La laiterie Entremont de Montauban-de-Bretagne produit ses 75000 tonnes de vapeur annuelles avec le bois

Infos clés fiche de casIndustrie agroalimentaire – Processus vapeur – Combustibles : 22 000 tonnes de plaquettes/an – Chaudière à grille mobile Compte R. de 8,7 MW – Échangeurs vapeur Atlantique Thermique – Pression de service : 17 bar – Production de vapeur : 75 000 tonnes/an – Investissement : 5,13 M€ – Mise en service en octobre 2012.

La chaufferie Entremont avec à gauche le bâtiment à combustible et à droite la chaufferie

La nouvelle chaufferie à bois de la laiterie Entremont de Montauban-de-Bretagne a été inaugurée le 4 juillet 2013. La chaudière fournie par les Ets Compte R.développe une puissance de 8,7 MW, et permet de produire 75 000 tonnes de vapeur par an, ce qui couvre 70 % des besoins du site, le solde étant fourni par des chaudières à gaz existantes. Pour limiter les coûts et les émissions de gaz à effet de serre, les 22 000 tonnes de bois-énergie proviennent de la région dans un rayon inférieur à 100 km. Le projet a bénéficié d’une aide du Fonds Chaleur de 2 900 000 €.

Vue du silo de la chaufferie Entremont, photo Compte R.

Le site comprend le bâtiment de la chaudière vapeur et le traitement des fumées, le bâtiment pour le stockage de la biomasse ainsi qu’un bâtiment hébergeant la supervision et le local transformateur. Le bâtiment à bois est totalement clos et fonctionne en chargement et déchargement grâce à un grappin automatique qui vide les fosses de déversement des camions, alimente le silo de la chaudière et gère un stock correspondant à plusieurs jours d’autonomie. Toutes ces opérations sont gérées en automatisme total en fonction des besoins de la chaudière, le grappin relevant les niveaux de bois des différentes zones du bâtiment à chaque mouvement, ce qui lui permet de connaitre en permanence la disponibilité en bois dans le bâtiment. Les camions peuvent accéder par trois portes menant soit vers deux fosses passives qui seront vidées par le grappin, soit vers une fosse active qui se dessile pour alimenter la chaudière et qui tient lieu de silo d’alimentation. Une troisième zone correspond à la zone de stockage, uniquement accessible par le grappin.

Les deux échangeurs vapeur à tubes de fumée en rouge et à tubes d'eau en noir, photo Compte-R.

La chaudière bois est composée d’un foyer à grille mobile qui accepte des bois jusqu’à une humidité de 45%. Il est fabriqué à Dore l’Eglise en Auvergne. La chaudière de Montauban consomme 70 % de plaquettes forestières, principalement du bois-énergie issu de la sylviculture (éclaircies, rémanents forestiers, entretien bocager …). Le reste de l’approvisionnement est composé de produits connexes de scierie et bois propre de récupération (caissettes, broyats de palettes). Cofely Services, qui gère l’installation, garantit l’approvisionnement en bois-énergie de qualité grâce à sa centrale d’achat d’énergies intégrée, qui travaille avec différents acteurs bretons de la filière.

La chaudière à vapeur est également composées d’un double échangeur à tubes d’eau à membranes autour du foyer pour bien capter le rayonnement, puis en tubes de fumée à trois parcours pour bien épuiser les gaz brûlés. Ces échangeurs spéciaux sont construit près de Bordeaux dans la filiale vapeur de Compte R. : Atlantique Thermique.

Par ailleurs, les cendres issues de la combustion du bois sont valorisées par Cofely Services, au moyen du co-compostage.

Saluons ce bel exemple de rationalisation économique et écologique, qui permet d’éviter l’émission de 12 000 tonnes de CO2 fossile par an et l’importation de 5 millions de m3 de gaz naturel par an.

Frédéric Douard

>> Lire aussi : Les chaudières biomasse à vapeur Compte R.

1 réponse
  1. 19 septembre 2013

    […] Pour en savoir plus, cliquez ici. […]

Informations de contact de Compte

Compte est cité aussi dans ces articles :
  • Une chaufferie biomasse de 5 MW entrera en service en 2022 à Sarrebourg
  • Dans le département du Gard, promouvoir le bois-énergie pour soutenir la filière forestière
  • Depuis 2014, Châteaudun se chauffe renouvelable avec le bois et la rafle de maïs
  • Le réseau de chaleur au bois de la commune du Blanc donne toute satisfaction
  • Après dix ans d’utilisation, SKF toujours satisfait de sa chaudière à bois !
  • Briançon, ville la plus haute de France, chauffée par deux chaudières bois à hautes performances
  • La chaufferie bois Compte R. à silos-conteneurs de l’Université de Gand
  • Le réseau de chaleur de la commune de Barby en Savoie est alimenté à 95% par le bois
  • Articles et reportages sur les chaudières à biomasse Compte R.
  • Le bois pour maîtriser les coûts de chauffage des serres des Jardins de Camargue
  • Tous les articles mentionnant Compte