Roquette marie biomasse-énergie et géothermie profonde en Alsace

Informations clés biomasse – Industrie agroalimentaire – Combustibles : 150 000 tonnes de plaquettes/an – Chaudière à grille mobile de 43 MW Icavi – Processus vapeur de 60 tonnes par heure à 25 bar et 229°C – Taux de couverture par le bois supérieur à 50% – Manutention du bois Trasmec – Mise en service en décembre 2011.

Le site Roquette à Beinheim web

Roquette Frères, l’un des leaders mondiaux de l’amidon dont le siège est basé à Lestrem dans le Pas-de-Calais, a construit une chaufferie biomasse de 43 MW sur son site de Beinheim en Alsace. Ce site comprend deux amidonneries (maïs et blé) et une éthanolerie, consomme 1200 tonnes de blé et 1100 tonnes de maïs par jour et emploie 250 personnes. L’objectif de l’entreprise à Beinheim était dans un premier temps de substituer 43 MW de gaz naturel en biomasse (sur les 76 MW qu’elle consomme) et de réduire ainsi ses émissions de CO2 de 75 000 tonnes par an.

Transport d’une partie de la chaudière au travers de l’État de Santa Catarina au Brésil, photo Nexténergies

Mais la chaufferie bois n’était qu’une première étape et l’objectif du groupe amidonnier est que son unité industrielle alsacienne puisse fonctionner avec au moins 75% d’énergie renouvelable en 2015. L’entreprise investir pour cela 44 millions € dans une unité de géothermie profonde complémentaire à la biomasse en apportant 25 MW de chaleur supplémentaire, sur le modèle du site pilote de Soultz-sous-Forêt. A partir de 2015, 25% de ses besoins devraient être couverts grâce à l’exploitation de la chaleur géothermale, recherchée à 2500 m de profondeur. Cette centrale géothermique sera la première de France à destination industrielle. Le projet est porté par le Groupe ÉS, Roquette Frères et la Caisse des Dépôts qui se sont réunis pour créer la société ÉCOGI (Exploitation de la Chaleur d’Origine Géothermale pour l’Industrie).

Les deux projets Biomasse + Géothermie permettront donc de satisfaire plus de 75 % des besoins vapeur du site et de réduire les émissions de CO2 fossile de plus de 110 000 tonnes par an.

Chargement de la grille au port d’Itajaì, au sud du Brésil

La chaudière consomme 150 000 tonnes de bois par an

Fabriquée par Icavi pour l’opérateur malouin Nexténergies, l’entreprise choisie par Roquette pour la réalisation de l’équipement, elle est arrivée en pièces détachées à Anvers début février 2011 par bateau, après un périple routier de 200 km à travers l’État de Santa Catarina au sud du Brésil, depuis son usine de construction de Pouso Redondo, et jusqu’à son port de départ à Itajaì. Elle a ensuite été transportée par voie fluviale, sur le Rhin, avant d’être déchargée directement sur le site. Le chantier a duré 6 mois et deux grues de 500 et 300 tonnes ont été nécessaires pour installer le foyer de près de 20 mètres de hauteur au-dessus de la charpente métallique déjà en place. Le ballon vapeur, pesant 20 tonnes, a été hissé à 30 mètres de hauteur pour trouver sa place au sommet de la chaudière. Les travaux d’assemblage se sont poursuivis et le bâtiment a été fermé à la fin de l’été.

La logistique d'alimentation en bois a été conçue et réalisée par Scaldis

La chaine d’alimentation en bois

La partie alimentation du bois

Scaldis

La bâtiment de stockage du bois chez Roquette

La chaine logistique comprend :

  • Le déchargement et la mise au stock automatique de plaquettes forestières provenant de l’extérieur, livrées par camions (FMA ou bennes basculantes),
  • La mise au stock automatique ou par manutention avec engins de plaquettes reprises au stock longue durée du site et acheminées par chargeuses,
  • La fabrication sur site de plaquettes issues du broyage de grumes stockées sur site et acheminées par chargeuses à pinces,
  • La préparation (déferraillage et criblage) de la biomasse avant stockage,
  • La mise au stock automatique des plaquettes broyées sur site,
  • Le pesage dynamique de chaque ligne de manutention de plaquettes (broyées ou extérieures).
  • La reprise au stock automatique des plaquettes,
  • La manutention de la biomasse depuis la zone de reprise jusqu’à l’alimentation du silo tampon assurant l’autonomie d’alimentation de la chaudière en biomasse.
LIgne de broyage de bois rond chez Roquette, photo Scaldis

