Saint-Chély d’Apcher en Lozère, un réseau de chaleur au bois bien pensé !

La ville de Saint-Chély d'Apcher en Lozère, photo Ville de Saint-Chély d'Apcher

La ville de Saint-Chély d’Apcher en Lozère, photo Ville de Saint-Chély d’Apcher

Pose du réseau de chaleur de Saint-Chely-d'Apcher, photo Engie

Pose du réseau de chaleur de Saint-Chely-d’Apcher, photo Engie

Décidément, le département de la Lozère fait preuve d’un dynamisme exemplaire en matière de bois-énergie ! Après les projets de Mende et de bien d’autres sites, c’est la ville de Saint-Chély-d’Apcher, 4 300 habitants, altitude moyenne 1000 m, qui est passée au bois-énergie avec la mise en place d’un réseau de chaleur. Située au nord du département, c’est la troisième ville du département après Mende et Marjevols. Elle dispose d’une ressource forestière importante et compte dans un proche rayon plusieurs scieries et exploitants forestiers. Mise en service à l’automne 2015, elle alimente déjà 55 bâtiments (commerces, bâtiments HLM, etc) sur un réseau de chaleur de sept kilomètres, soit 857 équivalents logements. Les partenaires du projet ont inauguré les installations le 10 juin 2016.

Un projet de taille pour une petite ville

Le projet a démarré en 2008 et n’aurait pas pu voir le jour sans la volonté des élus locaux qui ont porté ce projet à bouts de bras. La construction et l’exploitation du réseau ont été confiés à un concessionnaire, Engie, présent localement avec la société de projet SCABE (Saint Chély-d’Apcher-Bois-Energie).

La chaufferie bois de Saint-Chely-d'Apcher, photo Engie

La chaufferie bois de Saint-Chely-d’Apcher, photo Engie

Notons une particularité exemplaire sur ce réseau, le projet d’intégration de l’industriel Arcelor Mittal, premier employeur de la ville, comme fournisseur d’énergie fatale pour le réseau. La chaufferie a ainsi été localisée au sud de la ville à proximité de l’usine Arcelor en prévision de ce raccordement. L’usine pourrait ainsi valoriser la chaleur fatale de son processus industriel, principalement l’été, ce qui limiterait les consommations de fioul et améliorerait encore le bilan de l’installation.

L'usine Arcelor-Mittal de Saint-Chély d'Apcher, photo Arcelor-Mittal

L’usine Arcelor-Mittal de Saint-Chély d’Apcher, photo Arcelor-Mittal

Arrivée de la première chaudière Compte R en 2015, photo Christelle Bout, CCI Lozère

Arrivée de la première chaudière Compte R en 2015, photo Christelle Bout, CCI Lozère

L’enjeu global était de concilier le développement des activités économiques et humaines avec la préservation de l’environnement mais aussi de permettre aux usagers réaliser des économies. A Saint-Chély, les clients du réseau bénéficient d’une réduction de leur facture de chauffage de 5 % à 10 % par rapport à leur ancienne consommation de fioul. A travers le réseau de plus de 7 km, 24 sous-stations alimentent les bâtiments les plus consommateurs de la ville et quelques particuliers le long du parcours.

Pour la construction de la chaufferie, la ville a mis à disposition un terrain attenant au terrain de l’industriel. Une importante mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage sur toute la durée du projet a été confiée aux cabinets Debat et Kairos. Notons en particulier, concernant le dimensionnement des puissances bois, la prise en compte de la rénovation thermique à venir des bâtiments, comme le collège, afin d’éviter les surdimensionnements futurs.

A signaler également l’accompagnement important de la mission bois-énergie de la CCI 48 sur toute la structuration de l’approvisionnement. Deux entreprises locales alimentent les 5 000 tonnes de bois déchiqueté nécessaires annuellement à la chaufferie : dont 3000 tonnes de plaquettes de la scierie Buffière et 2000 tonnes de plaquettes forestières de la SARL Valorisation Bois de M. Mourgues.

Les deux chaudières Compte de Saint-Chély d'Apcher, photo Christelle Bout, CCI Lozère

Les deux chaudières Compte de Saint-Chély d’Apcher, photo Christelle Bout, CCI Lozère

La base de la chaufferie est constituée de deux chaudières Compte R., fabriquées en Auvergne à 125 km de Saint-Chély par les établissements COMPRE R.: 2 et 0,7 MW. Le coût total de l’opération s’élève à 6 504 105 € avec une aide de l’État et l’ADEME de 1 513 010 € à partir du Fonds Chaleur, une aide de 1 578 177 € de la Région Languedoc-Roussillon et une aide de 109 000 € du Conseil Départemental de la Lozère.

Chiffres clés de l’installation
Puissance bois 2 + 0,7 MW Compte R. 
Puissance de secours et appoint 2 x 5 MW au fioul
Réseau de chaleur 7 366 ml
Points de livraison de la chaleur 24
Vente de chaleur 11 GWh utiles par an
CO2 évité par an 3 113 tonnes de CO2
Investissements 6 504 105 €
Consommation 5000 tonnes de plaquettes/an
Mise en service 1 octobre 2015
Contrat de concession 24 ans

Pour en savoir plus :

Informations de contact de Compte

logo Compte.R.
ZI Vaureil
F-63220 Arlanc
+ 33 4 73 95 01 91
@ www.compte-r.com
www.groupecompte-r.com
Compte est cité aussi dans ces articles :
  • Articles et reportages sur les chaudières à biomasse Compte R.
  • Le bois pour maîtriser les coûts de chauffage des serres des Jardins de Camargue
  • Gennevilliers investit dans une chaufferie biomasse pleine de bonnes idées
  • Compte.R innove avec son récupérateur horizontal des cendres volantes
  • Dijon, 21 MW de chaudières bois Compte R. à la chaufferie des Valendons
  • Compte R. propose ses solutions de récupération de chaleur fatale
  • Un laveur-condenseur de fumées avec pompe à chaleur pour la chaufferie bois de Joué-lès-Tours
  • Le producteur de granulés LignAlpes met sa chaufferie bois aux normes
  • Les filtres à manches Compte R. garantissent le respect des normes pour longtemps
  • Bouches-du-Rhône : la chaufferie bois du réseau de chaleur de Martigues
  • Tous les articles mentionnant Compte