Les entreprises Chaleur Bois Qualité Plus capables de fournir près de trois millions de tonnes de bois-énergie par an

Article paru dans le Bioénergie International n°81 de novembre 2022

Les entreprises Chaleur Bois Qualité Plus capables de fournir près de trois millions de tonnes de bois-énergie par an

Plateforme de déchiquetage d’une entreprise CBQ+ dans les Bouches-du-Rhône, photo Frédéric Douard

Chaleur Bois Qualité Plus, ou CBQ+, est une association nationale de fournisseurs de bois-énergie créée en 2001. Aujourd’hui l’association est devenue une véritable structure technique qui accompagne les entreprises dans leur développement. Elle assure notamment, pour l’ensemble des adhérents, la gestion collective des certifications ISO 9001 sur l’ensemble des combustibles bois déchiqueté, broyât SSD, fraction ligneuse de déchets verts, granulé de bois, bois bûche et bûche compressée, et PEFC pour leur gestion durable forestière. En 2022, la certification a été ouverte aux fournisseurs de bois de chauffage et bûches compressées, nombre d’adhérents travaillant aussi sur le marché domestique.

Assemblé Général de l’association CBQ+ le 21 septembre 2022 à Arlanc dans le Puy-de-Dôme, photo Frédéric Douard

Réunie en Assemblée Générale le 21 septembre 2022, l’association a dressé le bilan des entreprises certifiées dont le nombre est passé de 81 à 92 entre 2021 et 2022. Ces entreprises représentent désormais 185 plateformes certifiées dans 11 des 13 régions métropolitaines, plus une entreprise catalane. Ces entreprises ont commercialisé ensemble sur la saison 2021-22 : 2,3 millions de tonnes de bois déchiqueté, 100 000 tonnes de granulés en vrac et 150 000 stères de bois de chauffage, soit l’équivalent de 7,5 TWh de combustible. Pour la saison 2022-23, au regard de la demande, une progression significative est attendue et pourrait approcher les trois millions de tonnes.

Les fournisseurs de bois-énergie réunis au pays de Compte.R

Afin de faire le bilan de l’année 2021, mais aussi pour répondre aux questions tendues des approvisionnements sur la saison hivernale 2022-23, les adhérents CBQ+ étaient réunis à Arlanc, dans le département du Puy-de-Dôme.

Chaine de montage des chaudières compactes Compte-R à Dore-l’Eglise dans le Puy-de-Dôme, photo Frédéric Douard

Le lieu de rendez-vous n’avait pas été choisi au hasard et avait pour but de faire se rencontrer les dirigeants du premier constructeur français de chaudières à biomasse, Compte.R donc le siège se trouve à Arlanc, avec les fournisseurs de bois-énergie. Des échanges instructifs ont pu avoir lieu sur les réelles contraintes techniques des chaudières pour les combustibles (fines, humidité, granulométrie, composés), aux regards des exigences de performances et d’émissions demandées au chaudiéristes. Ces échanges ont notamment visé à vérifier si les contraintes imposées par les acheteurs correspondent à des réalités techniques, à un confort d’exploitation ou à un positionnement commercial. L’après-midi les participants ont pu visiter les deux sites de production de Compte.R en Auvergne, à Arlanc et Dore-l’Eglise.

Observation de la conjoncture des prix

La réunion d’Arlanc a aussi été l’occasion de faire un point sur la conjoncture. Les retours sur les marchés ont souligné une forte augmentation des prix pour les livraisons de granulés en vrac, une augmentation qui était déjà de 50 % en juillet 2022 par rapport à 2021.

Livraison de bois-énergie en Normandie par une entreprise CBQ+, photo Dalkia

Pour la plaquette humide, le problème vient par contre des coûts de production qui ont monté de près de 25 %, du fait de la hausse des prix du bois et de celle des carburants. Or, ces hausses ont en effet été très difficiles à répercuter auprès des clients sous-contrats, les indices de révision prévus n’étant pas adaptés aux très fortes hausses actuelles de production. Dans de nombreux cas, après des mois de discussions, de nombreux de contrats ont pu être revus sans pénalité pour les fournisseurs qui ont invoqué les conditions couvertes par la circulaire Castex. Mais à la date de la réunion d’Arlanc, quelques semaines seulement avant les premiers feux d’hiver, certaines négociations étaient encore en cours. Dans tous les cas, ces tergiversations ont fait perdre un temps précieux aux fournisseurs qui n’ont pas pu acheter de bois avant de connaître le prix auquel il le vendrait. Les principales conséquences sont que beaucoup de chantiers ont pris du retard et que certains bois, faute de contractualisation, ont été exportés vers des pays très demandeurs comme l’Allemagne ou les pays scandinaves, présageant cet hiver une tension possible pour les grosses chaufferies en flux tendu qui ont tardé à recontractualiser. En la matière, l’association CBQ+ a proposé l’utilisation de coefficients mensuels d’ajustement du coût des produits pétroliers entrant dans la production du bois déchiqueté. La fourchette de prix rendus pour la plaquette humide se situe entre 23 et 35 €/MWh selon les quantités et la géographie, soit une hausse de 20 % par rapport à la saison précédente, une hausse contenue, bien loin des hausses de tous les autres combustibles du marché !