Ligne de broyage de bois rond chez Roquette, photo Scaldis

L’installation se compose :

Quai de déchargement des plaquettes, photo Scaldis

Quai de déchargement des plaquettes

  • D’un quai de déchargement, dédié au déchargement de plaquettes provenant de l’extérieur, constitué de deux tapis pouvant chacun recevoir le contenu d’un camion FMA, ou être chargé par une chargeuse.
  • D’une ligne de broyage de grumes pour fabrication de plaquettes directement sur site. Les grumes sont acheminées par chargeuses à pinces. Cette ligne est constituée :
    • D’un deck d’entrée, composé d’un transporteur de déchargement à chaînes racleuses et d’un transporteur démarrieur à chaînes racleuses
    • D’une ligne d’alimentation du broyeur, constituée d’un transporteur à chaînes racleuses pour collecter les grumes, et d’un transporteur à bande d’alimentation du broyeur.
    • D’un broyeur mono-rotor, type coupeuse, garantissant une granulométrie conforme
Convoyeur à bande vers la chaudière, photo Scaldis

Convoyeur à bande vers la chaudière

  • D’un circuit de mise au stock automatique, commun pour tous les types de plaquettes, et constitué :
    • De deux transporteurs à bande de collecte, alimentés en direct par des vis sous broyeur ainsi que par les alvéoles FMA de déchargement et équipés de système de mesure
    • D’une tour de préparation intégrant un déférailleur et un séparateur granulométrique à disques, coupure 200mm, alimenté en jetée directe par le second transporteur de collecte.
    • D’un transporteur à bande de reprise de la fraction passante sous le séparateur à disques, d’un élévateur à godets alimenté par le transporteur de reprise précédent, et d’un transporteur à bande, équipé d’un chariot verseur, alimenté en jetée directe par l’élévateur à godets, assurant la mise au stock des plaquettes.
  • D’un pont bipoutre à benne électro-hydraulique, assurant l’alimentation du circuit chaudière, en fonctionnement uniquement les jours sans livraisons et/ou sans broyage (week-end).
  • D’un circuit d’alimentation de la trémie tampon chaudière, constitué :
    • D’un dispositif d’extraction hydraulique à échelles avec vis de dosage, implanté en extrémité du hall de stockage,
    • D’un transporteur à bande de liaison, implanté au sol et alimenté depuis les échelles par la vis de dosage, et destiné à alimenter le silo tampon de la chaudière.
Convoyeur à chaines, photo Scaldis

Convoyeur à chaines, photo Scaldis

Caractéristiques des équipements d’alimentation en bois
Combustible Plaquettes de provenance extérieure, grumes, plaquettes broyées sur site
Consommation de biomasse 150 000 tonnes par an
Nombre de déchargement par jour 6 maxi en période de pointe
Capacité des camions à fond mouvant 90 m³
Débit de déchargement 150 tonnes/h ou 550 m3/h
Capacité ligne de broyage en plaquettes 100tonnes/h ou 330m3/h
Capacité circuit de mise au stock automatique 150 tonnes/h ou 550 m3/h
Capacité pont roulant 23 tonnes/h ou 76 m3/h
Capacité circuit de reprise sous stock et manutention vers chaudière 23 tonnes/h ou 76 m3/h

Pour en savoir plus :

Frédéric Douard


Trasmec pour figurer ici avec votre logo et vos coordonnées, c'est tout simple, contactez fbornschein+annuaire@bioenergie-promotion.fr

Trasmec est cité aussi dans ces articles :
  • Encore plus d’efficacité pour le chauffage urbain à bois de Vaulx-en-Velin
  • Bio Cogelyo, une centrale biomasse parfaitement équipée contre l’incendie
  • Première mondiale de captation de CO2 sur chaudière bois pour culture sous serre
  • Le chauffage urbain de Chambéry renouvelable à 66% avec sa deuxième chaufferie bois
  • Avec sa nouvelle centrale, Epinal alimenté à 85% en chaleur par le bois
  • La chaufferie biomasse du réseau de chaleur d’Aix en Provence
  • AET fournit une chaudière de 50 MW pour la cogénération biomasse chez DRT
  • La centrale de cogénération de Lens s’alimente en bois rond
  • Avec 22 MW au bois, Angers inaugure une centrale de cogénération à but social
  • Orléans met en service sa première centrale de cogénération bois à La Source
  • Tous les articles mentionnant Trasmec