Le réseau de chaleur au bois de Saint-Affrique, l’énergie des Grands Causses

Article paru dans le Bioénergie International n°75 d’octobre 2021

La chaufferie bois de Saint-Affrique, photo Frédéric Douard

Le foyer de l’une des deux chaudières Uniconfort à La chaufferie bois de Saint-Affrique, photo Frédéric Douard

Monter des projets de réseaux de chaleur au bois en milieu rural, ou dans de petites villes, se heurte souvent au mur des investissements et à la faible densité des besoins qui rend la rentabilité difficile. Afin de développer et de pérenniser la filière bois-énergie locale, et de contribuer à la transition énergétique, le Parc Naturel Régional des Grands Causses, couvert à plus de 30 % de forêts, a créé en 2016 la Société d’Economie Mixte Causses Energia. Cette structure publique & privée est chargée de porter le développement, le financement et l’exploitation de chaufferies bois et réseaux de chaleur permettant aux utilisateurs de bénéficier d’un service de vente de chaleur sans devoir supporter directement l’investissement. C’est sur ce principe que Causses Energia a porté le projet de Saint-Affrique, petite ville de 8500 habitants, située au sud du département de l’Aveyron.

Le réseau de chaleur de Saint-Affrique

Envisagé dès 2009 par la municipalité, la réalisation du réseau de chaleur au bois de Saint-Affrique ne s’est définitivement engagée que le 5 mai 2017. Ce jour-là, la ville signait une délégation de service public pour la création du réseau et pour son exploitation durant 22 ans. Ce contrat associe Dalkia, en charge les postes P1 (Consommables), P2 (Conduite et maintenance) et P3 (Gros entretien), et Causses Energia qui porte le P4 (Financement).

Le réseau de chaleur de Saint-Affrique dispose de deux ballons de 50 m3 d’hydro-accumulation , photo Frédéric Douard

Mis en service durant la saison de chauffe 2019-20, le réseau fournit 12,5 GWh de chaleur par an à un prix compétitif vers 35 points de livraison publics et privés, soit l’équivalent de la consommation de 1050 logements. Il s’étend en deux branches, une Nord et une Sud, sur 5,5 km au total.

Ce projet, qui représente un investissement de 6,9 millions d’euros hors taxes, permettra de remplacer l’équivalent de 1 250 000 litres de fioul par une énergie locale et écologique, et d’économiser 2500 tonnes de CO2 par an.

Pour sa conduite, le réseau de Saint-Affrique est relié au DESC, le Dalkia Energy Savings Center, le centre de pilotage de la performance énergétique de Dalkia, qui ajuste en temps réel, depuis Toulouse, la production de chaleur aux besoins des habitants.

La chaufferie

Elle est constituée d’un silo enterré de 450 m³ qui garantit une autonomie de fonctionnement de 3 à 4 jours par grand froid, et de deux chaudières à bois de 1 et 2 MW, secondées par deux chaudières à gaz en appoint et secours totalisant 5 MW. Ce dimensionnement en deux chaudières bois de puissances complémentaires, 2/3 et 1/3, permet de suivre relativement bien l’ensemble des appels de puissance durant toute l’année avec le bois. Ce dimensionnement, en abaissant très bas le minimum technique de l’installation bois, ici à 300 kW, permet également de réaliser les maintenances sans arrêter la production au bois.

Vue générale des chaudières bois de Saint-Affrique, photo Frédéric Douard

Une autre particularité de cette chaufferie est l’utilisation de deux ballons d’hydro-accumulation de 50 m³ chacun. Ils permettent de lisser les pics de besoins notamment le matin et le soir en hiver, mais aussi de faire fonctionner plus longtemps les chaudières bois au-dessus de leur minimum technique, ce qui est particulièrement utile pour la production d’eau chaude sanitaire l’été. Ces ballons, suffisamment dimensionnés, et combinés au dimensionnement judicieux des chaudières, permettent de garantir un taux de couverture important de 86 % par le bois.

Vue du niveau foyer de la petite chaudière de la chaufferie de Saint-Affrique, photo Frédéric Douard

Le filtre à manches de la chaufferie de Saint-Affrique, photo Frédéric Douard

Les deux chaudières bois à grilles mobiles Uniconfort sont équipées d’un système de ramonage pneumatique des échangeurs à tubes et d’un dispositif de recyclage des gaz brûlés. Ces chaudières bénéficient des derniers standards en matière de maîtrise de la combustion du bois.

