Baisse de 20% du prix de l’énergie au Puy-en-Velay grâce à la chaufferie bois

Phil'Auvergne, le centre aqualudique du Puy-en-Velay qui ouvrira au public en juin 2012

Pour chauffer l’eau du futur centre aqualudique, la Communauté d’Agglomération du Puy-en-Velay s’est orientée vers le bois-énergie, une manière de valoriser une ressource naturelle locale sous-exploitée, de lutter contre l’effet de serre et de ne pas subir la fatale envolée des coûts des énergies fossiles. Par la suite, les élus ont décidé d’élargir cette réflexion, pour passer à un réseau de chaleur à l’échelle du quartier de Guitard. L’idée était en effet de profiter de l’implantation de cette chaufferie pour passer d’autres bâtiments au bois-énergie.

En 2009 et 2010, une étude de faisabilité a confirmé l’intérêt du projet de réseau de chaleur. Vingt-quatre bâtiments sont concernés : 480 logements sociaux, le centre social, le gymnase et le groupe scolaire de Guitard, la ferme Bel Air, le lycée de Roche Arnaud et la bibliothèque de prêt. Le projet a permis de passer d’une chaufferie bois pour un bâtiment, à un projet énergétique pour tout un quartier.

Un appel d’offres a ensuite été lancé pour la réalisation et l’exploitation du futur réseau de chaleur, et celui-ci a débouché ce 9 janvier 2012 sur la signature d’un contrat de délégation de service public du chauffage urbain au bois de la communauté d’agglomération du Puy-en-Velay, au profit de l’entreprise Cofely.

Long de 8 km, ce réseau au bois alimentera en chauffage et eau chaude sanitaire la nouvelle piscine ainsi qu’une cinquantaine de bâtiments, dont 906 logements sociaux dans les quartiers de «Guitard», de « Roche–Arnaud » et du «Val-Vert».

Dans l’esprit de l’engagement de l’agglomération en faveur du développement durable, cette  chaufferie bois-énergie de 5,2 MW permettra aux utilisateurs de bénéficier d’un chauffage plus économique et plus respectueux de l’environnement :

  • 90 % de la chaleur sera produite à partir d’énergies renouvelables, l’appoint étant assuré par du gaz.
  • les tarifs baisseront en moyenne de 20 % et seront stables dans la durée.

La chaufferie biomasse représente également un atout pour la filière bois locale qui lui fournira, dès 2013, 8 200 tonnes de bois-énergie par an, composé à plus de 50 % de plaquettes forestières. Cela permettra la création de 9 emplois pérennes (équivalent temps plein selon l’ADEME) dans la filière bois. De plus, Cofely s’est engagée à assurer l’approvisionnement en partie depuis la plateforme de Polignac, qui transforme du bois provenant de forêts situées majoritairement dans un rayon de moins de 80 km.

Les travaux de la nouvelle chaufferie s’élèvent à près de 8 millions d’euros et débuteront au premier semestre 2012 pour une mise en service à l’été 2013.

Frédéric Douard, Bioénergie International

 

2 réponses
  1. 20% est la baisse moyenne pour l’ensemble des nouveaux usagers sachant que tous bien sûr n’avaient ni le même combustible, ni les mêmes prestations, ni les mêmes conditions de quantités. Certains étaient déjà en chauffage collectif tandis que les autre en individuel. Dans tous les cas, il est fort peu probable qu’il y ait dans cette moyenne des anciens clients de l’électricité, la trop coûteuse conversion de leur système de chauffage les ayant empêché de faire le pas. C’est malheureusement souvent le cas !

  2. carole joly dit :

    baisse de 20% par rapport à quoi? les habitants bénéficiaient-ils de chauffage électrique, d’un réseau de chaleur?

Informations de contact de Compte.R

Compte.R est cité aussi dans ces articles :
  • Les entreprises Chaleur Bois Qualité Plus capables de fournir près de trois millions de tonnes de bois-énergie par an
  • Compte.R. recherche des talents pour répondre à la forte demande en chaufferies biomasse
  • L’association Chaleur Bois Qualité Plus tenait son assemblée générale 2022 à Arlanc
  • Sur l’Aubrac, une chaudière bois valorise les sous-produits des Ets Gaillard-Rondino
  • La chaufferie biomasse de 5 MW du réseau de chaleur de Sarrebourg inaugurée
  • Chauffage renouvelable avec les chaufferies bois du réseau de chaleur de Saint-Étienne
  • La chaudière bois de l’hôpital d’Alès, l’une des 3000 références du constructeur Compte.R
  • Rencontre avec Edouard Marienbach, président de Compte.R, premier chaudiériste biomasse de France
  • La forêt, source d’énergie pour les deux réseaux de chaleur d’Eygurande en Corrèze
  • Articles et reportages sur les chaudières à biomasse Compte R.
  • Tous les articles mentionnant Compte.R