CBQ+ certifie la qualité de la fourniture de bois pour chaudières automatiques

Article paru dans le dossier Chaleur Bois Qualité Plus du Bioénergie International

Livraison de bois déchiqueté par l’entreprise Avi rl, photo Avi rl

Depuis 2015, l’association Chaleur Bois Qualité Plus participe au développement de la filière bois-énergie en développant au niveau national un accompagnement technique ainsi qu’une certification collective pour l’ensemble des fournisseurs de bois-énergie du territoire français. En 2018, 64 entreprises, réparties sur plus de cinq régions, sont certifiées ISO 9001 au travers de l’association pour la fourniture de combustibles bois pour chaufferies automatiques et pour des usages industriels.

Franck FAYOLLE, gérant de Bois Nergis et président de CBQ+

Entretien avec Franck FAYOLLE, gérant de Bois Nergis et président de CBQ+

M. FAYOLLE, présentez-nous votre association

CBQ+ est une association de producteurs et distributeurs de bois-énergie. Nous l’avons créée en 2015 afin de poursuivre le travail initié par FIBOIS Ardèche Drôme en 2001 et développé par la suite par FIBOIS AURA et le CRER.

Notre objectif est de participer au développement du bois-énergie en accompagnant techniquement nos adhérents dans leur développement, et en garantissant une production et distribution de combustibles de qualité sur le marché.

Certificat ISO 9001 2018-2021. Cliquer sur le document pour l’agrandir.

Nous sommes certifiés collectivement ISO 9001 (dont la SSD) et PEFC permettant aux entreprises de disposer d’un seul système de certification pour l’ensemble de leurs combustibles.

Qui compose votre association et quels sont les produits distribués et contrôlés par les entreprises au sein de CBQ+ ?

Actuellement nous comptons 70 adhérents répartis sur plus de cinq régions. On y trouve une grande diversité d’acteurs allant de la société unipersonnelle aux PME de plus de 100 salariés : entrepreneurs de travaux forestiers, exploitants forestiers, scieurs, recycleurs, SCIC agricoles, distributeurs, producteurs de granulés, paysagistes et négociants.

Notre démarche intègre à ce jour l’ensemble des combustibles bois destinés aux chaufferies collectives et industrielles, ainsi que des industries spécialisées comme des aciéries ou des producteurs d’aliments utilisant du bois. Le spectre actuel des combustibles est donc celui-ci : plaquette forestière, plaquette industrielle et connexes de scieries, plaquette bocagère, broyat d’élagage, fraction ligneuse des déchets verts, broyat d’emballage SSD et granulé de bois.

Au global, notre certification couvre un marché de près d’un million de tonnes de plaquettes et broyats plus 30 000 tonnes de granulé.

Quel est votre système de certification ?

Nous avons mis en place la certification ISO 9001 en multi-sites, ce qui permet de certifier l’ensemble des entreprises et l’ensemble des combustibles (dont la certification SSD), sous un même certificat.

Notre système de certification s’appuie sur un cahier des charges technique collectif qui définit l’ensemble des processus à mettre en place afin de produire et distribuer des produits de qualités et respecter les différentes réglementations inhérentes à nos métiers. Le cahier des charges intègre des engagements concernant :

  • L’approvisionnement en matière première,
  • La production de combustibles et le contrôle qualité,
  • La relation avec les clients et leur satisfaction,
  • La sécurité et les ressources humaines et matériels,
  • La communication.

Dès leur adhésion, les entreprises sont accompagnées pas à pas par nos techniciens locaux pour la mise en place des différentes exigences. La mise en place dure une saison de chauffe complète, ce qui permet de mettre en place progressivement les différents processus.

La certification s’appuie sur un cahier des charges technique collectif, photo CBQ+

Une fois la démarche mise en place, les entreprises sont contrôlées annuellement via un audit interne accompagné de contrôles qualités sur l’ensemble des produits livrés. Parmi le groupe, chaque année AFNOR Certification sélectionne un échantillon d’entreprises qui seront contrôlées sur site, avec bien entendu un roulement sur l’ensemble des adhérents.

Pourquoi avoir choisi la certification ISO 9001 plutôt qu’une certification produit comme pour le granulé ?

Remplissage de l’un des camions souffleurs de granulés de Savoie Energie, photo Frédéric Douard

La qualité du produit n’est pas le seul critère permettant de satisfaire nos clients. Nous devons également sécuriser leur approvisionnement. Cette sécurisation passe entre autres par une maîtrise de nos approvisionnements, une maîtrise de nos processus, une bonne organisation au sein de nos entreprises avec le maintien et le développement de nos compétences, et par du matériel adéquat et bien entretenu.

La certification ISO 9001 en tant que certification de management nous pousse à travailler l’ensemble de ces aspects tout en y associant la notion d’amélioration continue. Cela signifie que rien n’est figé et que nos processus doivent évoluer constamment en fonction des besoins du marché. C’est pour cela que notre cahier des charges évolue annuellement.

