Métha Bio Energies recycle les biodéchets alimentaires des Pays de la Loire

Article paru dans le Bioénergie International n°67 de l’été 2020

Les digesteurs de Méta Bio Energies, photo Frédéric Douard

L’unité de valorisation des biodéchets Méta Bio Energies (MBE) a été mise en service par le Groupe Chazé Environnement en 2012. Implantée sur le site d’une ancienne ardoisière à Combrée (Commune nouvelle d’Ombrée d’Anjou) dans le département de Maine-et-Loire, elle se situe dans un périmètre dont le gisement annuel est estimé à près de 150 000 tonnes de biodéchets par an, autour des centres urbains de Rennes, Nantes, Angers, Le Mans, Cholet et Laval. Elle traite les produits alimentaires impropres à la consommation qui sont issus de la grande distribution et de l’industrie agroalimentaire. Elle transforme ainsi 22 000 tonnes de déchets (mélange de 18 000 tonnes de biodéchets et 4 000 tonnes de déchets issus d’industries agro-alimentaires) chaque année en électricité, chaleur et amendement organique.

Depuis début 2016, cette entreprise est gérée par Suez, qui, sur ce secteur de marché exploite déjà plus de 50 unités de de compostage et trois unités de méthanisation de biodéchets, dont celle de Combrée. En 2016, Suez a en effet pris une participation majoritaire de 52 % aux côtés de la Caisse des Dépôts avec 23 %, et du groupe Avril et de la société Evergaz à parts égales à 12,5 % du capital. Dans ce nouveau cadre, des investissements importants ont été réalisés pour remédier aux problèmes qu’avait rencontré l’exploitant précédent durant les premières années de fonctionnement, et en particulier des odeurs.

Le départ du réseau de chaleur de Méta Bio Energies depuis les centrales de cogénération au biogaz, photo Frédéric Douard

La réception et la préparation des matières

Toutes les matières qui arrivent sur le site font l’objet d’une fiche d’information préalable. Ponctuellement le site fait appel à la place de marché digitale organix® de SUEZ qui propose des offres de matières organiques, validées en termes de conformité réglementaire par les experts SUEZ et mises en ligne par des producteurs souhaitant vendre leurs matières. Cette plateforme permet aux équipes de pallier des manques de matières mais aussi lorsque cela arrive de vendre leurs excédents.

Les biodéchets collectés par Suez avant déconditionnement, photo Frédéric Douard

Dès lors que les matières sont conformes aux prescriptions du règlement sanitaire, elles sont autorisées à passer sur le pont-bascule. Elles sont ensuite déversées avec contrôle visuel et font si besoin l’objet d’une fiche de non-conformité. La redevance d’entrée est de 40 € par tonne en moyenne.

La machine à laver les caisses de collecte, photo Frédéric Douard

Selon, la nature des produits, il existe quatre voies de réception :

  1. une fosse de 160 m³ pour les graisses des industries agro-alimentaires,
  2. une fosse chauffée de 50 m³ pour les produits pâteux,
  3. une trémie de réception de 40 m³ munie d’une vis pour les déchets de céréales avec stockage en box,
  4. une chaine de déconditionnement avec machine Hybag pour les biodéchets de grandes surfaces, et qui se termine par une fosse de 160 m³ de soupe.

Les biodéchets de la distribution arrivent dans des caisses-palettes en plastique. Une fois vidées, les caisses sont lavées et désinfectées sur une chaîne automatisée, avant de repartir avec les camions de collecte du groupe Suez. Le déconditionnement n’a lieu que les jours en semaine, la cuve de soupe ayant été dimensionnée pour assurer la continuité d’alimentation des hygiéniseurs les nuits, fins de semaine et jours fériés.

