Première mondiale de captation de CO2 sur chaudière bois pour culture sous serre

Article paru dans le Bioénergie International n°62 de l’été 2019

La chaufferie biomasse DES à Sirjansland aux Pays-Bas avec ses deux ballons d’eau chaude et ses deux poches de CO2 renouvelable, photo Duurzame Energie Sirjansland

La société Duurzame Energie Sirjansland (DES), ou Énergie Renouvelable Sirjansland en français, a été créée en 2017 par un consortium de trois serristes des Pays-Bas. Ces serres existent depuis une vingtaine d’années, mais il y a environ cinq ans, les producteurs ont uni leurs forces pour lutter contre la hausse des coûts du gaz et pour contribuer à la transition énergétique. La chaleur géothermique et la méthanisation n’étant pas réalisable dans leur secteur, les entrepreneurs ont appris que de grandes quantité de biomasse de leur région n’étaient pas utilisées et qu’elle était de fait exportée en Allemagne. Ils ont ainsi mis en service une chaufferie à bois située au beau milieu de leurs serres dans le petit village de Sirjansland situé dans l’île de Zélande, en plein cœur de la Hollande maritime. Et en plus, ils ont ajouté au projet une installation unique au monde de captage du CO2 sur chaudière à biomasse.

Les installations et serres de DES, photo DES

La nécessaire transition énergétique

À l’heure de l’urgence climatique, mais aussi de la prochaine fermeture des champs gaziers de Groningue pour cause d’affaissement de cette région littorale, le gouvernent néerlandais a mis en place une politique incitative de remplacement du gaz par des sources d’énergie renouvelable. Il s’est notamment engagé à réduire les émissions de CO2 du pays d’ici 2030 à 49 % des niveaux de 1990. Le secteur de l’horticulture aux Pays-Bas, très gros consommateur de gaz, doit ainsi trouver des alternatives plus respectueuses de l’environnement !

La chaufferie bois apporte aux serres à la fois chauffage et CO2, photo DES

Le projet DES permet de substituer 6,5 millions de mètres cubes de gaz naturel par an par du bois pour produire des milliers de tonnes de tomates et d’aubergines. Cela représente 70 % des besoins en gaz des trois serristes. Parallèlement, une autre pratique de la profession, consistant à utiliser du CO2 pour favoriser la croissance des plantes, était également en contradiction avec les objectifs cités précédemment car ce CO2 était produit à partir d’hydrocarbures fossiles. L’idée a donc germé de produire du CO2 renouvelable à partir de la combustion de la biomasse utilisée pour le chauffage des serres. Le CO2 renouvelable du bois sert alors à substituer deux CO2 fossiles, celui du gaz et celui du CO2 acheté. Cette substitution représente au global 12 000 tonnes de CO2 par an.

La chaudière VYNCKE de 8 MW lors de sa mise en place en 2018, photo DES

La réalisation des équipements techniques a été confiée à l’entreprise Vyncke pour la chaufferie biomasse et à l’entreprise Frames pour le captage du CO2. L’investissement total se monte à 8 M€, dont 3 pour la chaufferie, 2 pour le CO2 et 2 pour le génie civil.

La chaudière biomasse Vyncke à grille DWS-Hybrid, la plus polyvalente au monde

Le broyât de déchets verts utilisé chez DES contient jusque 10% de minéraux, photo Frédéric Douard

Pour garantir la rentabilité de leur investissement les porteurs du projet ont recours à la biomasse la moins chère : des produits d’élagage, la fraction ligneuse des déchets verts et en abondance des refus de criblage des compostières. Il en résulte un combustible grossier (P200), potentiellement très humide mais surtout très riche en minéraux avec toujours plus de 10 % de minéraux et parfois plus de 15 %. Le maximum acceptable par la grille Vyncke DWS-Hybrid est de 25 % de minéraux.

Le bois est manipulé automatiquement au grappin, photo Frédéric Douard

Pour brûler des biocombustibles soit très humides, soit secs, soit riches en minéraux, ou les trois mélangés, et sans faire de mâchefer, Vyncke a développé une grille unique au monde : la DWS-Hybrid. Elle combine en un seul équipement plusieurs technologies développées par Vyncke depuis les années 1980.

