Un mix de gaz 100 % renouvelable pour la France en 2050

Equilibrage offre et demande de gaz sur un an avec évolution des besoins de stockage, Source ADEME. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Dans cette nouvelle étude « Un mix de gaz 100 % renouvelable en 2050 », l’ADEME aborde la faisabilité technico-économique d’un gaz d’origine 100 % renouvelable à l’horizon 2050. Basée sur le scénario énergie-climat de l’ADEME 2035-2050, l’étude s’appuie sur un mix de trois sources de gaz renouvelables : une base en méthanisation à base de biomasse humide, complétée par une seconde base de syngaz de biomasse « sèche », puis par une production intermittente à base d’électricité renouvelable excédentaire servant à hydrolyser de l’eau en hydrogène, hydrogène ensuite converti en méthane grâce avec du CO2 capté, et stocké dans les infrastructures actuelles de gaz naturel.

L’étude a été réalisée par Solagro et conduite par l’ADEME en collaboration avec GRDF et GRTgaz. Elle s’inscrit dans la continuité des travaux publiés en 2016 – 2017, et concerne la seconde énergie la plus consommée en France, le gaz.

Les travaux se sont appuyés sur le scénario énergétique ADEME 2035-2050 avec un niveau de demande finale en 2050 en gaz de réseau de l’ordre de 300 TWh contre 460 TWh aujourd’hui. Les résultats, fondés sur des analyses de sensibilités et divers scénarios de mix de production de gaz renouvelable, montrent qu’il existe un gisement potentiel théorique de gaz renouvelable pouvant répondre à une demande énergétique réduite en 2050 pour un coût global du gaz compris entre 116 et 153 €/MWh.

Cela nécessitera des évolutions du système gazier et notamment de développer la complémentarité entre réseau gaz et réseau électrique. Ceci confirme que pour rendre notre système énergétique plus durable, il est nécessaire de renforcer les interactions entre les vecteurs énergétiques et d’optimiser leurs synergies et ce à différentes échelles de territoires.

Coûts de production des filières en 2050. Source ADEME. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les résultats incitent à déployer au plus vite les projets de méthanisation agricole, et soulignent également l’enjeu d’utiliser au mieux les gisements de biomasse en optimisant l’équilibre entre les différents vecteurs énergétiques (chaleur, électricité ou gaz).

Consulter l’étude de l’ADEME « Un mix de gaz 100 % renouvelable en 2050 ? »