Bientôt cinq réseaux de chaleur durable pour décarboner le territoire de Limoges Métropole

Bientôt cinq réseaux de chaleur durable pour décarboner le territoire de Limoges Métropole

Aperçu de l’agglomération Limougeaude traversée par la Vienne, photo Ville de Limoges

Limoges, ville d’art et d’histoire, affiche le titre de capitale des Arts du Feu, en référence à son illustre industrie des émaux, de la porcelaine et des vitraux. Dans ce même domaine du feu, la ville s’illustre également depuis des années par une transition énergétique qui passe par la combustion de ressources locales renouvelables en biomasse et en déchets résiduels. Pour aller encore plus loin, le 21 novembre 2023, Limoges Métropole et son concessionnaire ENGIE Solutions ont annoncé le lancement de deux nouveaux projets d’envergure pour alimenter plus largement la Ville de Limoges en chaleur durable. Le premier permettra de verdir le réseau de chaleur existant de l’Hôtel de Ville et de l’étendre significativement ; le second veut tirer parti de l’énergie fatale des eaux usées de Limoges Métropole et de la biomasse pour alimenter un nouveau réseau de chaleur sur la Rive gauche de Limoges.

Signature de la DSP des deux réseaux de chaleur, le 21 novembre 2023, par Guillaume Guérin, Président de Limoges Métropole, et Yann Rolland, Directeur Général Délégué d’ENGIE Solutions, photo ENGIE Solutions

Une stratégie basée sur les réseaux de chaleur

Ces deux projets s’inscrivent dans le Plan Climat Air-Energie Territorial de l’aire urbaine qui a adopté une stratégie de développement de réseaux de chaleur sur son territoire depuis la fin du vingtième siècle. Le Conseil Communautaire vient de confier à ENGIE Solutions ces deux nouvelles Délégations de Service Public pour l’exploitation et le développement des deux réseaux de chaleur pour une durée de 30 ans. Les projets seront financés à 100 % par l’énergéticien.

Le réseau de l’Hôtel de Ville

Le projet du centre-ville est né de deux objectifs : verdir le réseau de l’Hôtel de Ville, jusqu’alors alimenté à 55 % en biogaz et à 45 % en gaz naturel ; et en profiter pour l’étendre largement. Les installations passeront donc de 740 mètres linéaires et 10 sous-stations à 23 kilomètres et 135 points de livraison pour distribuer quelque 9 470 équivalents-logements. La nouvelle Chaufferie de l’Est sera, à terme, alimentée majoritairement par la Centrale Energie Déchets de Limoges Métropole (CEDLM), exploitée par Véolia Propreté. Grâce à la récupération de l’énergie perdue, sous forme de chaleur, issue de l’incinération des déchets, le réseau sera alimenté à terme à 97 % d’Energies Renouvelables et de Récupération (EnR&R).

Un important travail de tracé du réseau et de phasage des travaux a été réalisé afin d’intégrer les contraintes archéologiques et le planning des travaux de voiries prévus pour le déploiement d’un réseau de voies rapides pour les bus dans le centre-ville. Pour limiter au maximum les perturbations occasionnées aux riverains, les travaux s’étaleront entre 2023 et 2028 pour une mise en service lors de la saison de chauffe 2028-2029.

La centrale énergie déchets alimentera le réseau du centre ville, photo Limoges Métropole

Chiffres-clés pour le réseau de chaleur du centre-ville de Limoges

  • 23 km de réseau
  • 64 GWh distribués, soit les besoins de 9 470 équivalents-logements
  • 135 points de livraison
  • 97 % d’énergies renouvelables et de récupération à partir de 2032
  • 5000 m3 de stockage de chaleur, installé à côté de la Chaufferie de l’Est
  • 17 760 tonnes de CO2 évités par an, soit les émissions annuelles de 7 835 voitures thermiques
  • 2 chaufferies gaz en appoint

Le réseau Limoges Rive-Gauche

Le réseau de chaleur Rive gauche de Limoges permettra quant à lui de livrer du chauffage et de l’eau chaude sanitaire aux habitants et entreprises situés au sud de la Vienne, dans le quartier du Sablard. L’idée initiale est de tirer parti des travaux de modernisation de la station d’épuration principale engagés par Limoges Métropole en récupérant l’énergie des eaux de rejet. Trois pompes à chaleur en valoriseront cette énergie pour alimenter le réseau de chaleur.

Comme à la chaufferie du CHU de Limoges, le quartier du Sablard sera en bonne partie chauffé au bois, photo Compte.R

En complément, une chaudière biomasse d’une puissance de 8,5 MW sera également installée dans la centrale de production. Alimentée par de la biomasse d’origine locale, elle permettra au réseau d’atteindre près de 98% d’énergie renouvelable. Avec 14,3 km de réseau et 40 GWh distribués, ce réseau de chaleur vertueux permettra de distribuer environ 5 880 équivalents-logements.

Chiffres-clés pour le réseau de chaleur Rive Gauche

  • 14,3 km de réseau
  • 40 GWh distribués soit les besoins de 5 880 équivalents-logements
  • une chaudière biomasse de 8,5 MW
  • 51 points de livraison
    97,6 % d’EnR&R (énergies renouvelables)
  • 8 039 tonnes de CO2 évités par an, soit les émissions annuelles de 3 650 voitures
  • 2 chaudières gaz en appoint

Des projets qui font suite à d’autres

« Ces deux projets vont permettre de doubler le linéaire des réseaux de chaleur de Limoges Métropole. Ils sont un des axes forts dans la volonté et la stratégie de Limoges Métropole de devenir un territoire durable. En effet, le développement des réseaux de chaleur permet à la fois un gain environnemental, social et économique pour les habitants et les entreprises du territoire. » a indiqué Guillaume Guérin, Président de Limoges Métropole.

La centrale de cogénération bois du Val d’Aurence, photo R. Escher pour Dalkia

En effet, avant le lancement des ces projets , l’agglomération de Limoges bénéficiait déjà de trois autres réseaux de chaleur alimentés par la biomasse ou les déchets municipaux :

  • celui de Beaubreuil, créé en 1988, il est, pour ses 3700 équivalents-logements, alimenté à 98% par usine d’incinération des ordures ménagères mise en service en 1989.
  • celui du Val de l’Aurence, construit en 1968 pour les quartiers ouest de Limoges, il est aujourd’hui long de 26,5 km avec ses 14 000 équivalents-logements. Il est alimenté depuis avril 2012 à 78 % par de la chaleur renouvelable issue de la combustion de biomasse réalisée dans la centrale de cogénération de 28 MWth exploitée par Dalkia. Au total 128 GWh/an de chaleur y sont produits chaque année pour fournir le chauffage et l’eau chaude sanitaire aux 100 bâtiments raccordés.
  • celui du CHU de Limoges, un réseau de 3 km qui alimente quatre de ses hôpitaux mais aussi la faculté de médecine et de pharmacie et le CH Esquirol présents sur le même site. Depuis 2008, il est alimenté à 66% par une chaudière bois de 9 MW.

La chaudière biomasse de 9 MW du CHRU de Limoges, photo Compte.R

Frédéric Douard

Lire également sur les réseaux de chaleur de Limoges :

Informations de contact de Compte.R

Compte.R est cité aussi dans ces articles :
  • Bio’Nrgy du Jura, producteur de bois-énergie et de chaleur renouvelable
  • Le réseau de chaleur au bois de la ville de Mayenne va chauffer 40 bâtiments de plus
  • Le réseau de chaleur de Corbie, une référence bois-énergie réussie de plus pour Viria
  • La liste et la carte de plus de 800 chaufferies biomasse Compte.R en service en France
  • Les Hauts-de-Flandre valorisent les anas de lin en énergie de chauffage
  • Le réseau de chaleur bois de la ville de L’Aigle fait faire de grosses économies à ses utilisateurs
  • A Evron en Mayenne, le groupe Bel a mis en place sa troisième chaufferie biomasse
  • Les entreprises Chaleur Bois Qualité Plus capables de fournir près de trois millions de tonnes de bois-énergie par an
  • Compte.R. recherche des talents pour répondre à la forte demande en chaufferies biomasse
  • L’association Chaleur Bois Qualité Plus tenait son assemblée générale 2022 à Arlanc
  • Tous les articles mentionnant Compte.R
  • Informations de contact de Leroux&Lotz

    logo LLT
    10, rue des Usines-BP 88509
    F-44185 Nantes Cedex 4
    +33 240 95 96 97
    @ www.lerouxlotz.com contact@lltpowerservices.com
    Leroux&Lotz est cité aussi dans ces articles :
  • Altawest recentre son activité d’exploitation sur les centrales à CSR
  • Leroux & Lotz va convertir la centrale Albioma de Bois Rouge à la biomasse
  • Les producteurs de bois-énergie CBQ+ visitent la centrale de cogénération de Commentry
  • Coriance acquiert la centrale biomasse de Commentry
  • Deux planchers extracteurs de silo Vibrafloor à la centrale biomasse de Brignoles
  • Extension du réseau de chaleur au bois du Val de l’Aurence à Limoges
  • La centrale de cogénération à biomasse de Chartres Métropole bientôt en service
  • 26 et 27 septembre 2018 à Rennes, premières assises de la pyrogazéification
  • Les acteurs français de la gazéification de la biomasse se positionnent sur le gaz renouvelable
  • Le CVE de Douchy-les-Mines valorise les déchets ménagers et hospitaliers
  • Tous les articles mentionnant Leroux&Lotz