de production de chaleur de 4,2 MW pour alimenter les besoins de la scierie. Le personnel de la société assure également la maintenance et l’exploitation de tous les équipements thermiques de la scierie, dont sa propre chaufferie, équipée d’une chaudière Compte.R. de 1,2 MW, mais que la croissance de l’activité avait rendue insuffisante. Un réseau de chaleur enterré de 400 m relie les deux chaufferies à l’ensemble des équipements cités.

Pour mener à bien ces activités, Romain Fertez, le directeur général de Bio’Nrgy du Jura, a recruté un jeune ingénieur, Aubin Chambard, qui en plus de conduire et de développer les débouchés locaux de la chaufferie, de conduire le négoce des combustibles, propose d’autres services dont nous allons parler maintenant.

Une palette de services au-delà du Jura

Pour diversifier et faire croître son activité, profitant de son expertise et de son expérience, Bio’Nrgy du Jura propose aujourd’hui les services qu’elle a développés pour la scierie, aux entreprises et aux collectivités locales porteuses d’un projet de chaufferie biomasse. Ces services commencent par des études de faisabilité et se poursuivent par de l’assistance à maîtrisé d’ouvrage (rédaction de cahiers des charges, consultation et sélection des fournisseurs), de la maîtrise d’œuvre (suivi et du pilotage du chantier), et jusqu’à la gestion du plan d’approvisionnement.

Aubin Chambard, ingénieur énergie chez Bio’Nrgy du Jura, photo Frédéric Douard

En amont de cet accompagnement de projet, l’entreprise propose également des audits énergétiques et des bilans carbone pour aider à réduire les consommations et l’empreinte environnementale des activités, et pour répondre aux réglementations. Cet accompagnement peut également passer par la renégociation des contrats d’approvisionnement de toutes les énergies.

Une chaudière biomasse Compte.R. de 4,2 MW

Pour le choix de son nouvel équipement thermique, le groupe Foressens a de nouveau fait confiance au constructeur Compte.R. La nouvelle chaudière biomasse de 4,2 MW a été mise en service fin 2022 pour produire 25 GWh/an. L’investissement total, plateforme, chaufferie et réseau de chaleur se monte à 2,7 M€. Cette chaudière de dernière génération et fabriquée en France permet de consommer des combustibles bois de toutes qualités tout en conservant des performances énergétiques élevées.

La chaudière Compte.R de 4,2 MW chez Bio’Nrgy du Jura à Saint-Germain-en-Montagne, photo Frédéric Douard

Concernant la maîtrise des émissions de poussières, la chaufferie dispose d’un filtre à manches performant Tecfidis, de fabrication française, garantissant en sortie moins de 10 mg/Nm³ de poussières à 6 % d’O2. Les filtres à manches sont en effet les filtres à particules les plus efficaces du marché. Leur limite par contre, dans le domaine de la filtration des fumées est de devoir fonctionner dans une plage de températures étroite, au-dessus de 100 °C pour éviter les condensations, et en dessous de 240 °C pour éviter la dégradation thermique, les manches étant constituées d’une fibre plastique, le polytétrafluoroéthylène (PTFE).

Le système anti-escarbilles en sortie de la chaudière Compte.R, photo Frédéric Douard

Le filtre à manches de Bio’Nrgy du Jura, photo Frédéric Douard

Pour protéger les manches, notamment des perforations dues à des envolées incandescentes et persistantes en provenance du foyer, dues à une combustion retardée de particules fines très humides et qui n’ont pas eu le temps de sécher, Compte.R. propose le SAE, son Système Anti-Escarbilles.

Placé avant le filtre, ce dispositif statique et sans commande électrique, est composé de lames courbées et conçues pour produire un écoulement turbulent des gaz afin d’éteindre les incandescents. Une cellule de nettoyage par air comprimé est intégrée et actionnée périodiquement afin d’en évacuer les dépôts de poussière.

Cet équipement dispense de la présence d’un filtre cyclonique, ce qui permet de gagner de la place dans les chaufferies, de limiter l’investissement mais aussi de faire baisser la consommation électrique de l’extracteur de tirage en supprimant environ 15 % des pertes de charge.

L’aspirateur centralisé pour la maintenance de la chaufferie Bio’Nrgy du Jura, photo Frédéric Douard

Notons enfin que la chaufferie a été équipée d’une aspiration centralisée mobile des poussières, à brancher sur des réseaux métalliques fixes depuis le sol, pour assurer les tâches de maintenance et de ramonage dans de bonnes conditions et sans perdre de temps.

Contacts :

Frédéric Douard, en reportage à Saint-Germain-en-Montagne


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations de contact de Compte.R

Compte.R est cité aussi dans ces articles :
  • Bientôt cinq réseaux de chaleur durable pour décarboner le territoire de Limoges Métropole
  • Le réseau de chaleur au bois de la ville de Mayenne va chauffer 40 bâtiments de plus
  • Le réseau de chaleur de Corbie, une référence bois-énergie réussie de plus pour Viria
  • La liste et la carte de plus de 800 chaufferies biomasse Compte.R en service en France
  • Les Hauts-de-Flandre valorisent les anas de lin en énergie de chauffage
  • Le réseau de chaleur bois de la ville de L’Aigle fait faire de grosses économies à ses utilisateurs
  • A Evron en Mayenne, le groupe Bel a mis en place sa troisième chaufferie biomasse
  • Les entreprises Chaleur Bois Qualité Plus capables de fournir près de trois millions de tonnes de bois-énergie par an
  • Compte.R. recherche des talents pour répondre à la forte demande en chaufferies biomasse
  • L’association Chaleur Bois Qualité Plus tenait son assemblée générale 2022 à Arlanc
  • Tous les articles mentionnant Compte.R

  • France-Etuves pour figurer ici avec votre logo et vos coordonnées, c'est tout simple, contactez fbornschein+annuaire@bioenergie-promotion.fr

    France-Etuves est cité aussi dans ces articles :
  • Le chauffage urbain de Brive-la-Gaillarde place ses clients à l’abri de la crise énergétique
  • Le réseau de chaleur de Brest doté d’une chaudière bois Weiss France de 12 MW
  • Haffner Energy – Soten met en service la centrale bois Cogelan à Guipavas
  • Le séchoir bois-solaire de Sylveo garantit des bûches et plaquettes extra sèches toute l’année
  • Tous les articles mentionnant France-Etuves

  • Pharaon pour figurer ici avec votre logo et vos coordonnées, c'est tout simple, contactez fbornschein+annuaire@bioenergie-promotion.fr

    Informations de contact de Tecfidis

    Tecfidis est cité aussi dans ces articles :
  • La chaufferie biomasse de 5 MW du réseau de chaleur de Sarrebourg inaugurée
  • Retour d’expérience sur la chaufferie bois & paille de Rosières-près-Troyes
  • Compte R. équipe la nouvelle chaufferie biomasse des Aubiers‐Le Lac à Bordeaux
  • Depuis 2014, Châteaudun se chauffe renouvelable avec le bois et la rafle de maïs
  • Briançon, ville la plus haute de France, chauffée par deux chaudières bois à hautes performances
  • Chaufferies biomasse : quel média filtrant pour son filtre à manches ?
  • Le bois pour maîtriser les coûts de chauffage des serres des Jardins de Camargue
  • Tecfidis, fabricant français de filtres à manches compacts pour chaufferies
  • Gennevilliers investit dans une chaufferie biomasse pleine de bonnes idées
  • Dijon, 21 MW de chaudières bois Compte R. à la chaufferie des Valendons
  • Tous les articles mentionnant Tecfidis