La fromagerie de Charchigné bientôt chauffée majoritairement à la biomasse

Article paru dans le Bioénergie International n°59 de janvier 2019

La chaufferie de la fromagerie de Charchigné, photo Frédéric Douard

Située dans un petit village situé au nord du département de la Mayenne, en bordure de l’Orne, la société fromagère de Charchigné est depuis 1985 la plus grosse usine de fabrication d’emmental en Europe. Appartenant au Groupe Lactalis, elle emploie 380 personnes et produit 40 000 tonnes d’emmental par an à partir de 300 millions de litres de lait collectés chaque année auprès de 800 producteurs.

Réduire l’impact environnemental de l’usine

Depuis 2015, la société a mis en service une chaufferie à biomasse de 3,25 MW dans le cadre de la politique de développement durable du Groupe et à l’occasion de l’appel à projets de chaleur renouvelable BCIAT 2012. Cet équipement est l’une des trois chaufferies à bois réalisées par Lactalis en France ces dernières années, avec celle de Saint-Pierre-sur-Dives dans le Calvados et celle de Domfront-en-Poiraie dans l’Orne.

L’intérieur de la chaufferie biomasse de Charchigné, photo Frédéric Douard

La chaufferie bois couvre 70 % des besoins thermiques de l’usine. Ces besoins se répartissent entre les processus laitiers et le chauffage des bâtiments qui couvrent 22 000 m². La volonté du Groupe dans cette opération programmée dès 2011 était de limiter la dépendance aux fluctuations des prix des énergies fossiles et de réduire l’impact environnemental de l’usine. Notons que le site est ISO 50 001, la certification qui vise à améliorer la performance énergétique des entreprises.

L’échangeur vapeur de la chaudière bois de Charchigné, photo Frédéric Douard

Parallèlement à la réalisation de la chaufferie bois, la fromagerie s’est également engagée avec un groupement d’éleveurs locaux, pour acheter la chaleur fatale de la future centrale de méthanisation et cogénération Agrimaine qui sera mise en service en 2019. Pour la fromagerie, cet achat de chaleur renouvelable viendra ainsi compléter la production renouvelable au bois.

La chaufferie biomasse Vyncke

Le Groupe Lactalis a choisi le constructeur belge Vyncke pour équiper sa chaufferie bois de Charchigné, tout comme il l’a également fait pour ses deux autres sites de Saint-Pierre-sur-Dives et Domfront-en-Poiraie. Vyncke figure en effet parmi les meilleures références mondiales en matière de conception et fabrication de chaudières industrielles à biomasse. Et le chaudiériste n’en est en effet pas à ses débuts puisqu’il fabrique des chaudières à biomasse à eau chaude et à vapeur depuis 1912 !

La chaudière Vyncke de 3,25 MW, photo Frédéric Douard

La chaudière Vyncke fournit à l’usine de Charchigné jusqu’à 5 tonnes de vapeur par heure, 7 j/7, toute l’année sauf en périodes de maintenance. Le reste des besoins, qui est pour l’instant couvert par l’ancienne chaufferie à fioul lourd, sera remplacé prochainement par la chaleur de la centrale de cogénération Agrimaine.

C’est au niveau du canal d’introduction du bois dans la chaudière qu’est pratiquée la mesure d’humidité du bois, photo Frédéric Douard

La chaudière à bois est équipée d’un foyer à grille dynamique qui lui permet d’utiliser un combustible relativement humide. La qualité de la combustion est optimisée en continu grâce au suivi précis de l’humidité du bois. Pour cela, une sonde en mesure la valeur en continu par deux canaux différents, en direct et par réflexion, ce qui permet de ne mesurer qu’un différentiel, rendant l’appareil autostable au vieillissement de la source. De fait, la sonde ne demande pas de recalibrage annuel comme c’est le cas avec les systèmes faisant appel à la spectroscopie proche infrarouge.

En sortie de chaudière les gaz de combustion passent dans un économiseur permettant de récupérer plusieurs centaines de kW, et ceci avant de traverser deux filtres, un multi-cyclones et un électrofiltre qui les débarrassent de leurs poussières.