Les émissions atmosphériques de particules sont maintenues en deçà de 30 mg/Nm³ par un filtre à manches Fida. Concernant les cendres, les volantes sont bien entendu mises en décharge, alors que celles de grilles, exemptes de métaux lourds, sont valorisées dans la filière compost par les Ets Braley. La conduite de la chaufferie et du réseau représente un équivalent temps plein.

La fourniture de bois-énergie

Les 5000 tonnes de bois nécessaires à la production annuelle ont trois origines locales : un quart de palettes broyées dont l’origine est tracée suivant la procédure de SSD, sortie du statut de déchet, une procédure de type ISO 9001 ; un quart de plaquettes provenant des chutes de sciage de l’industrie du bois ; et la moitié de plaquettes forestières, issues des forêts et pâturages situés dans un rayon de 70 km.

Le silo enterré de la chaufferie de Saint-Affrique dispose de six trappes de livraison carrossables, photo Frédéric Douard

Les plaquettes forestières sont produites en majorité à partir de produits d’éclaircies, par des bois mal conformés et par les têtes de grumes de sciage. Mais, particularité de ce projet qui veut aussi soutenir le pastoralisme sur les causses, une partie de ces plaquettes provient des pins sylvestres coupés pour maintenir les milieux ouverts du Causse du Larzac, indispensable à l’élevage des brebis laitières.

Ouverture de l’une des trappes carrossables du silo à bois, photo Frédéric Douard

Armoire de commandes de l’une des deux chaudières Uniconfort à Saint-Affrique, photo Frédéric Douard

Les fournisseurs de bois, qui sont aussi des actionnaires de la SEM, sont la coopérative Sylva-Bois, et les sociétés Avenir Génie Civil Sévigné, Groupe Merviel et Bois du Larzac. Ce sont ainsi 350 000 € qui sont injectés chaque année directement dans la filière bois-énergie aveyronnaise.

Contacts :

  • Causses Energia : Rémy Blazin
 – 06 77 10 90 83 – causses.energia@gmail.com
  • Dalkia : Laurent Fajal – 06 66 88 47 96 – laurent.fajal@dalkia.fr
  • PNR des Grands Causses : Alexandre Chevillon – 05 65 61 43 16 – 06 70 44 47 46 – alexandre.chevillon@parc-grands-causses.fr – www.parc-grands-causses.fr
  • Le chaudiériste : Uniconfort 
- info@uniconfort.com
 /+39 049 5952052 (en français) – www.uniconfort.com/fr/
  • Les ballons : www.lacaze-energies.fr

Frédéric Douard, en reportage à Saint-Affrique

Voir également ce reportage vidéo sur la genèse de ce projet :


Lacaze pour figurer ici avec votre logo et vos coordonnées, c'est tout simple, contactez fbornschein+annuaire@bioenergie-promotion.fr

Lacaze est cité aussi dans ces articles :
  • Le stockage thermique pour valoriser au mieux la biomasse sur le réseau de chaleur d’Alès
  • Tous les articles mentionnant Lacaze
  • Informations de contact de Uniconfort

    logo Unconfort
    Via dell’Industria, 21
    IT-35018 San Martino di Lupari (PD)
    +39 0495952052 ext. 245 NOUS PARLONS FRANÇAIS
    @ www.uniconfort.com e.tessari@uniconfort.com
    Uniconfort est cité aussi dans ces articles :
  • L’usine Mazana de Capella neutre en CO₂ grâce à ses deux chaudières à biomasse
  • Les deux chaudières à bois Uniconfort de 1 et 2 MW sont arrivées à Saint-Affrique
  • Deux centrales à biomasse près de Rotterdam pour remplacer le gaz fossile
  • Une chaudière à bois Uniconfort CMT à la menuiserie de style Lanssens
  • La centrale de trigénération bois d’Uden garantit des champignons neutres en CO₂
  • Deux belles commandes en France pour le chaudiériste biomasse Uniconfort
  • Équiwood, producteur de briquette biocombustible à base de litière de bois
  • LMK Energy, premier producteur français de bois torréfié et propriétaire Torspyd
  • Réduire les coûts énergétiques avec les solutions biomasse Uniconfort
  • Près de Turin, L’Oréal utilise chaleur, froid et électricité produits par le bois
  • Tous les articles mentionnant Uniconfort