Livraison de plaquettes forestières certifiées CBQ+ par les Ets Touyre dans le Cantal, photo Touyre

Pour les plaquettes sèches destinées aux petites chaufferies, et souvent livrées en direct vers des clients utilisateurs, depuis des plateformes couvertes, les hausses de coûts ont pu être répercutées, dans une fourchette de 30 à 60 €/MWh, selon la géographie (montagne ou pas). Par conséquent, toutes les plateformes sont pleines pour l’hiver !

Pour le bois de chauffage, la hausse des prix de marché observée chez les professionnels en septembre 2022, par rapport à septembre 2021, n’est que de 20 %, ce qui ne reflète pas la hausse des coûts de production. Cette auto-modération est la conséquence de la peur du marché parallèle pour les producteurs professionnels, une modération fatalement néfaste à leur développement et leurs investissements. Le prix moyen en 33 cm va de 85 à 90 € le stère, avec des écarts de 75 à 150 € selon quantités, modes de livraison et géographie.

De nombreuses autres actions entreprises

Matthieu Petit, coordinateur CBQ+, ici sur une plateforme en Bourgogne-Franche-Comté, photo Frédéric Douard

L’association, en plus de son équipe permanente, s’appuie sur les ressources humaines d’association régionales comme Fibois Drôme-Ardèche, Fibois Aura, le CRER, Pro-ETF BFC, Fibois Bretagne, Energies 15 ou Fibois Grand Est. Dans son action quotidienne, outre le conseil aux adhérents et les audits de certification qui sont les fondements de CBQ+, l’association a travaillé aussi depuis le début de la guerre en Ukraine à la production de notes de conjoncture et d’analyse pour donner de la visibilité sur les marchés. Elle a participé aussi à définir des outils et des stratégies pour la mise en place des contrats de fourniture.

En 2021, elle a aussi réalisé plusieurs travaux en partenariat avec le CIBE sur le déploiement de la Directive européenne RED II, la vulgarisation de la norme ISO 17225-9 sur les combustibles bois ou encore la caractérisation des plaquettes bocagères pour utilisation en chaufferies, ce dernier travail ayant conclu que le produit est plutôt de bonne qualité mais plutôt adapté aux petites installations.

Un travail est également en cours pour proposer une certification forestière durable aux haies bocagères en partenariat avec PEFC France. Ce référentiel permettra de prouver la traçabilité et la gestion durable des haies. Sa sortie n’est pas attendue avant fin 2023.

Concernant les outils en développement, un logiciel de traçabilité & gestion est en cours de développement pour les adhérents. Il permettra, à travers une saisie des différents flux, d’obtenir à la fois des récapitulatifs d’achats de ventes pour les différents intervenants, mais également un suivi statistique poussé sur les achats et ventes. Cet outil permettra également aux entreprises d’obtenir facilement les différentes informations demandées dans le cadre de la réglementation et des enquêtes (CEEB, PEFC…). Un outil cartographique permettra de localiser les chantiers.

Capteur NIR sur la goulotte d’une déchiqueteuse, photo CBQ+

Mise en place du capteur NIR sur une goulotte de déchiqueteuse, image CBQ+

L’association travaille enfin avec la société Edit Laser à la conception d’un capteur de mesure d’humidité à lecture instantanée pour le bois déchiqueté. Installé en sortie de déchiqueteuse, ce capteur permettra de disposer d’une valeur fiable de l’humidité du bois livré en chaufferie. Le développement de ce capteur fera l’objet d’un programme de recherche spécifique avec le soutien de l’ADEME où l’ensemble des acteurs nationaux seront associés.

En savoir plus sur www.chaleur-bois-qualite-plus.fr

Frédéric Douard, en reportage à Arlanc

Pour découvrir de telles informations dès leur parution dans le magazine papier : abonnez-vous !


Informations de contact de Compte.R

Compte.R est cité aussi dans ces articles :
  • Bio’Nrgy du Jura, producteur de bois-énergie et de chaleur renouvelable
  • Bientôt cinq réseaux de chaleur durable pour décarboner le territoire de Limoges Métropole
  • Le réseau de chaleur au bois de la ville de Mayenne va chauffer 40 bâtiments de plus
  • Le réseau de chaleur de Corbie, une référence bois-énergie réussie de plus pour Viria
  • La liste et la carte de plus de 800 chaufferies biomasse Compte.R en service en France
  • Les Hauts-de-Flandre valorisent les anas de lin en énergie de chauffage
  • Le réseau de chaleur bois de la ville de L’Aigle fait faire de grosses économies à ses utilisateurs
  • A Evron en Mayenne, le groupe Bel a mis en place sa troisième chaufferie biomasse
  • Compte.R. recherche des talents pour répondre à la forte demande en chaufferies biomasse
  • L’association Chaleur Bois Qualité Plus tenait son assemblée générale 2022 à Arlanc
  • Tous les articles mentionnant Compte.R