Les caisses de collecte des biodéchets après lavage, photo Frédéric Douard

Toutes les opérations de déchargement, déconditionnement et hygiénisation sont réalisées dans un bâtiment de 2 500 m² fermé et en dépression. La totalité de l’air du bâtiment est recyclée à hauteur de 24 000 m³ par heure afin d’éviter la dissémination d’odeurs. L’air vicié est traité dans un biofiltre à écorces CMI Europe Environnement dimensionné pour 120 000 m³/h. Il avait été prévu au démarrage du projet pour recueillir l’air d’une grande halle de compostage, un équipement qui n’est aujourd’hui plus utilisé.

Le biofiltre chez Méta Bio Energies, photo Frédéric Douard

Le processus de méthanisation

Un mélange de soupe avec les autres produits disponibles est introduit en continu, 24 h/24, 7 j/7, hors périodes de maintenance, dans deux hygiéniseurs de 20 m³ chacun. Ce traitement thermique nécessite une puissance de chauffe de 130 kW par cuve. Le cycle complet d’hygiénisation dure quatre heures, dont 2h30 de montée en température, une heure de maintien à plus de 70 °C et trente minutes pour les transferts vers le digesteur primaire. Ce cycle est ainsi répété six fois par jour.

La « soupe » après déconditionnement des biodéchets et avant hygiénisation, photo Frédéric Douard

En sortie d’hygiéniseurs, le produit est dilué et refroidi à l’eau (dont une partie provenant des eaux de pluie). Ce mélange est acheminé vers deux cuves de digestion successives : un digesteur de 3 400 m³ avec agitateur central muni d’un système de refroidissement (aérotherme), puis un post-digesteur de 2 000 m³ à agitateurs latéraux et équipé d’un gazomètre de 1 000 m³. Le cycle de digestion dure 50 jours à 40°C et le biogaz produit affiche 58-60 % de méthane. Cette installation a été réalisée par le constructeur danois Xergi dont ce fut la première référence en France.

Les deux hygiéniseurs de Méta Bio Energies, photo Frédéric Douard

Notons que les digesteurs viennent d’être curés, après sept ans de fonctionnement, et que 2 000 tonnes de sédiments en ont été extraits.

La valorisation énergétique

Après que l’activité eue démarré en 2012 avec un moteur Jenbacher de 1 MWé et installé par Clarke Energy, les nouveaux actionnaires de Méta Bio Energies ont décidé, devant le fort potentiel régional de biodéchets, d’installer un deuxième moteur Jenbacher de 890 kWé, fourni par AB Gruppo. Ce doublement permet aussi de réaliser la maintenance des moteurs sans arrêter la production d’électricité.

Les deux centrales de cogénération biogaz de Méta Bio Energies, photo Frédéric Douard

La production moyenne d’électricité verte est de 30 MWh par jour. La vente d’électricité, régie par un contrat avec EDF qui court jusqu’en 2032 dans le cadre du dispositif d’obligation d’achat, se fait au tarif de 171 € par MWhé.

La chaleur de cogénération emprunte quant à elle deux voies de valorisation :

  1. Une voie interne utilise une partie de la chaleur pour le lavage des caisses, pour l’hygiénisation des produits à méthaniser, et pour le chauffage des digesteurs et de la fosse d’intrants pâteux. En cas de souci sur l’une des deux unités de cogénération, une chaudière à biogaz peut prendre le relai.
  2. La voie externe alimente un réseau de chauffage au sol, installé dans les serres de l’entreprise voisine pour sécher des boues. Cette valorisation consomme 8 GWh de chaleur par an.

La maintenance du premier groupe de cogénération est assurée par Clarke Energy, et celle du second groupe de cogénération est assurée par AB gruppo.

L’un des deux moteurs de cogénération de Méta Bio Energies, photo Frédéric Douard

La valorisation agronomique

La totalité du digestat passe dans un séparateur de phase Börger. Le digestat liquide est stocké dans 22 réservoirs : une cuve et trois poches souples de 500 m³ sur le site et le reste chez les agriculteurs épandeurs, ce qui totalise une capacité de 12 000 m³, soit six mois de production.

