Au Bleymard, les responsables de l’EHPAD se réjouissent d’être passés à la chaleur renouvelable !

Article paru dans le Bioénergie International n°80 de septembre 2022

L’EHPAD du Bleymard à 1100 m d’altitude avec sa chaufferie bois à droite, photo Frédéric Douard

L’EHPAD Joseph Caupert est situé dans le village du Bleymard en Lozère. L’établissement, qui héberge 55 personnes âgées dépendantes, se compose de deux bâtiments dont la surface chauffée est de 2 590 m². Situé à une altitude de 1100 mètres, le chauffage y fonctionne neuf mois de l’année. Depuis 2017, une grande partie du fioul a été remplacée par le bois et le solaire thermique. Ce projet fait partie des plus de 200 chaufferies bois accompagnées par la Mission Chaleur Renouvelable de Lozère.

Une chaufferie bois & solaire

Jusqu’en 2017, l’établissement consommait environ 40 000 litres de fioul par an. Aujourd’hui, cette consommation a été divisée par trois, le fioul étant encore utilisé en appoint ou secours. La base du chauffage et de la production d’eau chaude sanitaire est désormais assurée par une chaudière automatique HERZ® Firematic de 150 kW.

Ce modèle de chaudière présente un foyer à grille mobile et une chambre de combustion à deux zones séparées en béton réfractaire. La qualité de la combustion est régulée par une sonde Lambda. Le nettoyage de la grille se fait automatiquement par des mouvements des segments et un basculement. Elle fonctionne ici avec du bois déchiqueté puisé par un extracteur rotatif dans un silo semi-enterré accessible aux camions par une chaussée haute.

La chaudière à bois et son ballon tampon, photo Frédéric Douard

Pour optimiser son fonctionnement, et éviter des redémarrages automatiques trop fréquents, un ballon d’accumulation de 2000 litres permet de gommer les petits pics de besoins et de décharger la chaudière lors de ses phases d’extinction.

La maintenance de la chaudière bois est réalisée une fois par an par le chauffagiste, Sébastien Mourgues, et les cendriers sont vidés tous les trois jours en hiver par un agent de l’établissement, par aspiration.

L’été, une partie de la production d’eau chaude sanitaire est réalisée par 18 m² de capteurs thermiques. Un ballon solaire de 3000 litres permet de préchauffer, voire de chauffer totalement à certaines périodes bien ensoleillées, le ballon de production de 1500 litres, qui est sinon chauffé par les chaudières.

La chaufferie sur talus permet un déchargement gravitaire du bois et porte les capteurs solaires, photo Frédéric Douard

Cet investissement de 324 000 € TTC, affichait jusqu’en juillet 2021, avant la flambée des prix des énergies fossiles, un temps de retour brut sur investissement, aides déduites (68 138 €), de 12 ans, en fonction de l’économie d’exploitation générée par le différentiel de prix entre bois et fioul. Ce calcul était basé sur un fioul à 70 c€TTC/kWh. Aujourd’hui, la situation a bien changé, et le différentiel s’est considérablement accru ! L’avenir nous dira comment va évoluer le prix du fioul dans les années à venir, mais a priori cet investissement s’avère très judicieux.

L’approvisionnement en bois

Le silo a été dimensionné à 100 m³ (5 × 5 m de surface et 4 m de haut) pour accueillir des livraisons de 30 à 40 m³. La forte marge entre le volume livré et le volume disponible se justifie pour permettre de verser la totalité du camion sans nécessiter d’intervention manuelle et sans se soucier de l’éventuel reliquat de bois au fond du silo au moment de la livraison. Ceci donne de la souplesse, et donc de la tranquillité, quant au délai de livraison qui peut ainsi être flexible. Car dans la pratique, dès la deuxième livraison de son histoire, un silo de 100 m³ n’est plus guère utile qu’à 60 % de son volume. En effet, des zones remplies de bois ne sont pas extractibles (les coins et l’espace sous l’extracteur rotatif) et le volume restant nécessairement sur l’extracteur à la livraison occupe de la place, si bien sûr on a pas attendu la rupture d’alimentation et l’arrêt forcé de la chaudière ! Enfin une livraison de plaquettes forme un cône de bois avec un large espace vide tout autour (les deux tiers du volume du cône pour les matheux), et la bonne pratique veut, pour des raisons de confort mais aussi de sécurité, que l’on puisse refermer le couvercle sans être obligé d’étaler le bois.

Le silo à bois, photo Frédéric Douard

Contacts :

  • L’EHPAD : 
04 66 48 61 15 – r.roux@ehpadbleymard.fr – www.ehpadbleymard.fr
  • Mission Chaleur Renouvelable : Christelle Bout
 – 06 42 28 01 09 – c.bout@sdee48.fr
  • Les chaudières Herz : 04 74 90 43 08 – info@sbthermique.fr – www.sbthermique.fr
  • Bureau d’études : INSE, Matthieu Geniez – 06 08 46 36 85 – matthieu.geniez@inse.fr – www.inse.fr
  • Installation & maintenance : 
Sébastien Mourgues – 04 66 69 50 77

Frédéric Douard, en reportage au Bleymard


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations de contact de Herz-Binder

logo SB Thermique
2, Z.A. Beptenoud Nord
F-38460 Villemoirieu
+33 4 74 90 43 08
@ www.sbthermique.com info@sbthermique.fr
Herz-Binder est cité aussi dans ces articles :
  • Première livraison de bois pour la deuxième chaufferie de la SEM Causses Energia
  • Séchage de maïs avec une chaudière à bois au Gaec Coladan dans le Loiret
  • Une chaudière Herz de 1,5 MW équipe le troisième réseau de chaleur au bois d’Embrun
  • Le lycée Blaise Pascal de Segré chauffé par deux chaudières à granulés de bois
  • Une chaufferie préfabriquée à bois pour la commune des Grandes Ventes
  • Les chaudières Herz BioFire 500 à 1000 kW acceptent désormais du bois jusqu’à 50% d’humidité
  • Retour d’expérience sur la chaufferie au granulé de bois du centre UCPA des Arcs
  • Retour d’expérience sur la chaufferie à granulé de bois du centre aquatique de Châtel
  • Lacaune dans le Tarn inaugure son réseau de chaleur au bois
  • Agribois, des plaquettes de qualité pour des livraisons soufflées
  • Tous les articles mentionnant Herz-Binder