L’usine d’incinération de Villejust en Chevreuse va passer à la cogénération

Photo SIOM de la Vallée de Chevreuse

Le SIOM de la Vallée de Chevreuse mène des travaux sur son usine d’incinération qui vont permettre de doubler la production de chaleur issue des déchets mais aussi de produire de l’électricité. L’électricité produite couvrira les besoins énergétique de l’usine et le surplus sera revendu.

Yves FAURE, président du SIOM indique que l’objectif de cet « engagement dans un ambitieux programme » est de faire du site de traitement de Villejust « un centre de valorisation avec une performance énergétique supérieure à 75% ».

L’usine actuelle du syndicat compte deux chaudières :

  • une dédiée à l’incinération des déchets (datant de 1972).
  • une autre, plus récente, recycle la chaleur dégagée pour chauffer à haute température de l’eau qui est ensuite utilisée pour chauffer une partie de la zone d’activités de Courtabœuf et une partie de la ville des Ulis (datant de 1984).

Les travaux concernent :

  • le remplacement de la première chaudière  par une nouvelle à vapeur qui produira de l’eau surchauffée et de l’électricité. Sa puissance sera de 12,5 MW. Sa capacité de production sera de plus de 17 tonnes/heure de vapeur grâce à la combustion des déchets incinérés. La moitié de l’électricité ainsi produite couvrira les besoins en énergie de l’usine d’incinération et l’autre moitié sera revendue à EDF.
  • modernisation de la deuxième chaudière. Aujourd’hui, le système mécanique par frappe (onde de choc) n’est pas suffisamment efficace pour « désencrasser »  les parois de la chaudière. Les travaux permettront de mettre en place un traitement curatif et un traitement préventif : Le traitement curatif consiste à ramoner les parois en injectant de l’air comprimé, et le traitement préventif consiste à installer dans la chaudière des tubes d’eau supplémentaires que l’on appelle les « harpes ». En effet, plus la température des fumées est élevée au contact des tubes d’eau, plus on génère des accrochages de cendres. L’installation de harpes supplémentaires permettra de faire baisser la température des fumées.

Le nouveau procédé permettra de limiter l’impact environnemental en n’utilisant plus d’eau pour neutraliser les produits acides contenus dans les fumées mais du bicarbonate de sodium dans les gaines où circulent les fumées. Ceci permettra d’économiser 3 000 m3 d’eau chaque mois.

Les travaux devraient durer jusqu’au mois d’avril 2013 et les équipements être opérationnels en juillet 2013.

Le Syndicat Intercommunal des Ordures Ménagères de la Vallée de Chevreuse regroupe 17 communes des départements 78 et 91. Sa mission est de collecter, traiter et valoriser les déchets ménagers des 170 690 habitants du territoire.

Frédéric Douard

 

Informations de contact de Leroux&Lotz
logo LLT
10, rue des Usines-BP 88509
F-44185 Nantes Cedex 4
+33 240 95 96 97
@ www.lerouxlotz.com contact@lltpowerservices.com
Leroux&Lotz est cité aussi dans ces articles :
  • CBQ Plus visite la centrale de cogénération à bois de Commentry
  • Coriance acquiert la centrale biomasse de Commentry
  • Deux planchers extracteurs de silo Vibrafloor à la centrale biomasse de Brignoles
  • Extension du réseau de chaleur au bois du Val de l’Aurence à Limoges
  • La centrale de cogénération à biomasse de Chartres Métropole bientôt en service
  • 26 et 27 septembre 2018 à Rennes, premières assises de la pyrogazéification
  • Les acteurs français de la gazéification de la biomasse se positionnent sur le gaz renouvelable
  • Le CVE de Douchy-les-Mines valorise les déchets ménagers et hospitaliers
  • Séché inaugure la première chaufferie à CSR de France en Mayenne
  • 3 octobre 2017, journée technique Biomasse Gazéification à Nantes
  • Tous les articles mentionnant Leroux&Lotz