Un partenariat public-privé pour la chaufferie bois de l’hôpital de Périgueux

Une chaufferie de 5,6 MW au bois vient d’être inaugurée ce 20 décembre 2011 au centre hospitalier de Périgueux. En 2010, le Centre Hospitalier de Périgueux avait en effet conclu un partenariat public-privé de 22 ans, avec Cofely, et portant sur la conception, la réalisation et l’exploitation d’une centrale de production thermique à partir de biomasse.

Avec la volonté d’intégrer le développement durable dans tous les paramètres du projet, le Centre Hospitalier de Périgueux a intégré les trois dimensions du développement durable :

  • dimension environnementale : le recours à la biomasse permet d’éviter le rejet à l’atmosphère de 8 000 tonnes de CO2 par an. Le bois utilisé pour alimenter les deux chaudières biomasse est un mélange composé de plaquettes forestières et de broyat de palettes. Au total, 11 000 tonnes de bois par an seront nécessaires à la production énergétique pour le CHP.
  • dimension sociétale : avec la mise en place d’une plateforme à proximité du CHP, le mode d’approvisionnement du bois contribue de façon significative au développement de la filière bois locale.
  • dimension économique : avec un prix du bois plus économique et déconnecté de la volatilité du prix d’une énergie fossile.

Le projet en chiffres

  • 2 chaudières bois COMPTE R de 3,8 et 1,8 MW
  • Besoins thermiques couverts à 90 % par la biomasse
  • 11 000 tonnes de bois-énergie consommées par an
  • 8 000 tonnes de CO2 économisées par an
  • Appoint et secours au gaz naturel : 8,5 MW
  • Durée du PPP :  22 ans
  • Effectifs à temps plein : 6 collaborateurs
  • Investissement total : 5,5 millions €

Frédéric Douard, Bioénergie International

1 réponse
  1. Simon Gaillard dit :

    « L’ensemble délivrera l’énergie thermique nécessaire au fonctionnement du CH (31 000 MWH par an environ) sur une production basée à 90 % sur du combustible biomasse et 10 % de gaz. » ( Source : http://www.dordogne.pref.gouv.fr/sections/actualites/communiques/centre_hospitalier_d/view ), soit, pour le bois : 31 GWh x 90 % = env. 28 GWh/an.

    HPU : 28 GWh/an / 5,6 MW = 5 000 h/an ; comme ça tombe bien ! ;-).

    MWh / T de bois : 28 GWh/an / 11 T de bois /an = 2,545 MWh/T ; tiens, là, ça ne tombe pas rond, bizarre !

    € / W bois : 5,6 MW / 5,5 M€ = 1,02 € / W : ça ne tombe pas rond, mais de vraiment peu ! D’autre part, il est remarquable de constater que, quelque soit la puissance, une opération tourne très souvent très près de 1€/W bois. OK, d’habitude, il y a un réseau de chaleur; mais ici, il s’agit de restructuration lourde, qui comprend donc la déconstruction, et peut-être la modification de certains réseaux secondaires.

    Enfin, à Périgueux, pour un site qui doit consommer un joli volume d’ECS ( dont la laverie ? ), qq dizaines de m2 de solaire thermique n’aurait pas nuit au rendement de l’opération ( 50 m2 à 1 000 €/m2 ( surement moins car les ballons sont déjà là ) = 50 000 €, soit env. 1 % du total sans ). Il y a du bois en Europe, mais pas pour tout le monde.

    simon.gaillard@gmail.com

Informations de contact de Compte

Compte est cité aussi dans ces articles :
  • Dans le département du Gard, promouvoir le bois-énergie pour soutenir la filière forestière
  • Depuis 2014, Châteaudun se chauffe renouvelable avec le bois et la rafle de maïs
  • Le réseau de chaleur au bois de la commune du Blanc donne toute satisfaction
  • Après dix ans d’utilisation, SKF toujours satisfait de sa chaudière à bois !
  • Briançon, ville la plus haute de France, chauffée par deux chaudières bois à hautes performances
  • La chaufferie bois Compte R. à silos-conteneurs de l’Université de Gand
  • Le réseau de chaleur de la commune de Barby en Savoie est alimenté à 95% par le bois
  • Articles et reportages sur les chaudières à biomasse Compte R.
  • Le bois pour maîtriser les coûts de chauffage des serres des Jardins de Camargue
  • Gennevilliers investit dans une chaufferie biomasse pleine de bonnes idées
  • Tous les articles mentionnant Compte