En réalisant une certification de produit, nous aurions dû figer notre référentiel, et nous n’aurions pas pu être réactifs vis-à-vis des évolutions du marché, comme en 2015 avec la mise en place de la SSD sur les bois d’emballages, en 2017 avec l’évolution des réglementations forestières ou en 2019 avec la création d’une nouvelle norme sur les combustibles bois l’ISO 17225-9.

Quel est l’intérêt d’une certification collective en multi-sites ?

La certification en multi-sites a de nombreux avantages aussi bien pour les entreprises que pour les clients. La norme ISO 9001 ne fixe pas de niveau d’exigences et de méthodes de contrôles, elle définit uniquement les processus à mettre en place au sein de l’entreprise.

Sans la mise en place d’une certification collective, il y aurait potentiellement autant de cahier des charges que d’entreprises certifiées, avec des niveaux de contrôles différents. Notre système permet aux clients d’avoir une garantie que l’ensemble des entreprises du groupe réalisent les mêmes contrôles et respectent les mêmes exigences. De plus, la certification est gérée au niveau national. Il n’y a donc pas de spécificités locales qui obscurciraient le message auprès des clients.

Manutention de plaquettes, photo La Forestière

La certification collective permet aux entreprises de se concentrer uniquement sur les processus et exigences métiers, puisque l’ensemble des processus de management de la qualité générale est géré directement par notre association pour toutes les entreprises.

Ce système simplifie donc énormément l’accès à la certification ISO 9001 et il reste avantageux économiquement.

Sur votre logo, la certification PEFC apparaît, pouvez-vous m’en dire plus ?

PEFC est une certification garantissant une gestion durable des massifs forestiers. Cette notion est importante pour nos activités, puisque la plupart de nos adhérents sont des entreprises familiales implantées depuis plusieurs générations.

Dès le départ, nous avions mis en place au sein de notre cahier des charges des notions de traçabilité des matières premières et le respect de la réglementation forestière. De plus, de plus en plus de clients nous demandent d’être certifiés PEFC. Ainsi, nous avons intégré l’ensemble des exigences de la certification PEFC au sein de notre cahier des charges.

CBQ+ est certifiée depuis 2015, et permet ainsi aux entreprises qui le souhaitent de bénéficier de manière collective de cette certification supplémentaire. Nous sommes contrôlés annuellement par Qualisud qui réalise un contrôle aléatoire de quelques sites.

En plus d’une réduction financière, nos adhérents peuvent intégrer dans PEFC d’autres produits non concernés dans l’ISO 9001 : piquets, bois bûche, sciages, négoce de bois rond, paillage, granulé en sac…

CBQ+ une vraie plus-value pour respecter les exigences de la chaîne de contrôle PEFC
« En tant qu’Organisme Certificateur accrédité dans le cadre de la chaîne de contrôle PEFC, nous accompagnons des entreprises sur la chaîne de contrôle PEFC depuis 2003.Nous suivons le développement de CBQ+ sur la certification PEFC depuis 2015, où le nombre d’entreprises intégrées au groupement a fortement augmenté.

Les exigences du référentiel sont les mêmes quelle que soit la taille de l’entreprise. CBQ+, au travers de son organisation, permet aux entreprises de respecter l’ensemble des exigences de la chaîne de contrôle et apporte des outils concrets pour faciliter la démarche. Les audits internes réalisés par CBQ+ garantissent le respect du référentiel.

Enfin, nos audits externes viennent compléter le dispositif, assurant ainsi la fiabilité et le respect de l’impartialité du processus de certification PEFC.  »
Sylvain TAHIR, responsable Filière Bois chez QUALISUD

N’est-ce pas trop contraignant pour les petites entreprises exerçant ce métier en complément d’autres activités ?

Non pas du tout, au contraire, notre retour d’expérience montre qu’il est souvent plus facile de mettre en place la démarche chez des entreprises réalisant peu de volumes et peu de produits différents que chez des entreprises réalisant une multitude de processus.

Audit dans une entreprise, photo CBQ+

Nous ne faisons pas que contrôler les entreprises, nous les accompagnons en proposant si besoin des outils personnalisés pour répondre aux exigences du cahier des charges. Ainsi, lorsque les processus d’approvisionnement et de production sont simples, la mise en place du cahier des charges est simplifiée.

En présentation de votre association, vous m’indiquiez qu’un de vos objectifs était d’accompagner techniquement les entreprises. En quoi cela consiste-t-il ?

Notre objectif principal est bien de faire monter en compétence collectivement les approvisionneurs de manière à rester performant et en phase avec le marché.

Le cahier des charges a été réalisé afin de définir un cadre commun à l’ensemble des adhérents. Comme il répondait aux exigences de l’ISO 9001, nous nous sommes certifiés. Pour nous la certification est un peu « la cerise sur le gâteau ».