Le digestat, qui est épandu sur 25 exploitations agricoles, est analysé avant épandage pour en vérifier l’innocuité et en déterminer les caractéristiques agronomiques.

Ce sont ainsi 24 000 tonnes de digestat liquide à 4 % de matière sèche qui sont ainsi produites en une année. La valeur agronomique en est la suivante : 2,4 % de matières organiques, 7,46 kg d’azote par tonne, 1,5 kg de phosphore par tonne et 2 kg de potassium par tonne.

Ce sont ainsi 22 000 tonnes de digestat liquide à 4% de matière sèche qui sont ainsi produites en une année. La valeur agronomique en est la suivante : 2,4 % de matières organiques, 7,46 kg d’azote par tonne, 1,5 kg de phosphore par tonne et 2 kg de potassium par tonne.

Les chiffres clés de Méta Bio Energies
9 collaborateurs et 50 emplois induits
22 000 tonnes de biodéchets traités par an
10 GWh d’électricité verte produite par a
8 GWh de chaleur de cogénération valorisée par an
22 000 m³ de digestat par an
3 000 ha de 25 exploitations agricoles pour l’épandage

Contact : Méta Bio Energies
 – Frédéric Gelz, directeur du site
 / +33 241 927 175 – frederic.gelz@suez.com

Frédéric Douard, en reportage à Ombrée d’Anjou

Lire également :

Le réseau de chaleur de Méta Bio Energies vers les hygiéniseurs, la laverie des caisses et les digesteurs, photo Frédéric Douard

1 réponse
  1. Guasp pascal dit :

    Projet intéressant qui sont vos partenaires pour le stockage et le torchage du biogaz ? Avez vous des besoins en matière de maintenance et d audit de vos installation s en matière de sécurité ?


AB-Gruppo pour figurer ici avec votre logo et vos coordonnées, c'est tout simple, contactez fbornschein+annuaire@bioenergie-promotion.fr

AB-Gruppo est cité aussi dans ces articles :
  • 31 mars 2021, cinq leviers pour optimiser la production du biogaz au biométhane
  • Méthabates épand son digestat liquide avec une rampe à enrouleur
  • La centrale de cogénération biogaz de Montauban-de-Bretagne chauffe des serres
  • Vidéo sur l’unité de cogénération biogaz de Méthabates dans le Maine-et-Loire
  • Méta Bio Energies produit assez d’électricité pour alimenter 4 000 foyers
  • Tous les articles mentionnant AB-Gruppo
  • Informations de contact de Börger

    logo Börger
    F-67670 Wittersheim +33 388 51 54 68
    @ www.borger.fr agri67@borger.fr
    Börger est cité aussi dans ces articles :
  • La centrale biométhane Méth’Innov réconcilie agriculture et qualité de l’eau
  • Le GAEC Chaton vend la chaleur de son unité de cogénération biogaz à un industriel voisin
  • Méthasun va produire 360 kW de bioélectricité avec le biogaz d’un seul digesteur en voie liquide
  • Du fumier très pailleux en voie liquide chez Méthamaine pour produire du biométhane
  • Vidéo sur l’unité de méthanisation de la Mosellerie à Loché-sur-Indrois en Touraine
  • Belle référence de méthanisation territoriale pour Naskéo au Poiré-sur-Vie
  • La Sarl Liévin valorise l’herbe de bord de route en méthanisation
  • L’unité de méthanisation de Saint-Astier fait le choix d’évaporer son digestat
  • Naskeo traite les intrants pailleux en infiniment mélangé chez Méthabiogaz
  • Le Gaec Limovents allie cogénération biogaz et culture de spiruline
  • Tous les articles mentionnant Börger
  • Informations de contact de Clarke Energy

