Précisions sur les approvisionnements forestiers de la centrale Provence 4 Biomasse

Coopérative Provence Forêt

Suite au 2e Comité Régional Biomasse qui s’est tenu le 13 décembre 2013, E.ON confirme la mise en service dès début 2015 de sa centrale Provence 4 à Gardanne qui fonctionnera à la biomasse. D’une capacité de production électrique de 150MW, cet investissement contribuera sur le long terme à l’équilibre du réseau électrique de la région PACA. Présidé par le Préfet de Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le comité a rassemblé les acteurs de la filière bois des régions PACA et Languedoc-Roussillon. La rencontre a été l’occasion de dresser le bilan des avancées du projet et de répondre aux nombreuses attentes locales suscitées par la conversion à la biomasse de cette centrale  initialement à charbon.

Voici un résumé des éléments présentés lors du Comité, en 6 points clés :

Le chantier de conversion a démarré en mai 2013 et durera près de 2 ans.

Suite à l’obtention en 2012 de l’ensemble des autorisations administratives, l’investissement de 230 millions nécessaire à la conversion de l’unité de production a été validé par le Groupe. Les travaux ont débuté en mai 2013 et vont se poursuivre durant près de 2 ans en mobilisant jusqu’à 250 personnes sur le chantier.

Le passage de l’efficacité énergétique à 41% diminue significativement l’empreinte environnementale de la centrale.

La rénovation de l’alternateur et de la turbine améliore significativement l’efficacité énergétique de la centrale permettant de produire la même quantité d’électricité en diminuant de plus de 6% les besoins d’approvisionnement en biomasse par rapport aux estimations de 2011. De plus, la valorisation d’une capacité de 9 MWth de vapeur permettra d’atteindre une efficacité énergétique de 41%. E.On travaille également au sein du groupe de travail initié par le Comité Régional Biomasse à l’utilisation d’une capacité maximale de 50 MWth pour des usages de chauffage urbain, de vapeur industrielle ou agricole. Ceci permettrait de porter l’efficacité énergétique global de Provence 4 Biomasse à 51%.

L’approvisionnement en bois sécurisé sur le long terme débutera en juillet 2014.

Avec une consommation de 855 000 tonnes de biomasse/an, Provence 4 Biomasse devient un acteur stratégique de la filière forêt-bois avec un volume d’approvisionnement comparable à celui d’un acteur de la filière papetière ou du sciage de taille industrielle. Plus de 85% des besoins en biomasse locale ont été sécurisés par des contrats pluriannuels. Les premières livraisons sont prévues dès juillet 2014 pour la période d’essais techniques et la constitution des stocks nécessaires au fonctionnement. Ces contrats de long terme (20 ans) constituent un levier financier de développement des entreprises de la filière bois et une garantie de rémunération des opérations d’achat de bois sur pied, de mobilisation et de transformation.Vue aerienne de la Centrale de Provence

La valorisation des bois d’élagage, d’entretien et de recyclage contribue à la mise en œuvre des politiques publiques en faveur de l’environnement.

La diversification des combustibles approvisionnant la centrale permet de diminuer la concurrence sur une ressource forestière certes abondante, mais précieuse. Près de 50% du besoin d’approvisionnement, soit 410 000 tonnes/an, sera à terme assuré par des bois d’élagage et d’entretien et des bois de recyclage qui pour l’essentiel sont aujourd’hui exportés, incinérés, mis en décharge ou brûlés à l’air libre.

La certification forestière, les documents de gestion et les partenariats territoriaux sont trois garants de la gestion durable de la ressource forestière.

L’arrivée d’un nouveau consommateur de bois de cette importance doit nécessairement se traduire par une augmentation de la surface forestière gérée durablement et une mobilisation supplémentaire de bois, tous débouchés confondus. Pour mettre en œuvre concrètement ces objectifs, trois outils ont été présentés au Comité Régional Biomasse :

  • 100% du besoin en bois d’origine forestière sera certifié (PEFC/FSC) en 2025. L’augmentation de la certification sera régulière durant les 10 premières années de fonctionnement ;
  • Des partenariats territoriaux qui permettent de développer un projet d’aménagement et de développement local intégrant les enjeux économiques, sociaux et environnementaux (protocole de travail en cours d’élaboration avec le Parc national des Cévennes) ;
  • Un mandat de long terme avec la Société Forestière (filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations) qui se base sur le tri des bois par qualité, la mobilisation de ressources forestières aujourd’hui non-exploitées et l’augmentation de la surface de forêt privée couverte par un document de gestion durable.

 Les appels à initiatives lancés sur les territoires alpin et cévenol doivent contribuer à la sécurisation des besoins locaux.

Financés par le groupe E.ON à hauteur de 200 000 € par territoire, les appels à initiatives visent à soutenir des actions proposées par les acteurs institutionnels et professionnels de la filière bois. Les principaux objectifs des actions soutenues sont d’optimiser les coûts de production de bois déchiquetés et de rentabiliser les opérations de tri de bois par qualité. Deux paramètres essentiels contribuant à l’alimentation de l’industrie du sciage et à l’émergence de chaufferies locales, aujourd’hui limitée par la disponibilité d’un combustible économiquement compétitif. A ce jour, 30 actions ont été déposées sur les Alpes (04/05) et les Cévennes (30/48) pour une réalisation en 2014.

Pour mémoire ce plan d’approvisionnement forestier local est progressif, afin de laisser le temps à la filière régionale de se structurer

En effet de 2015 à 2025, du bois d’importation permettra de démarrer la centrale à 100% de sa puissance, mais cet apport va aller décroissant sur la période. Ce laps de temps de croissance de la partie locale, permettra aux entreprises et aux propriétaires forestiers des deux régions PACA et Languedoc Roussillon de s’organiser pour assurer de 435 000 tonnes au départ en 2015, jusque 770 000 tonnes en 2025, hors partie bois de recyclage et base charbon.

Evolution des approvisionnements de Provence 4 de 2015 à 2025

3 réponses

  1. Bachir04 dit :

    Pour ceux qui n’ont pas de calculette
    Au démarrage, l’efficacité énergétique sera plutôt de 37%.
    855 000 tonnes de biomasse brûlées à une efficacité énergétique de 41%, ça équivaut à transformer 500 000 tonnes de biomasse, équivalent à 600 000 m³ de bois, transformées en vapeur, fumées et cendres, POUR RIEN, pas de production d’électricité ni de chaleur.
    Soit, en ressource forestière, 520 000 m³ de bois récolté dans les forêts,
    Soit localement 387 000 m³ de bois en 2015, et 520 000 m³ de bois en 2025
    Précieuse ressource … quelqu’un aurait-il une meilleure idée pour ces 600 000 m³ vaporisés ?
    Bachir04

  2. Gaillard dit :

    Tout ceci est très bien, mais ça ne dit pas si il restera une allumette pour les autres projets dans les disons 50 km autour de Gardane, et ce qui empêchera EON de continuer à importer, car moins cher.

  1. 14 janvier 2014

    […] Précisions sur les approvisionnements forestiers de la centrale Provence 4 Biomasse […]