Prise d’échantillon par Matthieu Petit, photo CBQ+

De nombreux outils techniques ou communicatifs permettant aux entreprises de se développer accompagnent le cahier des charges. Par exemple au travers de l’AMI Dynamic Bois Forêt Agir financé par l’ADEME, nous avons réalisé un module informatique permettant d’automatiser l’ensemble des documents réglementaires obligatoires vis-à-vis de la réglementation forestière. Ou encore un logiciel de gestion adapté aux métiers du bois-énergie qui est en cours de finalisation.

Nous réalisons également des évènements techniques pour l’ensemble de la filière bois-énergie au travers de la Route du Bois Énergie, où nous invitons l’ensemble des acteurs de la filière à venir échanger sur différents sujets techniques.

Enfin, nous sommes également présents au sein du CIBE, afin de participer activement aux différentes commissions en tant que fournisseurs de bois-énergie.

Comment assurez-vous cet accompagnement et ce développement ?

Nous avons fait le choix d’aller chercher les compétences là où elles se trouvent : sur les territoires. En effet, nous avons la chance en France de disposer de plusieurs structures d’accompagnement et de promotion du bois-énergie réparties sur l’ensemble du territoire et qui disposent de compétences diverses et variées pour assurer le lien entre les différents acteurs de la filière bois-énergie.

Plutôt que de créer un maillon supplémentaire pour développer notre démarche, nous réalisons pour chaque région un partenariat avec une structure locale où nous formons pendant plus d’un an un·e technicien·ne capable d’accompagner et de contrôler les entreprises de son territoire sur l’ensemble des exigences de CBQ+.

Au travers de ce partenariat, nous pouvons d’une part accompagner plus facilement les entreprises en disposant d’un·e référent·e local·e qui connaît les problématiques du territoire, et s’assurer d’autre part que nos exigences restent compatibles avec les attentes des territoires.

Aujourd’hui, nous nous appuyons sur cinq structures qui assurent le développement de la démarche dans leur région :

  • FIBOIS Ardèche Drôme avec Matthieu PETIT en Rhône-Alpes et qui assure également le développement national de la démarche,
  • Énergies 15 avec Annick FABBI en Auvergne,
  • Pro-Forêt avec Isabelle PINEY en Bourgogne-Franche-Comté,
  • ABIBOIS avec Nathalie BRAC de la PERRIERE en Bretagne et Pays de la Loire,
  • Le CRER avec Christophe BIGEREL et Sébastien PINAUD en Nouvelle Aquitaine.

Ce réseau de technicien·ne·s CBQ+ est pour nous une véritable force.

Comment financez-vous l’ensemble de la démarche ?

L’ensemble des coûts liés aux certifications sont financés directement par les entreprises. Cela représente 60 % du budget.

La promotion de la démarche sur les régions engagées et l’appui technique aux entreprises est soutenu aujourd’hui par plusieurs financeurs publics : le département d’Ille et Vilaine, les régions AURA, Bourgogne-Franche-Comté, Bretagne et Nouvelle Aquitaine, et les directions régionales de l’ADEME en Bretagne et Bourgogne-Franche-Comté.

De plus, depuis 2018, l’ADEME Nationale nous accompagne pour développer la démarche sur de nouvelles régions.

Justement, quel est l’objectif de développement de CBQ+ ?

Afin de répondre aux demandes de l’ADEME et de plusieurs de nos clients, notre objectif est de proposer la démarche sur l’ensemble du territoire français d’ici 2021, en accompagnant annuellement le lancement de la démarche sur deux nouvelles régions.

La force de CBQ+ est que l’ensemble des entreprises ont adhéré volontairement. Il n’y a pas d’obligation d’adhérer. Pour chaque région, le développement a été réalisé suite à la demande de plusieurs entreprises que nous avons rencontrées avec à chaque fois une structure locale prête à déployer CBQ+.

Nous restons convaincus que CBQ+ est un bon outil pour le développement de la filière bois-énergie, comme le montre le prix de l’innovation reçu en mars 2018 lors du salon national du bois-énergie à Grenoble.

Bois Energie dOr pour CBQ+ au Salon Bois Energie 2018, photo Bees

Si des entreprises ou des organismes de promotion souhaitent nous rejoindre, il leur suffit de télécharger le formulaire de contact présent sur notre site internet et de nous le retourner par courriel : www.chaleur-bois-qualite-plus.org.

Contacts :

  • Franck Fayolle, président : chaleurboisqualiteplus@gmail.com
  • Matthieu Petit, responsable national
 : +33 683 302 089 – mpetit@fibois.com
  • www.chaleur-bois-qualite-plus.org

Frédéric Douard

Dans le même dossier Chaleur Bois Qualité Plus, lire également : 

ainsi que :

Le magazine Bioénergie International est disponible :