Lien de bannissement

Les chaufferies à bois de Vialas, outils de valorisation et de protection de la forêt

Article paru dans le Bioénergie International n°84 de mai 2023

La commune de Vialas au pied des Rochers de Trenze, photo Commune de Vialas

Vialas est un fort joli village cévenol, entouré de forêts et située à 600 mètres d’altitude sur le contrefort sud du Mont-Lozère. La commune, avec ses 450 ha, fait partie du Parc National des Cévennes, un territoire également inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco au titre des Causses et des Cévennes, paysages culturels de l’agro-pastoralisme méditerranéen. Sa population de près de 300 habitants l’hiver peut quadrupler à la belle saison avec les touristes. C’est aussi une commune du bout du monde, aux confins du département de la Lozère, en direction d’Alès dans le Gard, et où il est important de savoir compter sur ses propres forces pour parer à toutes éventualités.

Le résultat d’une action politique à plusieurs objectifs

C’est avec la quadruple volonté d’acquérir une certaine autonomie dans le domaine énergétique, de renforcer le tissu économique en faisant travailler la forêt, de limiter les risques naturels (inondations, éboulements, feux de forêt), et de rouvrir les paysages à l’agriculture et au tourisme, que la municipalité de Vialas, avec Michel Reydon au poste de maire depuis 2014 et président de la Communauté de Communes des Cévennes au Mont Lozère, a conduit deux projets successifs de chaufferies bois avec micro-réseaux de chaleur. C’est dans le volet de sa politique économique, agricole, sylvicole et environnementale que la municipalité a réalisé ces projets de valorisation énergétique d’une partie de la production forestière locale.

Michel Reydon, maire de Vialas et président de la Communauté de communes des Cévennes au Mont Lozère, photo Frédéric Douard

Pour ces réalisations, la municipalité a reçu le soutien de la Mission Bois Énergie Lozère, assurée depuis 2002 par la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Lozère, dans le cadre de son action économique. Cette action est devenue Mission Chaleur renouvelable en 2018 à la demande de l’ADEME, et a été transférée en 2019 au Syndicat Départemental d’Énergie et d’Équipement de la Lozère qui venait de prendre la compétence Énergies Renouvelables et Réseaux de Chaleur dans le département. La mission a apporté conseils et expériences, a animé des réunions d’information, et a instruit les dossiers de subventions. Elle réalise également le suivi des installations et alimente de ces données l’observatoire du bois-énergie en Occitanie.

Le sous-sol de la mairie de Vialas héberge la chaufferie du réseau de chaleur au bois, photo Frédéric Douard

Notons que sur la partie sylvicole, pour ce qui concerne donc la ressource, ces projets ont également été menés dans le cadre d’une charte forestière de territoire, c’est-à-dire dans le cadre de la stratégie forestière décidée par les élu(e)s locaux (communes et intercommunalités) et les organismes locaux volontaires. La charte forestière permet en effet de mener des programmes d’actions pluriannuelles en faveur de la forêt et du bois.

Une première chaufferie de 80 kW

En 2017, la municipalité de Vialas mettait ainsi en service une première chaufferie bois dans le sous-sol de la Maison du Temps Libre, pour un investissement de 102 000 € HT. Avec deux chaudières automatiques à plaquettes Hargassner de 40 kW, cette chaufferie dessert, au travers d’un micro-réseau de 80 mètres, dans la partie basse du village, la nouvelle école primaire, une salle de sport et d’autres locaux de la Maison du Temps Libre.

La Maison du Temps Libre hégerge la première chaufferie bois, avec son silo à gauche, photo Frédéric Douard

Répondant aux objectifs politiques, l’approvisionnement s’est organisé très localement et c’est par un Groupement d’Entente Solidaire nouvellement créé sur la commune voisine de Ventalon-en-Cévennes, Ventalon Energies, qui a été sélectionné. Composé de trois partenaires actifs dans l’agriculture et les métiers de la forêt, ce groupement a investi dans une plateforme de broyage et de séchage/stockage à quelques kilomètres seulement de la chaufferie.

Les chaudières de la première chaufferie bois de Vialas, photo Frédéric Douard

Cette chaufferie consomme entre 120 et 150 mètres cubes apparents de bois déchiqueté par an selon les années. Le choix de ce combustible était le seul possible pour concilier à la fois une production locale, sans contraintes particulières sur le type de bois à mobiliser, le confort d’une chaudière automatique et bien sûr le côté économique, la plaquette locale étant de très loin le combustible le moins cher du marché !

La nouvelle école de Vialas, raccordée à la première chaufferie bois, et en fond les Rochers de Trenze, photo Frédéric Douard

Une deuxième chaufferie de 130 kW

La chaudière bois du réseau de chaleur centre-village, photo Frédéric Douard

Trois années plus tard, en 2020, satisfaite de la solution, la municipalité mettait en service sa deuxième chaufferie bois qui allait progressivement alimenter un petit réseau de chaleur au centre-village. Pour un investissement total de 270 000 € HT, ces installations permettent de chauffer, au travers d’un micro-réseau de chaleur de 90 mètres, le bâtiment de la mairie, la médiathèque, les quatre appartements de l’ancienne gendarmerie, une salle associative et le collège avec son internat. Située au sous-sol de la mairie, dans la pente de la montagne, une chaudière à bois Herz fournit 130 kW, secondée par une chaudière propane de 250 kW. Cette chaufferie consomme entre 280 et 300 mètres cubes apparents de bois déchiqueté par an selon les années.

Avec cette deuxième chaufferie, le volume de bois déchiqueté à produire est devenu trop important pour le GES situé à Ventalon en Cévennes. La commune de Vialas a alors conventionné avec la Coopérative La Forêt Privée Lozérienne et Gardoise.

Une gestion en régie communale

Ces chaufferies sont gérées en régie sur le budget annexe de la commune, même si des factures de chauffage sont émises à un tiers, en l’occurrence le collège du Trenze. La régie emploie trois personnes qui passent une fois toutes les deux semaines dans la chaufferie du bas, une fois par semaine dans celle du centre, pour voir si tout va bien, pour contrôler le niveau des silos et prévoir la prochaine livraison, et pour vider les cendriers. Le taux de couverture globale des besoins de chauffage par le bois est de 90 %, ce qui représente une consommation annuelle de bois-énergie de 100 à 110 tonnes par an, pour une énergie à un prix bien maîtrisé sur le long terme !

Le collège de Vialas, raccordé au réseau bois, photo Frédéric Douard

Contacts :

Le silo à bois du réseau de chaleur centre-village, photo Frédéric Douard

Frédéric Douard, en reportage à Vialas


Informations de contact de Herz-Binder

logo SB Thermique
2, Z.A. Beptenoud Nord
F-38460 Villemoirieu
+33 4 74 90 43 08
@ www.sbthermique.com info@sbthermique.fr