Vilac, leader français du jouet tourné en bois, choisit le chauffage au granulé

Infos clés fiche de casIndustrie – Chauffage à granulés de bois – Chaudière Granul’Eco Compte R de 360 kW – Investissement : 140 000 € – Exploitation interne – Mise en service 2010 – Article paru dans le Magazine Bioénergie International n°15- Septembre-Octobre 2011

Voiture emblématique de la gamme Vilac, en hêtre du Jura, photo Frédéric DOUARD

Vilac est une entreprise centenaire et emblématique du Jura puisque c’est l’une des dernières à fabriquer des jouets en bois, à Moirans-en-Montagne, la capitale française du jouet et capitale de la tournerie, avec son lycée de la tournerie, unique en France. C’est donc une activité empreinte de tradition, et qui s’est maintenue sur un créneau très concurrentiel en faisant le choix du jouet haut de gamme. Avec ses collections de personnages connus de tous les enfants, elle est aujourd’hui le premier fabricant français de jouets tournés en bois.

L'entreprise dispose de ses propres déchets de fabrication, photo Frédéric Douard

Et qui dit tournerie dit copeaux et chaudières à bois. L’entreprise qui compte 70 salariés est implantée sur trois sites distincts dans la commune. Le site historique et le site de stockage sont chauffés avec des chaudières à déchets de bois, chacune de 400 kW ; l’une fonctionne avec les copeaux de l’entreprise, l’autre aux granulés de bois. Le troisième et tout nouveau site, qui abrite également le siège social, est quant à lui équipé d’une chaudière à granulés COMPTE R. Granul’Eco de 360 kW. Ce dernier bâtiment de 2800 m2, racheté en 2008, ne disposait pas de système de chauffage, son activité précédente était l’injection plastique, excédentaire en chaleur. Pour Hervé Halgand, le directeur, la culture environnementale de l’entreprise et son histoire même dans la filière bois depuis 100 ans, invitaient à rester au chauffage bois.

La chaudière Granul’éco COMPTE , que l'on pourrait confondre avec une chaudière à fioul, photo F. Douard

Pourtant, ce préambule ne suffit pas dans une entreprise, et pour le chauffage du nouveau site, toutes les solutions possibles ont été chiffrées, le fioul (pas cher en 2008), le propane (pas de gaz naturel sur la commune) et le granulé avec le nouvelle offre de la société Compte R., un équipement pratique, presque totalement automatique et surtout compétitif par rapport aux chaudières classiques à bois.

L’étude des offres a montré un surcoût d’investissement de 30 000 € entre les solutions fioul ou propane (chaudière + cuve) et la solution à granulés (chaudière + silo). Le choix s’est finalement porté sur la chaudière COMPTE R., explique Stéphane Odobert, le directeur industriel, car elle permettait d’une part de rester dans la philosophie de l’entreprise sans se ruiner (investissement total chaufferie + aérothermes = 140 000 €), qu’elle ne nécessitait pas de personnel et aussi, parce qu’elle permettait à terme de maîtriser les coûts de l’énergie ans la durée. Le granulé est en effet produit dans la région, livré par camions complets, avec des risques de dérive des prix, bien moins grands qu’avec les énergies fossiles importées. A posteriori, en 2011, ce calcul s’est révélé le bon !

La chaufferie du siège social et son silo extérieur, à 600m d'altitude, photo Frédéric Douard

Un choix qui va se renouveler dans l’entreprise

La nouvelle chaudière nécessite une intervention de 30 minutes chaque semaine de la saison de chauffe pour la vidange du cendrier de 120 litres, une intervention facilement réalisable en temps masqué. Ceci est à comparer avec le fonctionnement des deux autres chaudières à bois, qui nécessitent chacune, une heure d’entretien par semaine, un passage quotidien et un nettoyage complet tous les deux mois. Le ramonage de l’échangeur de la nouvelle chaudière se fait automatiquement par injection périodique d’air comprimé, ce qui lui garantit un rendement constant. Considérant ces nouvelles données, l’entreprise a programmé de remplacer à terme ses deux autres chaudières à bois par des chaudières à granulés.

Stéphane Odobert explique ce choix : « Dans notre secteur d’activité très concurrencé, la moindre économie de fonctionnement a son importance. Ces nouvelles chaudières permettent, par rapport aux anciennes, de réaffecter le personnel à des misions de production, et d’améliorer très sensiblement le rendement de combustion et donc de diminuer les consommations, et donc les charges. Et nous avons même trouvé un accord avec notre fournisseur de granulés, qui va nous reprendre nos copeaux pour nous les transformer en granulés, histoire de bien optimiser notre fonctionnement et de ne plus perdre de temps dans des activités non rémunératrices ».

Résumé des facteurs de décision :

  • un surcoût de seulement 50% par rapport à des investissements gaz ou fioul
  • un fonctionnement qui ne mobilise pas de personnel
  • une énergie locale et écologique
  • la maîtrise des coûts de fonctionnement dans la durée

>> Plus d’informations sur les chaudières Granul’Eco

Frédéric Douard, Bioénergie International

 

Le magazine Bioénergie International est disponible :

Informations de contact de Compte
logo Compte.R.
ZI Vaureil
F-63220 Arlanc
+ 33 4 73 95 01 91
@ www.compte-r.com
www.groupecompte-r.com
Compte est cité aussi dans ces articles :
  • Le bois pour maîtriser les coûts de chauffage des serres des Jardins de Camargue
  • Gennevilliers investit dans une chaufferie biomasse pleine de bonnes idées
  • Compte.R innove avec son récupérateur horizontal des cendres volantes
  • Dijon, 21 MW de chaudières bois Compte R. à la chaufferie des Valendons
  • Compte R. propose ses solutions de récupération de chaleur fatale
  • Un laveur-condenseur de fumées avec pompe à chaleur pour la chaufferie bois de Joué-lès-Tours
  • Le producteur de granulés LignAlpes met sa chaufferie bois aux normes
  • Les filtres à manches Compte R. garantissent le respect des normes pour longtemps
  • Articles et reportages sur les chaudières à biomasse Compte R.
  • Bouches-du-Rhône : la chaufferie bois du réseau de chaleur de Martigues
  • Tous les articles mentionnant Compte