Une nouvelle chaufferie bois à Nantes pour les HLM du Bout des Landes

Infos clés fiche de casHabitat social – Combustibles : broyat de recyclage de bois et plaquettes forestières – Chaudière bois Compte R. de 1,5 MW – Taux de couverture par le bois : 70% – Investissement total : 1,65 millions € – Mise en service en février 2014.

La chaufferie bois du Bout des Landes à Nantes, photo Ville de Nantes

La chaufferie avec ses trappes de silo et sa benne à cendres photo Compte R.

La chaufferie avec ses trappes de silo et sa benne à cendres photo Compte R.

Nantes Habitat mise sur les énergies renouvelables. Illustration avec une nouvelle chaufferie bois dans le quartier Bout-des-Landes, à Nantes Nord. Elle est destinée à alimenter en chauffage et en eau chaude, avec le soutien de la chaufferie gaz existante, 521 logements, l’école Françoise-Dolto et une copropriété de 50 logements.

Dans le cadre du programme de rénovation urbaine des 521 logements du quartier Bout des Landes-Bruyères, débutée en 2010, Nantes Habitat a décidé de diversifier ses ressources énergétiques en installant une chaufferie bois en partenariat avec l’Ademe. Après une phase de test qui a débuté début janvier, ce projet innovant en matière de fourniture d’énergie entrera en service fin février.

La chaudière compte R. et sot ramonage pneumatique, photo Compte R.

La chaudière compte R. et son ramonage pneumatique, photo Compte R.

D’une puissance de 1,5 MW, cette chaufferie bois, dont la chaudière a été fournie par les Ets Compte R., vient en complément des réseaux de chaleur, des panneaux photovoltaïques et de l’expérience de chauffage par géothermie déjà expérimentés par le bailleur social. Elle permet d’alimenter en chauffage et en eau chaude, avec le soutien de la chaufferie gaz existante, les 521 logements rénovés de l’Office, le groupe scolaire Françoise Dolto et une copropriété de 50 logements. Cela représente une surface totale à chauffer de 42 000 m².

Le réseau de chaleur existant a été étendu afin d’assurer la liaison entre la chaufferie gaz existante et la chaufferie bois et d’alimenter les nouveaux bâtiments et l’école. La puissance de la chaudière doit permettre d’assurer 70 % des besoins annuels, l’appoint étant assuré par les chaudières gaz. En période de grand froid, son autonomie est de 3 jours et demi.

LIvraison de bois par la société BEMA à la chaufferie du Bout des Landes à Nantes, photo Atlanbois

Livraison de bois par BEMA, photo Atlanbois

La chaufferie bois, située rue de Pont-Aven, est alimentée de façon automatique à partir d’un silo enterré de 220 m3. L’approvisionnement en bois respecte les critères imposés par l’Ademe, à savoir 18 % de plaquette forestière et 82% de produit de bois en fin de vie.

Coût de l’opération : 1 650 000 euros, cofinancée par Nantes Habitat, la Ville, Nantes Métropole et l’Ademe (via le fonds chaleur).

Une information Ville de Nantes

Vue du foyer à l'allumage, photo Compte R.

Vue du foyer à l’allumage, photo Compte R.

Informations de contact de Compte

Compte est cité aussi dans ces articles :
  • Briançon, ville la plus haute de France, chauffée par deux chaudières bois à hautes performances
  • La chaufferie bois Compte R. à silos-conteneurs de l’Université de Gand
  • Le réseau de chaleur de la commune de Barby en Savoie est alimenté à 95% par le bois
  • Articles et reportages sur les chaudières à biomasse Compte R.
  • Le bois pour maîtriser les coûts de chauffage des serres des Jardins de Camargue
  • Gennevilliers investit dans une chaufferie biomasse pleine de bonnes idées
  • Compte.R innove avec son récupérateur horizontal des cendres volantes
  • Dijon, 21 MW de chaudières bois Compte R. à la chaufferie des Valendons
  • Compte R. propose ses solutions de récupération de chaleur fatale
  • Un laveur-condenseur de fumées avec pompe à chaleur pour la chaufferie bois de Joué-lès-Tours
  • Tous les articles mentionnant Compte