La base du foyer DWS-Hybrid en deux parties de la chaudière Vyncke, photo Frédéric Douard

La chaudière Vyncke de DES est donnée pour 8 MW avec un bois à 55 % d’humidité, mais la grille accepte aussi le bois sec, car elle est composée de cinq zones de combustion hybrides. Deux zones en haut du foyer, au niveau de l’introduction du bois, sont refroidies par eau, alors que les trois zones en contrebas sont refroidies par air. En cas d’utilisation de bois sec, la combustion s’opère rapidement sur les zones du haut, sans encombre car refroidies assez fortement par l’eau. En cas d’utilisation de bois humide, la combustion se prolonge sur l’ensemble des cinq zones. Et les deux combustibles peuvent aussi être mélangés et conduire au même résultat. Pour faciliter le séchage du bois et le maintien de températures élevées dans le foyer, l’air de combustion est préchauffé dans l’économiseur à tubes de fumée de la chaudière.

Le foyer DWS-Hybrid de la chaudière VYNCKE de DES, photo Frédéric Douard

Clapet coupe-feu refroidi à l’eau sur le canal de poussée du vérin poussoir de la chaudière VYNCKE, photo Frédéric Douard

En sortie des circuits d’échange, les gaz de combustion sont dépoussiérés par un filtre cyclonique, puis par un filtre à manches. Les valeurs limites d’émission sont très sévères avec un maximum autorisé de 5 mg/Nm³ à 6 % d’O2 pour les poussières. Les émissions d’oxydes d’azote sont quant à elles maîtrisées par un recyclage des gaz de combustion au niveau du foyer, afin de pratiquer une combustion étagée et pas trop oxydante pour l’azote de l’air comburant, mais aussi par l’injection proportionnelle d’urée dans la chambre de combustion. La VLE pour les NOx est de 145 mg/Nm³.

Le captage de CO2

Frames, le fournisseur de la technologie, est une société néerlandaise de 200 personnes fondée en 1984. Elle conçoit et fournit au niveau mondial des solutions sur mesure pour l’industrie pétrolière et gazière. Récemment, elle s’est également spécialisée dans les solutions pour l’eau, l’énergie renouvelable et notamment les technologies de séparation pour le biogaz.

Pour ce projet en biomasse solide, Frames a utilisé la technologie Galloxol® pour le captage et la purification du carbone pour produire un CO2 de haute qualité. Cette technologie dite de lavage aux amines, avait d’abord été conçue pour le captage de CO2 dans l’industrie du pétrole et du gaz. Et il y a un peu plus de cinq ans, la société a adapté sa technologie à l’élimination du CO2 sur le marché du biogaz.

Pour le projet DES, forcément différent des précédents du fait de la chimie particulière du bois, Frames s’est rapproché de la société Vyncke, qui pratique la biomasse depuis 1912, pour développer le système complet avec elle.

Description du processus de captation de CO2

Après que le bois ait brûlé, les gaz de combustion riches en CO2 passent par un condenseur où ils sont dissouts dans du Gallaxol, un solvant respectueux de l’environnement et qui absorbe le CO2. Le Gallaxol est en effet conçu pour prélever de manière très sélective le CO2 dans les gaz de combustion en laissant les autres composants libres. Les autres gaz que le CO2 sortent donc de l’absorbeur comme s’il s’agissait d’une cheminée normale.

Absorbeur et désorbeur Frames chez DES, photo Frédéric Douard

On récupère donc le Galloxol chargé en CO2 et en eau de la condensation. Ce liquide est chauffé à environ 140 °C et le Galloxol libère le CO2 et se régénère. L’eau s’évapore de nouveau et on récupère donc CO2 et H2O en phase gazeuse. Ce mélange gazeux est ensuite asséché en deux étapes de condensation (45 °C, puis -3 à -10 °C). Le CO2 sec est ensuite « nettoyé » dans un « oxydeur » pour enlever les éventuelles odeurs.

L’installation génère 2,2 tonnes de CO2 par heure, pur à 99,8 %. Elle comprend également un analyseur de gaz pour vérifier la qualité du CO2 sur plusieurs composants traces. Cette analyse vérifie en particulier les niveaux de NOx et d’éthylène qui sont des sous-produits de la combustion qui préoccupent les producteurs de légumes. En cas de détection d’éléments indésirables, le CO2 est évacué dans l’atmosphère.

Les installations thermodynamiques de Frame chez DES, photo Frédéric Douard

Le CO2 conforme est quant à lui collecté dans deux gazomètres de 4 200 m³ chacun en forme de ballon. Le CO2 y est stocké à 4,2 mbar de pression et comme il pèse alors 1,76 kg/m³, chaque ballon en contient 7,4 tonnes. Il est ensuite poussé à travers 27 km de conduites qui le distribuent dans les serres.

Les deux ballons de stockage du CO2 de de 4 200 m³ chacun, photo Frédéric Douard

Signalons enfin que par rapport à l’achat de CO2 liquide, l’unité de DES permet de produire un CO2 à la moitié du prix de marché, amortissement et exploitation compris.

L’ensemble des équipements, chaufferie et captage, est géré par deux personnes.