    logo Clarke Energy
    111 rue Marcel Dassault
    ZAC des Chabauds
    F-13320 Bouc Bel Air
    +33 4 4290 7575
    @ www.clarke-energy.com france@clarke-energy.com
    Clarke Energy est cité aussi dans ces articles :
  • Webinaire du 13 juillet 2021 : où en est le marché du biogaz au Maroc ?
  • L’épuration de biogaz en biométhane et la récupération de CO₂ by Clarke Energy
  • La valorisation du biogaz sur l’Ecosite de Vert-le-Grand et Echarcon
  • Nouveau propriétaire et nouveaux locaux pour Clarke Energy France
  • General Electric pourrait vendre Jenbacher à Cummins pour 3 milliards de dollars
  • Pour Agrivalor, la méthanisation agricole est un acteur structurant de son territoire
  • Le motoriste américain Kohler rachète le britannique Clarke Energy
  • La Scea Texier solutionne l’excédent d’azote de son élevage via la méthanisation
  • Ovilléo, une grande station d’épuration autonome en chaleur grâce au biogaz
  • L’unité de méthanisation de déchets alimentaires Méta-Bio Energies
  • Tous les articles mentionnant Clarke Energy
  • Informations de contact de Jenbacher

    Jenbacher est cité aussi dans ces articles :
  • Méthalys, 35 exploitations agricoles produisent du biogaz en autonomie totale
  • Cler Verts collecte et transforme les biodéchets en électricité et chaleur
  • L’unité de méthanisation territoriale Agrivalor à Ribeauvillé
  • Tous les articles mentionnant Jenbacher
  • Informations de contact de Suez Organique

    logo Suez Organique

    Suez organique
    38 Avenue Jean Jaurès FR-78440 Gargenville
    +33 970 14 28 85
    @ Contactez-nous en ligne
    Ou contactez nous par email : operateur@organix.suez.fr
    Organix, la place de marché des matières organiques. Producteurs, valorisez vos matières organiques. Méthaniseurs, optimisez votre stratégie d'approvisionnement. SUEZ propose d’assurer la logistique et le transport des matières organiques depuis le site de production jusqu’au site de méthanisation. La marketplace optimise le coût de transport et garantie un service fiable et réactif. Un suivi logistique est réalisé pour vous garantir un bon déroulé opérationnel.
    Suez Organique est cité aussi dans ces articles :
  • BioResourceLab à Narbonne, centre de recherche de Suez sur les déchets organiques
  • La place de marché Organix® accompagne aussi le démarrage des méthaniseurs
  • Organix®, première place de marché digitale pour les matières organiques en France
  • Gennevilliers investit dans une chaufferie biomasse pleine de bonnes idées
  • Organix, place de marché en ligne pour déchets organiques lancée par Suez
  • Tous les articles mentionnant Suez Organique
  • Informations de contact de Xergi

    logo Xergi
    Xergi SAS
    Z.A. les Coteaux de Grandlieu
    4 rue des Douelles
    F-44830 Bouaye
    +33 240 40 75 46
    @ www.xergi.fr gul@xergi.com
    Xergi est cité aussi dans ces articles :
  • Byosis récupère l’azote ammoniacal des digestats par lavage acide de l’air
  • Onze produits nominés pour le Trophée de l’innovation EXPO BIOGAZ 2017
  • Xergi se lance sur le marché de la méthanisation au Japon
  • Témoignage de Willen Biogas à Londres sur son unité de méthanisation Xergi
  • METHELEC, la plus importante unité de méthanisation agricole de France
  • Adour Méthanisation s’agrandit deux ans après son démarrage
  • Les déchets alimentaires de Londres valorisés en biogaz et fertilisant
  • Nouvelle unité de méthanisation Xergi pour fientes de volailles en Ulster
  • Xergi livre 3 unités de méthanisation au même client la même année
  • Avec le X-Chopper, plus de matière sèche dans le digesteur pour plus de biogaz
  • Tous les articles mentionnant Xergi