Les chaudières biomasse à vapeur Compte R.

Article paru dans le Magazine Bioénergie International n°18 de mars 2012.

Hall de fabrication Atlantique Thermique, photo Atlantique Thermique

Compte R. est constructeur de chaudières industrielles à biomasse de longue date, et le contexte politique récent lui a permis, comme à bien d’autres chaudiéristes, de faire de grands pas en avant. En effet, avec la mise en place du très efficace Fonds Chaleur Renouvelable par le gouvernement français en 2008, le marché du bois-énergie s’est ouvert plus largement aux industries en dehors des filières bois et agriculture. Jusque-là, pour répondre à la faible demande en installations vapeur, le constructeur auvergnat travaillait avec des partenaires pour ce qui est de l’échangeur, un nombre limité de commande ne justifiant pas d’investir en interne pour cela. Depuis 2008 les choses ont changé et Compte R. a intégré l’ensemble de ces compétences en interne, comme elle le fait pour la réalisation de la majorité des composants de ses chaufferies.

En 2008, anticipant le Fonds chaleur de part une demande grandissante, le groupe s’est en effet agrandi avec l’acquisition de l’entreprise Sereys Thermique, à Cestas près de Bordeaux, spécialisée dans la fabrication de chaudières sous pression. Rebaptisée Atlantique Thermique, cette filiale à 100% permet au groupe de disposer d’un cinquième site de production pour les chaudières à vapeur et à eau surchauffée. L’entreprise Sereys disposait également d’un réseau commercial en Afrique que le groupe Compte peut désormais exploiter.

La gamme Vapeur et Eau surchauffée va de 1 à 15 t/h ou 1,5 à 9,5 MW, dans des pressions de vapeur saturée allant de10 à 24 bars et d’eau surchauffée jusqu’à 200◦C.

Double échangeur en construction, à tubes d’eau puis à tubes de fumées, photo Frédéric Douard

Ces chaudières spéciales s’adressent aux industries de toutes tailles, aux collectivités pour leur réseau de chaleur, et grâce à l’ensemble des compétences techniques du Groupe Compte R., peuvent être livrées en intégrant tous les périphériques nécessaires au fonctionnement tels que : silos de stockage du combustible, systèmes d’extraction, systèmes de transfert, évacuations des cendres et suies, traitements des fumées et stockages cendres et suies.

Lors de notre passage dans l’entreprise, Renaud Barde, le directeur d’Atlantique Thermique, nous précise que son atelier peut construire sur catalogue ou sur mesure, le bureau d’étude basé à Arlanc au siège du groupe ayant les capacités d’analyser et de concevoir des dispositifs adaptés à des besoins ou des biomasses inhabituels. Et Dominique Compte, le PDG du Groupe, d’affirmer : « ces demandes deviennent de plus en plus fréquentes et mobilisent fortement notre bureau d’études et de recherche depuis plusieurs années maintenant. C’est le cas notamment des industries agro-alimentaires en Europe, mais aussi en Afrique, dans les pays tropicaux ou au Moyen-Orient, travaillant sur des biomasses comme le malt, les marcs, le cacao, les olives ou encore la bagasse. »

Bruno Chieze, le directeur grands projets tient à nous parler des dernières innovations qu’il a pu développer et mettre en œuvre. Les chaudières en pression de la marque à la feuille enflammée sont toutes conçues avec plusieurs chambres : une chambre de gazéification et combustion, et une autre chambre de post-combustion beaucoup plus vaste permettant un temps de séjour et les turbulences indispensables à une oxydation complète des gaz. L’échange se fait successivement en tubes d’eau autour du foyer pour bien capter le rayonnement, puis en tubes de fumée à trois parcours pour bien épuiser les gaz brûlés. Cet ensemble garantit une très bonne réactivité de production, de bons rendements thermiques (jusqu’à 90% avec un économiseur) et de bonnes émissions atmosphériques (10 mg/Nm3 de poussières possible avec filtration et 250 à 300 mg/Nm3 de NOx).

Installation à la distillerie Bologne en Guadeloupe, photo Atlantique Thermique

Côté mise en œuvre, Francis Lombard, le responsable développement à Arlanc, nous précise que Compte R. est une entreprise agréée pour délivrer à l’installation de ses chaudières en pression, la certification CE. Pour cela, Compte R. est auditée tous les deux ans par un organisme notifié qui contrôle ses capacités à assurer une certification qui jusqu’avant 2005 était réalisée en France par les ex-Drire (« Service des Mines »). Les installations sont donc livrées et réceptionnées par le client, prêtes à fonctionner en mode soit 100% surveillé ou avec 72 h d’autonomie. Cette facilité, offerte à la clientèle demande un support administratif fort de l’entreprise et Compte R., figure parmi les rares constructeurs en France à proposer ce service sur sa propre gamme de produits.

Quelques références en vapeur :

Frédéric Douard, en reportage à Cestas

1 réponse
  1. 7 février 2014

    […] Les chaudières biomasse à vapeur Compte R. […]

Informations de contact de Compte

Compte est cité aussi dans ces articles :
  • Une chaufferie biomasse de 5 MW entrera en service en 2022 à Sarrebourg
  • Dans le département du Gard, promouvoir le bois-énergie pour soutenir la filière forestière
  • Depuis 2014, Châteaudun se chauffe renouvelable avec le bois et la rafle de maïs
  • Le réseau de chaleur au bois de la commune du Blanc donne toute satisfaction
  • Après dix ans d’utilisation, SKF toujours satisfait de sa chaudière à bois !
  • Briançon, ville la plus haute de France, chauffée par deux chaudières bois à hautes performances
  • La chaufferie bois Compte R. à silos-conteneurs de l’Université de Gand
  • Le réseau de chaleur de la commune de Barby en Savoie est alimenté à 95% par le bois
  • Articles et reportages sur les chaudières à biomasse Compte R.
  • Le bois pour maîtriser les coûts de chauffage des serres des Jardins de Camargue
  • Tous les articles mentionnant Compte