Les vingt ans et les 200 chaufferies de la Mission Bois Énergie Lozère

Article paru dans le Bioénergie International n°80 de septembre 2022

Les gorges du Tarn en Lozère, photo Almières

La haute vallée du Lot, photo Almières

La Lozère est un département de moyenne montagne qui se caractérise par une altitude moyenne élevée de 980 m et par un couvert forestier de 45 %. Situé au Nord-Est de l’actuelle région Occitanie, cette ancienne province du Gévaudan se partage entre les régions naturelles des Grands Causses calcaires, de la haute vallée du Lot, des massifs cristallins de l’Aubrac et de la Margeride, des Cévennes et du Mont Lozère qui culmine à 1699 m. Pour bien comprendre les chiffres qui vont suivre, il faut rappeler que si la Lozère est l’un des plus beaux départements de France, c’est aussi l’un des plus ingrats en termes d’agriculture et de climat, ce qui en a fait le département le moins peuplé de France, avec aujourd’hui 76 000 habitants. Par conséquent, cette très faible densité de population constituait a priori un handicap à l’émergence de chaufferies bois, ce qui a été compensé par l’énergie des animateurs, par la culture prévoyante de cette population de pays rude et bien sûr par l’expérience positive de l’entreprise Cogra 48 qui a très tôt démocratisé l’idée du chauffage automatique au bois.

Une mission qui traverse les âges politiques

En 2002, pour mieux valoriser le patrimoine forestier des départements de la Lozère et du Gard, et pour générer de l’activité et des revenus dans ces départements très ruraux, a été créée la Mission de promotion du bois-énergie. Vincent Richard en fut le premier animateur de 2002 à 2010. D’abord portée par l’Agence Méditerranéenne de l’Environnement, elle a ensuite été poursuivie dès 2005, par la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Lozère, pour les deux départements, en convention avec les CCI de Nîmes et d’Alès, et avec l’appui financier de l’Europe, de l’ADEME, de la Région et des deux Départements. Ce n’est que dix ans plus tard, en 2015, que les CCI du Gard et de la Lozère ont décidé de continuer avec une mission propre à chaque département.

La chaufferie de Saint-Chély d’Apcher, photo Christelle Bout, CCI Lozère

En 2018, pour continuer à percevoir les aides de l’ADEME, les missions bois-énergie de toute la France ont dû s’élargir à la Chaleur Renouvelable, en cohérence avec les objectifs plus globaux du Fonds Chaleur Renouvelable. Les techniciens se sont formés au solaire thermique et à la géothermie, et la Mission Bois Énergie s’est transformée en Mission Chaleur Renouvelable.

Christelle Bout en conférence dans le Valdonnez en 2010, photo CCI Lozère

En juillet 2019, la Mission est transférée au Syndicat Départemental d’Énergie et d’Équipement de la Lozère qui a pris la compétence Énergies Renouvelables et Réseaux de Chaleur. Les deux animateurs, Christelle Bout en poste depuis 2006, et Nicolas Lelong en poste depuis 2016, sont désormais salariés dans cette structure.

En pratique sur le terrain

Succédant à la CCI 48, le SDEE 48 propose un accompagnement à destination des collectivités territoriales, des entreprises, mais aussi des associations du secteur social et médico-social pour la réalisation de chaleur renouvelable. Il assure également la gestion déléguée du Fonds Chaleur en Lozère pour le compte de l’ADEME via la signature d’un Contrat de Développement Territorial. Pour ce qui concerne le conseil des particuliers, c’est Lozère Énergie, l’Agence Locale de l’Énergie et du Climat du département qui s’en charge.

Formation de bureaux d’études à Mazeirac en 2011, photo Frédéric Douard

La Mission recouvre le travail d’information et de prospection, la réalisation d’analyses d’opportunités, l’accompagnement de porteurs de projets (lancement et analyse des études de faisabilité, cahiers des charges des appels d’offres, dossiers de subvention…) et l’accompagnement des filières d’approvisionnement en bois-énergie.

