GreCon protège du feu la plateforme bois de la centrale de Gardanne

Article paru dans le Bioénergie International n°50 de juillet-août 2017

La plateforme de broyage des bois ronds sur le site de le centrale UNIPER, photo RBL-REI

Dans le cadre du marché attribué en 2013 à la société RBL-REI par E.On, devenue Uniper, pour la réalisation complète des installations dédiées à l’alimentation en biocombustibles de la chaudière de l’unité Provence 4, RBL-REI a confié à GreCon la protection incendie préventive et curative de toute la chaîne des processus bois.

Une longue chaîne à sécuriser

Le lot sous la responsabilité de RBL-REI intégrait l’ensemble des équipements de réception, préparation, stockage et convoyage des biocombustibles. Il comprenait en particulier des broyeurs, des cribles, des convoyeurs, le dépoussiérage centralisé des ateliers de travail et de rupture de charge, l’ensemble devant être pourvu de détection et de protection contre le feu.

A Gardanne, Promat Sécurité a installé 96 détecteurs de points chauds GreCon dans 19 chutes de convoyeurs, photo GreCon

Si nous prenons l’enchaînement des processus dans leur sens chronologique, le bois fait son entrée à trois endroits sur la plateforme : en rondins sur le site de broyage de la Mounine ; en plaquettes forestières et broyats de déchets verts dans les fosses de quatre baies de livraison situées à 100 m environ du silo ; et en broyats de bois de recyclage dans un déchargeur hors sol situé à côté du silo.

La tour de criblage avec l’arrivée à droite du Curvoduc et à l’arrière des deux convoyeurs des baies de livraison de plaquettes, photo Frédéric Douard

Les rondins sont broyés et les plaquettes qui en résultent subissent un criblage à disques lors de leur convoyage vers le silo dans une tour dédiée : la tour de criblage. Les plaquettes forestières et les broyats de déchets verts, une fois déchargés dans les quatre baies qui leur sont attribués sont échantillonnés et déféraillés avant de transiter également par la tour de criblage avant d’intégrer la partie bois vierge du silo, tout comme les plaquettes de la Mounine. Les broyats de recyclage suivent quant à eux un circuit plus complexe, avec une baie de déchargement géographiquement séparée des autres et passage sur une plateforme de contrôle dédié à ce type de bois qui ne doit pas se mélanger aux autres pour des questions de traçabilité : là ce bois de recyclage passe par un crible à étoiles, un déferraillage, un passage au courant de Foucault avant transfert vers la partie bois de recyclage du silo. L’ensemble des produits est ensuite repris en base du silo par quatre vis d’extraction de 12 m de long et 1 m de diamètre, en porte à faux sur la galerie centrale, puis transporté vers la chaufferie par deux convoyeurs à bande, avant de transiter par des trémies vers les lits de la chaudière via un circuit de vis d’Archimède.

Une gestion du risque à tous les niveaux

Les actions mécaniques occasionnées sur les combustibles durant toutes ces opérations créent des phénomènes de friction et donc un échauffement de la matière. Cet échauffement peut, dans certaines conditions, générer une inflammation de la biomasse et provoquer des incendies.

Détecteurs GreCon DLD 1-8A sous les trémies de déchargement des bois vierges, photo GreCon

Ces incendies ou départs de feu peuvent avoir des conséquences dramatiques sur les installations s’ils ne sont pas identifiés et maîtrisés rapidement : destruction des équipements, arrêts de production, blessures corporelles des opérateurs, etc. C’est la raison pour laquelle RBL-REI a fait appel à la société GreCon pour étudier la protection de l’ensemble de l’installation biomasse et pour mettre en place les systèmes de protection préventifs capables de détecter et réduire les prémices de départs de feu sur tous les points à risques de la chaîne d’approvisionnement.

Fabricant de systèmes de détection et d’extinction d’étincelles depuis plus de 45 ans, leader mondial dans ce domaine avec plus de 200 000 sites protégés, GreCon propose à ses clients des solutions adaptées aux différents cas de figure, des solutions capables de reconnaître et de supprimer ces points chauds ou étincelles sans perturber le processus.

Les quatre baies de livraison des plaquettes forestières dont sortent deux lignes de convoyage vers la tour de criblage, et par dessus le convoyeur de charbon cendreux, photo Frédéric Douard

Concernant le site de Gardanne, en accord avec le cahier des charges établi par RBL-REI et avec le partenariat de la société Promat Sécurité qui était en charge de la protection incendie globale du site, GreCon a fourni deux centrales de commande de dernière génération de type CC 7036 Touch et CC 5004 Touch pour la surveillance des 19 zones à risques.

Promat Sécurité a installé en tout et pour tout 96 détecteurs de points chauds GreCon de type DLD 1/8A dans 19 chutes de convoyeurs. Ces détecteurs infrarouges sont capables de détecter les points chauds, étincelles, ou corps noirs chauds dont la température dépasse les 250 °C, température minimale d’inflammation du bois en couche, sans être perturbé par la lumière parasite (lumière du jour) et ce, au travers de la matière.

