Le chauffage urbain de Flers Saint-Sauveur passe à 75% au bois

La chaufferie bois du quartier Saint-Sauveur de Flers, photo Idex

La chaufferie bois du quartier Saint-Sauveur de Flers, photo Idex

La nouvelle chaufferie bois permet à la ville normande de proposer aux habitants du quartier Saint-Sauveur de se chauffer à 75% avec une énergie renouvelable, une évolution significative du réseau, en service depuis 38 ans, qui, au-delà de son impact sur l’environnement, possède un autre avantage : une baisse moyenne de la facture de l’ordre de 20%.

75% de bois-énergie

Le haut de la chaudière bois de 3,2 MW lors de son départ des usines Compte R. en Auvergne, photo Compte R.

Le haut de la chaudière bois de 3,2 MW lors de son départ des usines Compte R. en Auvergne, photo Compte R.

Le projet de modernisation comprenait la construction d’une chaufferie bois équipée d’une chaudière COMPTE R. d’une puissance de 3,2 MW. Aujourd’hui en service, elle est approvisionnée en plaquettes forestières et bocagères issues d’une exploitation raisonnée des forêts et bocages normands. Le site, avec ses deux silos, permet un stockage d’environ 540 m3 de bois, soit une autonomie de 4 jours.

La consommation annuelle attendue est de 5 000 tonnes de bois, soit moins de 1% de la production biologique annuelle des forêts normandes. Plus de 50% de la matière utilisée provient du nettoyage des parcelles forestières.

La chaufferie biomasse couvre 75% des besoins en chaleur et eau chaude sanitaire des abonnés du réseau. Une chaufferie gaz couvre les 25% restant ainsi que la totalité du secours. L’installation alimente ainsi 1083 équivalents logements dans l’ensemble du quartier Saint-Sauveur dont le lycée et la maison d’activité.

Ainsi configuré, le nouveau réseau de chaleur permet d’éviter 2493 tonnes de CO2 par an.

La réduction de la facture énergétique

Au-delà d’être une réponse aux engagements de la ville en matière de développement durable, ce projet est bénéfique à la facture énergétique des abonnés. Elle va en effet connaitre une baisse moyenne de l’ordre de 20%. Cette diminution est due au coût plus faible du combustible bois par rapport aux énergies fossiles, auquel s’ajoute l’application du taux de TVA réduite liée à l’utilisation de plus de 50% d’énergie renouvelable.

L’ensemble du projet, dont le coût total s’élève à plus de 3 millions €. La supervision, l’exploitation et la maintenance du réseau ont été confiées à Idex pour une durée de 24 ans, l’opérateur avait en effet en charge sa modernisation.

Informations de contact de Compte

Compte est cité aussi dans ces articles :
  • Une chaufferie biomasse de 5 MW entrera en service en 2022 à Sarrebourg
  • Dans le département du Gard, promouvoir le bois-énergie pour soutenir la filière forestière
  • Depuis 2014, Châteaudun se chauffe renouvelable avec le bois et la rafle de maïs
  • Le réseau de chaleur au bois de la commune du Blanc donne toute satisfaction
  • Après dix ans d’utilisation, SKF toujours satisfait de sa chaudière à bois !
  • Briançon, ville la plus haute de France, chauffée par deux chaudières bois à hautes performances
  • La chaufferie bois Compte R. à silos-conteneurs de l’Université de Gand
  • Le réseau de chaleur de la commune de Barby en Savoie est alimenté à 95% par le bois
  • Articles et reportages sur les chaudières à biomasse Compte R.
  • Le bois pour maîtriser les coûts de chauffage des serres des Jardins de Camargue
  • Tous les articles mentionnant Compte