La Mission assure le suivi des entreprises de bois-énergie, photo BC 48

Pour la partie approvisionnement en bois, chaque automne, la Mission va à la rencontre des fournisseurs pour faire un état des lieux complet de l’offre, et pour renseigner les données de l’Observatoire du Bois-Énergie d’Occitanie. Lors de ces rendez-vous, des prélèvements de combustible sont réalisés puis analysés au SDEE et permettent de proposer une analyse indicative des critères de qualité des combustibles.

La 200e chaufferie

En vingt ans d’existence, la Mission a permis la réalisation de plus de 200 chaufferies collectives ou professionnelles à bois en Lozère. Le 19 mai 2022, le SDEE 48 organisait une cérémonie avec l’ensemble de ses partenaires, au Domaine du Barena sur la commune de Prinsuéjols-Malbouzon, pour célébrer sur ce site, la 200e chaufferie ayant bénéficié de l’accompagnement de la Mission.

La 200ème chaufferie de Lozère a été mise en service en 2022 à Prinsuéjols-Malbouzon, photo Domaine du Barena

L’installation de 100 kW fonctionne au granulé de bois et chauffe deux gîtes ruraux, un gîte d’étapes, un espace détente et un restaurant, pour une surface totale de 750 m². Avec sa production de 100 MWh de chaleur renouvelable, elle permet d’éviter l’émission de 32 tonnes de CO2 par an par rapport à une solution fioul.

Le bilan de vingt années de développement

Le chauffage automatique au bois a commencé à émerger en Lozère dans les années 80 en parallèle de la création de l’unité de granulation Cogra 48 à Mende. Mais il a fallu la création de la Mission pour qu’une dynamique plus large s’enclenche.

Durant ces vingt années, la Mission a réalisé plus de 420 analyses d’opportunités et en mai 2022, 200 chaufferies automatiques au bois collectives étaient en fonctionnement en Lozère, totalisant environ 38,5 MW, non comprise l’usine de cogénération de Mende. Près de 80 % des chaufferies affichent une puissance inférieure ou égale à 150 kW et seulement 10 d’entre elles font plus de 1 MW.

Hangar bois-énergie du Clos du Nid à Marvejols, photo CCI Lozère

La réalisation de ces 200 chaufferies, c’est 47 M€ de travaux éligibles, réalisés à 85 % par des entreprises lozériennes, 17,5 M€ de subventions, 6000 tonnes équivalent pétrole substitués par an et 14 000 tonnes de CO2 évités par an. Cette activité est assurée par 55 équivalents temps plein.

Analyse de bois-énergie à la mission bois-énergie en 2012, photo CCI Lozère

Le département compte aujourd’hui 19 approvisionneurs de bois déchiqueté et/ou granulés, 10 hangars de stockage, 4 broyeurs mobiles, 2 camions souffleur de plaquettes et 2 producteurs de granulés de bois. En 2022, la fourniture de combustibles pour les chaufferies collectives de Lozère représenterait un chiffre d’affaires annuel d’environ 3 M €. Notons enfin que depuis 2009, une demande significative en biocombustibles existe en Lozère, ce qui tend à diversifier les ressources mobilisées vers les connexes de scieries, les haies bocagères, les déchets verts et le bois de classe A.

Il est en France des départements tout aussi boisés mais qui n’ont pas réalisé le quart de ce bilan fort honorable : bravo à cette Mission dont l’existence n’a jamais été autant utile et justifiée qu’en ces temps de crise énergétique et politique.

Contacts au SDEE de la Lozère :

  • Christelle Bout – 06 42 28 01 09 – c.bout@sdee48.fr
  • Nicolas Lelong – 06 42 28 31 53 – n.lelong@sdee48.fr

Frédéric Douard, en reportage en Lozère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *