La première usine mondiale de black pellets ouvrira en 2020 dans la Marne

Black pellets, photo Européenne de Biomasse

La société Européenne de Biomasse et ses partenaires Meridiam et Caisse des Dépôts ont annoncé le 13 juillet 2018 l’implantation de l’ensemble industriel FICA-HPCI (Filière industrielle Champagne-Ardennes – Haut Pouvoir Calorifique Industriel) sur la plateforme agro-industrielle de Pomacle-Bazancourt près de Reims. Cet ensemble industriel inédit en France, qui sera  mis en construction dès l’automne 2018 pour une mise en service en 2020, comprend une centrale de cogénération biomasse (société COGECAB) qui fournira de l’électricité verte à Enedis et de la vapeur à un industriel de la zone, et une usine de granulation et préparation de combustible (société FICAP) qui produira chaque année 120 000 tonnes de biocombustibles HPCI®, substitut renouvelable au charbon de terre. L’actionnariat de la holding FICA-HPCI est réparti entre trois entités : Meridiam 80,5%, la Banques des Territoires (Caisses des Dépôts et de Consignation) 15,5% et Européenne de Biomasse 5%.

Un projet inédit en France pour accompagner la sortie du charbon fossile

A partir des résidus de bois issus des forêts de la région, FICAP assurera la première production mondiale de granulés HPCI® Black pellet en continu à partir d’un procédé de vapocraquage( ou explosion vapeur).

Zoom sur le HPCI® Black Pellet
Le granulé HPCI® Black Pellet a été mis au point par Européenne de biomasse au terme de 12 ans de R&D. Ces granulés noirs sont obtenus par le procédé d’explosion à la vapeur de la matière première. L’explosion vapeur (steam explosion en anglais) consiste à monter la matière première en température jusque 240°C et se conclue par une dépressurisation rapide qui fait exploser les cellules du bois et opère une dépolymerisation de ses longues chaines carbonées. Cette opération, associée à la granulation, rend le granulé plus dense énergétiquement, moins poussiéreux et hydrophobe donc stockable en extérieur. L’explosion vapeur est aussi utilisée comme prétraitement des matières lignocellulosiques avant méthanisation.C’est l’entreprise Valmet qui fournira le procédé de vapocrackage en continu. Ce groupe, spécialiste de la grande industrie du bois, avait travaillé sur le même produit dès le début des années 2010 avec le fabricant américain Zilkha Biomass, implanté à Selma en Alabama, et qui avait un temps alimenté la chaufferie de la CPCU à Saint-Ouen avec du black pellet avant d’interrompre brutalement ses livraisons. Ces granulés étaient alors importés en France par le port de Rouen.

Vue de la future usine FICAP à Pomacle, image Européenne de Biomasse

Avec un bilan très favorable en CO2 et de très hautes performances techniques (résistance à l’eau, densité, pouvoir calorifique), ce combustible constitue une alternative au charbon de terre pour les chaufferies industrielles et les centrales électriques à flamme. Son utilisation ne nécessite aucun changement majeur d’équipements ni de manutention et ni de combustion.

Alors que les autorisations d’exploitation des deux entités ont été délivrées par la préfecture de la Marne le 27 octobre 2017, l’usine de production de granulés de Pomacle sera quant à elle construite par De Smet Engineers & Contractors, membre du Groupe Moret Industries, qui a signé le contrat le 21 juin 2018. De Smet Engineers & Contractors assurera la gestion globale du projet : l’ingénierie, les études, la fourniture des équipements et le génie civil. C’est le constructeur français Promill, également du groupe Moret Industries, qui fournira l’unité de granulation avec six presses d’une capacité horaire totale de 19 tonnes. L’usine FICAP sera réversible et pourra aussi produire du HPCI® White pellet, du granulé de bois normal donc, destiné au marché du chauffage des particuliers; une ligne d’ensachage est prévue à cet effet.

Signature du contrat de construction de l’usine Ficap le 25 juin 2018 à Paris. De gauche à droite Nebojsa Maksimovic & Benoît Dujardin de Dalkia, Toriki Périou de Meridiam, Jérôme Bouttiau & Guy Davister de DSEC, Nadège Beck d’Européenne de Biomasse, Jérôme Illouz de Moret Industries, Jérôme Verrié, Guyve Sardari de Meridiam, Jean-Baptiste Marin d’Européenne de Biomasse et président de Ficap, Mats Arnberg et Mattias Erixon de Valmet, Bernard Bourée d’Européenne de Biomasse.

C’est l’usine de cogénération COGECAB, société de la même holding, qui alimentera le séchoir à bande de l’unité de granulation (12 MW), et c’est l’usine FICAP qui alimentera l’usine de cogénération en combustible. Globalement les deux entités consommeront, matière première et combustible confondus, environ 350 000 tonnes humides de bois naturel et de résidus agricoles (plaquettes, rondins, bois de palettes, co-produits agricoles, ceps et charpentes de vignes).

FICA-HPCI, la première étape d’une nouvelle filière ?

L’investissement des deux entités se monte à plus de 100 millions d’euros et devrait engendrer la création de 350 emplois sur le territoire dont 40 directs. COGECAB qui va se construire sur le même terrain de sept hectares que FICAP sera équipée d’une chaudière de 49,9 MW et d’une turbine à vapeur permettant de développer 12 MW électriques et de soutirer de la vapeur pour l’industriel de la zone.

Ce nouvel ensemble industriel vient renforcer ce département de la Marne, déjà reconnu comme la « vallée de la bioéconomie » en France, avec notamment déjà implantés sur le site agro-industriel des Sohettes à Pomacle & Bazancourt, parmi les principaux établissements, la bioraffinerie Cristanol, la sucrerie Cristal Union, l’amidonnerie Chamtor, Air Liquide et le pole de recherche Futurol où travaille notamment Global Bioénergies.

Et si dans quelques années cette expérience technologique est concluante, mais surtout si ce produit a trouvé son marché, alors l’ambition des porteurs du projet est de se servir de cette usine comme tête de série industrielle pour essayer d’en vendre ou d’en construire d’autres ailleurs en France et à l’étranger.

Contact : www.ebiomass.eu

Frédéric Douard

1 réponse
  1. Philippe Cuelenaere dit :

    ma société est active dans la conceptualisation et le développement de projet cogénération biomasse (principalement plaquettes forestières et broyats).
    les pellets noirs m’intéressent (procédé, PCI, caractéristiques, disponibilité, prix, etc …)
    merci d’avance,

Valmet est cité aussi dans ces articles :
  • Scheuch rénove le traitement de fumées des deux centrales d’Amel à bois-déchet
  • Metso va livrer trois nouvelles centrales biomasse en Suède et en Finlande
  • Une chaudière à granulés de 33 MW sur le réseau de chaleur de la ville de Tampere
  • Une sixième centrale électrique à la biomasse aux Pays-Bas
  • L’installation de cogénérations biomasse bat son plein en Allemagne
  • La plus grande unité de biogazéification du monde sera finlandaise
  • Cogénération biomasse de 38 MW pour la ville de Porvoo
  • Un pilote de gazéification & méthanation de 20 MW à Göteborg en Suède
  • Une gazéification-cogénération de 140 MW pour les déchets de la ville de Lahti
  • Metso va convertir une chaufferie charbon à la biomasse pour Dalkia en Pologne
  • Tous les articles mentionnant Valmet