A gauche Claude van Hoornweder et à droite Jérôme Béarelle, tous deux de VYNCKE et au centre Nick ten Asbroek de FRAME, photo Frédéric Douard

L’échangeur vertical de la chaudière Vyncke, photo Frédéric Douard

Contacts :

  • Duurzame Energie Sirjansland :
 www.des-bv.nl
  • Chaudiériste : www.vyncke.com
    • Contact francophone : Jérôme Béarelle
+33 619 88 33 53 – jbe@vyncke.com
    • Contact néerlandais : Claude Van Hoornweder +32 497 051 698 – cvh@vyncke.com
  • Captation de CO2 : Nick ten Asbroek
 /+31 651 968 979 / +31 172 461 600 – n.ten.asbroek@frames-group.com – 
www.frames-group.com
  • Pont roulant : www.dcb.dk
  • Trémie de la chaudière à fond mouvant : www.cargofloor.com
  • Convoyeurs de bois silo-chaufferie : www.trasmec.com
  • Filtre à manches : www.scheuch.com

Frédéric Douard, en reportage à Sirjansland

DCB est cité aussi dans ces articles :
  • Une chaufferie bois aux Ulis pour un prix bas du chauffage urbain
  • Les deux chaudières bois de 8 MW qui chauffent le Val Fourré à Mantes-la-Jolie
  • Tous les articles mentionnant DCB

  • Informations de contact de Scheuch
    logo Scheuch
    APitec
    20, rue du Metz
    F-59000 Lille
    +33 320 31 61 52
    @ www.scheuch.com a.berkoune@wanadoo.fr
    Scheuch est cité aussi dans ces articles :
  • Vertes prairies et air propre avec le constructeur de filtres Scheuch
  • La chaufferie à bois B & déchets de pulpeur de la papeterie de Venizel
  • Dans le quartier Belle-Beille, la cinquième chaufferie bois d’Angers Loire Métropole
  • Saica inaugure la chaufferie biomasse de 42,5 MW de sa papeterie de Venizel
  • Scheuch rénove le traitement de fumées des deux centrales d’Amel à bois-déchet
  • Plongée au coeur de Biowatts, la centrale biomasse d’Angers
  • LIGER, la centrale territoriale multi-bioénergies phare en Bretagne
  • Ecoliane, la chaleur multi-renouvelable de Boulogne-sur-Mer
  • Test de pression réussi pour la chaudière biomasse BERTSCHenergy de Saica Paper France
  • Danzer-France s’équipe d’une chaudière bois Polytechnik à régulation mathématique poussée
  • Tous les articles mentionnant Scheuch

  • Trasmec est cité aussi dans ces articles :
  • Le chauffage urbain de Chambéry renouvelable à 66% avec sa deuxième chaufferie bois
  • Avec sa nouvelle centrale, Epinal alimenté à 85% en chaleur par le bois
  • La chaufferie biomasse du réseau de chaleur d’Aix en Provence
  • AET fournit une chaudière de 50 MW pour la cogénération biomasse chez DRT
  • Roquette marie biomasse-énergie et géothermie profonde en Alsace
  • La centrale de cogénération de Lens s’alimente en bois rond
  • Avec 22 MW au bois, Angers inaugure une centrale de cogénération à but social
  • Orléans met en service sa première centrale de cogénération biomasse
  • La centrale biomasse de Grand-Couronne fournit de la vapeur à l’usine Saipol
  • Tous les articles mentionnant Trasmec

  • Informations de contact de Vyncke
    logo Vyncke
    Gentsesteenweg 224
    B-8530 Harelbeke
    +32 56 730 669
    +33 970 444 630
    @ www.vyncke.com jbe@vyncke.com
    Vyncke est cité aussi dans ces articles :
  • À Göteborg, une chaufferie gaz de 110 MW convertie au bois pulvérisé
  • PetroBio convertit les grandes chaudières fioul et gaz à la biomasse
  • DWS-Hybrid Multifuel Vyncke, la grille biomasse la plus souple d’utilisation au monde
  • Le bois, désormais énergie principale du réseau de chaleur de Calais
  • La fromagerie de Charchigné bientôt chauffée majoritairement à la biomasse
  • Une nouvelle chaudière à bois Vyncke pour la SNEC à Saint-Pierre-sur-Dives
  • Articles et reportages sur les chaudières à biomasse Vyncke
  • La société fromagère de Domfront se dote d’une chaudière à biomasse Vyncke
  • Chaudière Vyncke, bois B, ORC, hydro-accumulation et trigénération à Crissier
  • La nouvelle chaudière à marc de café de l’usine Nestlé de Dieppe
  • Tous les articles mentionnant Vyncke