La décharge de Saint-Étienne-des-Grés au Québec valorisa son biogaz en biométhane

Michel Angers, président de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie, photo RGMRM

Créée en 1991, la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie (RGMRM) est un organisme municipal regroupant la municipalité régionale de comté des Chenaux, de Maskinongé et de Mékinac, ainsi que les villes de Shawinigan et de Trois-Rivières au Québec. La Régie, qui assure la gestion globale des matières résiduelles de la Mauricie, porte aujourd’hui une nouvelle vision : valoriser et transformer les ressources qui lui sont confiées, contribuant ainsi à préserver la qualité de vie des générations futures.

Le 13 avril 2021, la RGMRM et l’énergéticien canadien Énergir ont lancé avec Waga Energy un projet d’injection de biométhane sur le site d’enfouissement de déchets de Saint-Étienne-des-Grés, à 150 kilomètres au nord de Montréal. Cette décharge est la plus importante gérée par une collectivité au Québec. Elle reçoit 180 000 tonnes de déchets par an. Le gaz produit par la dégradation des matières organiques est actuellement collecté et détruit dans une torchère.

En pratique, la Régie a signé en mars 2021 un contrat avec Waga Energy qui va financer, construire et exploiter l’unité d’épuration durant 20 ans. Le biométhane produit, appelé gaz naturel renouvelable (GNR) au Québec, sera revendu à Énergir, principale entreprise de distribution du gaz naturel au Québec.

L’unité pourra traiter 3 400 m3/h de gaz de décharge et produire 130 GWh de biométhane par an, soit la consommation annuelle de 8 000 foyers québécois. Sa mise en service en 2022 évitera l’émission de 23 000 tonnes d’eqCO2 par an dans l’atmosphère. Ce projet contribuera à l’objectif du gouvernement québécois de faire circuler 10 % de gaz vert dans ses réseaux en 2030.

Analyse de la composition du gaz sur un puit de captage du site de stockage des déchets de Saint-Étienne-des-Grès, photo RGMRM

La RGMRM est le premier opérateur de traitement des déchets nord-américain à utiliser la solution Wagabox, tout en pratiquant un modèle d’investisseur-exploitant. Dix unités Wagabox ont été mises en service en France depuis 2017. Cinq autres sont en construction, dont trois de très grande capacité : une sur un site Veolia près de Paris, une sur un site de Ferrovial Servicios près de Barcelone, et celle du site de Saint-Étienne-des-Grés.

L’unité d’épuration de Saint-Étienne-des-Grès, qui combine filtration membranaire et distillation cryogénique, sera construite à Trois-Rivières par la filiale canadienne de Waga Energy, avec l’appui de sous-traitants locaux. Seul le module de distillation cryogénique, qui concentre une part importante du savoir-faire de Waga Energy, sera fabriqué dans le bassin industriel grenoblois et acheminé par voie maritime.

Frédéric Douard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Waga pour figurer ici avec votre logo et vos coordonnées, c'est tout simple, contactez fbornschein+annuaire@bioenergie-promotion.fr

Waga est cité aussi dans ces articles :
  • Le biogaz, nouveau marché pour la vanne de régulation ARI-STEVI Vario 448
  • Le biogaz de la décharge de Claye-Souilly sera désormais transformé en biométhane
  • Première injection de biométhane à l’ISDND de Lorient Agglomération
  • La décharge de Saint-Palais injecte du biométhane dans le réseau de gaz naturel
  • Le biogaz de la décharge de Pavie va être purifié pour être injecté dans le réseau
  • Waga inaugure la première unité de purification de biogaz de décharge
  • Suez fait confiance à Waga pour l’épuration du biogaz de décharge
  • Waga Energy épure le gaz de décharge en biométhane par distillation cryogénique
  • Tous les articles mentionnant Waga