Le fonctionnement

La chaudière consomme 12 000 tonnes de plaquettes forestières en moyenne par an. Celles-ci sont fournies par la société Biocombustibles Normandie. Elles sont livrées dans deux fosses permettant d’accueillir jusque six camions de 100 m³, ce qui garantit une autonomie de 4 à 5 jours de fonctionnement. À chaque livraison, le combustible est échantillonné pour en contrôler l’humidité à l’étuve.

La salle hydraulique des vérins des échelles racleuses d’extraction du silo à bois à Charchigné, photo Frédéric Douard

Pour la conduite et la maintenance ordinaire de l’installation, deux personnes du service maintenance de l’usine se relayent, ce qui consomme 30 % de leur temps. La maintenance annuelle, qui dure une à deux semaines selon les années, est quant à elle sous-traitée à une société spécialisée. Un réglage et contrôle annuel de l’installation est par ailleurs confié chaque année à Vyncke.

L’électrofiltre de la chaufferie de la fromagerie de Charchigné, photo Frédéric Douard

Enfin, le Groupe a confié la reprise des cendres foyères à son fournisseur de bois, Biocombustibles Normandie, qui les valorise de son côté. Les poussières de filtres sont quant à elles dirigées vers l’enfouissement.

Contacts :

Frédéric Douard, en reportage à Charchigné

Informations de contact de Berthold
logo Berthold
BERTHOLD FRANCE SAS
8, Route des Bruyères
F-78770 THOIRY
+33 134 94 79 00
@ www.berthold.fr berthold-france@berthold.com
Berthold est cité aussi dans ces articles :
  • Les deux chaudières bois de 8 MW qui chauffent le Val Fourré à Mantes-la-Jolie
  • Une nouvelle chaudière à bois Vyncke pour la SNEC à Saint-Pierre-sur-Dives
  • La société fromagère de Domfront se dote d’une chaudière à biomasse Vyncke
  • La centrale biomasse de Falun produit chaleur, électricité, froid et granulés
  • Berthold mesure l’humidité dans la biomasse en temps réel
  • Servary, pionnier du granulé de bois dans les Landes de Gascogne
  • Montée en puissance de la seconde scierie à énergie positive Piveteau Bois
  • Pellet Land, la plus grande usine de granulés de bois d’Aquitaine
  • Biosyl, l’avenir du granulé de bois français est feuillu
  • Piveteau Sainte-Florence, troisième cogénération biomasse pour Urbas en France
  • Tous les articles mentionnant Berthold

  • Beth est cité aussi dans ces articles :
  • Une chaudière bois Urbas de 8,5 MW pour les serres du Cosquer à Plougastel
  • Une chaufferie vapeur à bois de 20 MW chez Arjowiggins à Amélie-les-Bains
  • La plus grande usine Volvo Trucks d’Europe chauffée au bois
  • Une chaudière à bois de 2,5 MW pour l’usine landaise de foie gras Delpeyrat
  • L’unité de granulation de bois de Mariembourg en Wallonie
  • Tous les articles mentionnant Beth

  • Informations de contact de Vyncke
    logo Vyncke
    Gentsesteenweg 224
    B-8530 Harelbeke
    +32 56 730 669
    +33 970 444 630
    @ www.vyncke.com jbe@vyncke.com
    Vyncke est cité aussi dans ces articles :
  • Une chaufferie bois aux Ulis pour un prix bas du chauffage urbain
  • À Göteborg, une chaufferie gaz de 110 MW convertie au bois pulvérisé
  • PetroBio convertit les grandes chaudières fioul et gaz à la biomasse
  • DWS-Hybrid Multifuel Vyncke, la grille biomasse la plus souple d’utilisation au monde
  • Première mondiale de captation de CO2 sur chaudière bois pour culture sous serre
  • Le bois, désormais énergie principale du réseau de chaleur de Calais
  • Articles et reportages sur les chaudières à biomasse Vyncke
  • Plongée au coeur de Biowatts, la centrale biomasse d’Angers
  • Chaudière Vyncke, bois B, ORC, hydro-accumulation et trigénération à Crissier
  • La nouvelle chaudière à marc de café de l’usine Nestlé de Dieppe
  • Tous les articles mentionnant Vyncke