Une chaudière bois de 9 MW pour l’hôpital de Limoges

La chaufferie du CHU de Limoges, photo COMPTE R.

Depuis la fin 2008, la chaufferie du CHU de Limoges produit 66% des besoins énergétiques pour chauffer le site principal de l’établissement. Au lendemain du « Grenelle de l’Environnement », ce projet permet au CHU de Limoges de diminuer considérablement sa consommation de ressources fossiles mais aussi sa facture énergétique de 500 000 € par an.

Au début de l’été 2006, la direction générale et la direction des travaux du CHU de Limoges a décidé de réaliser un bilan du système de chauffage du site principal de l’établissement afin de tenir compte de l’évolution des normes environnementales. Le CHU souhaitait également que la dimension environnementale soit intégrée en amont du choix d’une nouvelle solution.

Cette volonté s’est trouvée renforcée avec le décret de juillet 2006 qui prévoit une baisse de la TVA sur les énergies de 19,6% à 5,5% pour les entreprises qui produiront plus de 60% de leur énergie en biomasse. La motivation écologique devient aussi économique.

Le CHU de Limoges avait alors deux alternatives : se raccorder à un autre réseau d’énergie renouvelable ou créer sa propre énergie. Bénéficiant déjà d’un réseau de chauffage de 3 km alimentant 4 de ses 5 hôpitaux (et leurs annexes à proximité) mais aussi la faculté de médecine et de pharmacie et le CH Esquirol présents sur le même site, la direction du CHU opte pour la seconde solution.

Le réseau de chaleur qui fonctionnait à 96% avec du gaz (et le complément en fuel lourd) a été entièrement rénové pour répondre aux nouvelles exigences en matière d’émissions atmosphériques et de ne produit désormais plus que 34% de l’énergie nécessaire au chauffage des bâtiments pré-cités. Les 66% restant sont donc produits par une chaudière bois de 9 MW de marque Compte R..

Le silo de la chaufferie du CHU de Limoges, photo COMPTE R.

Ce projet est aussi une opportunité pour la filière bois en Limousin, puisque cette chaufferie consomme annuellement 20 000 tonnes d’un mélange écorce plaquette forestière de catégorie A (soit, au maximum –en période hivernale- l’équivalent du chargement de 3 camions par jour), et créera une dizaine d’emplois dans cette même filière.

La société Dalkia est en charge de l’ensemble de ce projet d’envergure (construction de la nouvelle chaufferie, rénovation du système actuel, exploitation des sites) dont l’investissement représente un montant de plus de 8 M€. Le bâtiment qui héberge cette nouvelle chaufferie a lui-même quelques atouts environnementaux à faire valoir puisque il sera équipé de matériel photovoltaïque et de récupération d’eau pluviale.

Contacts : 

Informations de contact de Compte

Compte est cité aussi dans ces articles :
  • Dans le département du Gard, promouvoir le bois-énergie pour soutenir la filière forestière
  • Depuis 2014, Châteaudun se chauffe renouvelable avec le bois et la rafle de maïs
  • Le réseau de chaleur au bois de la commune du Blanc donne toute satisfaction
  • Après dix ans d’utilisation, SKF toujours satisfait de sa chaudière à bois !
  • Briançon, ville la plus haute de France, chauffée par deux chaudières bois à hautes performances
  • La chaufferie bois Compte R. à silos-conteneurs de l’Université de Gand
  • Le réseau de chaleur de la commune de Barby en Savoie est alimenté à 95% par le bois
  • Articles et reportages sur les chaudières à biomasse Compte R.
  • Le bois pour maîtriser les coûts de chauffage des serres des Jardins de Camargue
  • Gennevilliers investit dans une chaufferie biomasse pleine de bonnes idées
  • Tous les articles mentionnant Compte