Gros plan sur des détecteurs de points chauds, photo GreCon

De plus, afin de garantir une sensibilité et une efficacité optimale, chaque détecteur de points chauds DLD 1/8 A installé sur site a été équipé de dispositifs de soufflage qui permettent de maintenir les optiques des détecteurs propres et ce, même dans des environnements très poussiéreux.

Une détection incendie intelligente

En cas de détection de points chauds ou d’étincelles sur le processus, les centrales de commandes GreCon transmettent une information d’alarme en moins de 10 ms au système de sécurité incendie du site (SSI) qui traite l’information et active un déluge d’eau en amont et en aval de chaque chute de convoyeur concernée par l’alarme.

Le système GreCon permet de faire la distinction entre un flux exceptionnel d’étincelles (ex : passage d’un corps étranger métallique chauffé, petite particule incandescente) et un flux conséquent et anormal d’étincelles (ex : défaillance d’une machine, casse de roulements ou rouleaux du convoyeur, feu sur la bande de convoyeur) par la mesure précise de l’énergie générée par cette source d’ignition. Cette température, et donc sa longueur d’onde infrarouge, analysée par le détecteur GreCon, est retransmise au poste de commande sous forme de « nombre d’étincelles ».

Détecteurs de points chauds GreCon DLD 1-8A en chute de convoyeur, photo GreCon

Ce comptage d’étincelles permet à GreCon de configurer les centrales de commande avec différents niveaux d’alarmes selon la gravité de la situation. En cas de flux d’étincelles faible et exceptionnel, le système GreCon supprime ces sources d’ignition sans interrompre la production.

Par contre, en cas de flux d’étincelles important, synonyme d’une défaillance machine ou d’un réel problème sur le processus, le système GreCon permet de stopper les machines concernées par la délivrance de contacts-secs. Ces asservissements entre centrale GreCon et processus permettent non seulement aux opérateurs d’identifier rapidement une défaillance machine et donc de limiter les dégâts sur le processus mais empêchent également le feu de s’étendre sur d’autres zones.

Une installation qui fait date

Détecteurs de points chauds dans la tour de criblage, photo GreCon

Fort d’une expérience de plus de 10 ans dans le domaine de la biomasse, avec la protection de plus de 20 sites en France et de nombreux autres sites dans le monde, la protection de l’unité Provence 4 de Gardanne fait aujourd’hui la fierté de GreCon et représente l’une de ses plus belles installations en France dans ce domaine.

Trois ans après la mise en place de ces systèmes de protection sur le site de Gardanne, la société RBL-REI a renouvelé sa confiance à GreCon en recommandant l’entreprise à ses prestataires chargés de protéger une unité pilote, un site de préparation de biocarburant de seconde génération à partir de biomasse lignocellulosique (bois, paille, résidus végétaux), avec un système de détection et d’extinction d’étincelles GreCon.

Contacts :

Frédéric Douard, en reportage à Gardanne-Meyreuil

Lire également sur ce sujet  :

Informations de contact de GreCon

logo GreCon
Bureau Technique en France
Aéroparc 3 - Immeuble Le Catamaran
3, rue du Tonnelier
F-67960 ENTZHEIM
+33 388 50 90 27
@ fr.fagus-grecon.com/ guillaume.prabel@grecon.fr
GreCon est cité aussi dans ces articles :
  • Scheuch rénove le traitement de fumées des deux centrales d’Amel à bois-déchet
  • Celticoat, producteur de granulés de bois social, solidaire et ultra-moderne
  • Plongée dans les entrailles de la centrale biomasse de Gardanne
  • À Gardanne, RBL-REI a réalisé la plus importante plateforme biomasse de France
  • Brenil Pellets, filiale de JRS, produit 50 000 tonnes par an dans le Morvan
  • Kiowatt, un excellent exemple de trigénération à base de bois
  • Bretagne Pellets, premier producteur de granulés de bois bretons
  • Protection incendie GreCon pour les usines de granulés de bois
  • KWatt Bois, producteur de granulés de bois dans les Pyrénées françaises
  • AET fournit une chaudière de 50 MW pour la cogénération biomasse chez DRT
  • Tous les articles mentionnant GreCon
  • Informations de contact de RBL-REI

    logo RBL-REI
    15 rue du Moulin des Landes
    CS 50159 – Saint Sylvain d'Anjou Cedex
    F-49481 Verrières en Anjou
    +33 241 21 19 40
    @ www.rblrei-france.com/fr/ s.bouhours@rblrei-france.com
    RBL-REI est cité aussi dans ces articles :
  • Galion2, la première centrale 100% bagasse-biomasse mise en service en Outre-mer français
  • Le maxi-broyeur de bois Saalasti de la centrale biomasse de Gardanne
  • Visite en drone de la plateforme bois de la centrale de Gardanne
  • Vidéos de l’inauguration de la chaufferie bois de Cergy-Pontoise
  • La chaufferie bois du réseau de chaleur de Cergy
  • Smurfit-Kappa Biganos, la plus grande centrale de cogénération bois de France
  • Tous les articles mentionnant RBL-REI