14 ha de serres chauffés par deux chaudières à bois Uniconfort

Article paru dans le Bioénergie International n°41 de janvier-février 2016

Travail du sol dans les serres Corradi à Marcon, photo Corradi

Travail du sol dans les serres Corradi à Marcon, photo Corradi

L’exploitation agricole Corradi est implantée dans la province de Venise. Spécialisée dans la production de légumes, elle est dirigée par Elio Pelosin et son fils Fabio. Elle dispose de 82 ha sur les communes de Castelfranco et Marcon, dont 32 sont couverts de serres. La famille Pelosin y cultive de nombreuses variétés de salades vertes, mais aussi du basilic, des radis, des courges, des poivrons, des poireaux et le célèbre radis de Trévise, sorte d’endive rouge.

Pour répondre à la demande du marché, et notamment en hiver pour la grande distribution, Elio Pelosin a mis en place en 2014 de nouvelles installations ultra-modernes. Il a ainsi équipé 14 ha de serres de son site de Marcon avec un chauffage central par le sol alimenté en énergie renouvelable, le bois. Ce lot de serres est ainsi parcouru par un immense réseau de chauffage enterré, lui-même alimenté par une chaufferie à bois de 8,6 MW.

Le chauffage des serres Corradi par le sol, photo Corradi

Le chauffage des serres Corradi par le sol, photo Corradi

La chaufferie

Elle est équipée de deux chaudières Uniconfort de caractéristiques différentes. La première est un modèle Global de 4,6 MW avec le rôle de chaudière principale. Elle est supplée par une EOS de 4 MW jouant le rôle de chaudière d’appoint pour couvrir les pics de demande. Si ces chaudières ont a priori un rôle thermique bien déterminé, elles disposent également de capacités techniques leur permettant d’intervenir avec des qualités de combustibles qui peuvent varier.

La chaudière Glogal de Marcon, son alimentation par deux vis jumelées et ses filtres, photo Frérédric Douard

La chaudière Glogal de Marcon, son alimentation par deux vis jumelées et ses filtres, photo F. Douard

La Global est une chaudière à grille mobile avec introduction par deux vis jumelées. L’introduction par vis confère une grande étanchéité à la chaudière et une alimentation en combustible très régulière. Construite en acier recouvert de matériau réfractaire, cette chaudière est capable de consommer du bois de granulométrie hétérogène et à haute teneur en eau (plus de 60%). Sa chambre de décantation des poussières lui garantie un taux d’imbrûlés très faible dans les cendres et une faible émission de particules avant filtre.

Les deux chaudières Uniconfort dans la chaufferie Corradi de Marcon, photo Frédéric Douard

Les deux chaudières Uniconfort dans la chaufferie Corradi de Marcon, photo Frédéric Douard

La EOS est une chaudière hybride avec un double foyer volcan et grille mobile, avec introduction par vis. La biomasse arrive par la grille fixe, où elle commence à sécher et à gazéifier. Ensuite, par la poussée de la vis d’alimentation, elle passe sur la grille mobile qui va étaler le combustible restant, terminer de le sécher et de le gazéifier si besoin. La grille mobile va permettre une évacuation rapide des cendres avant qu’elles ne forment des mâchefers, dans le cas particulier de combustibles difficiles.

Ce choix de deux technologies différentes et complémentaires permet à l’exploitant de pouvoir utiliser différentes qualités de combustibles en fonction des disponibilités et des prix  du marché qui varient de 50 à 100 € la tonne. La Global consomme les bois déchiquetés grossiers et humides quand la EOS est capable de passer des produits plus secs (jusque 45% d’eau) et aussi plus riches en minéraux.

L'un des deux silos de chargement à Marcon, photo Frédéric Douard

L’un des deux silos de chargement à Marcon, photo Frédéric Douard

Cette capacité à différencier deux qualités de combustibles a rendu obligatoire l’installation de deux silos d’alimentation bien distincts. La Global est alimentée à partir d’un silo de 250 m³ d’où le combustible est extrait avec quatre échelles racleuses d’une largeur de 1,8 m chacune, puis convoyé par une chaîne à raclettes. L’EOS dispose quant à elle d’un silo de 150 m³, également équipé de quatre échelles hydrauliques d’extraction. Le convoyage vers la chaudière de la seconde chaudière est réalisé par un convoyeur à spirale, à savoir une grande vis sans âme qui a la particularité de ne quasiment jamais bloquer. Ce convoyeur peut ainsi accepter un taux relativement importants de corps étrangers.

Les ramoneurs pneumatiques sur la GLOBAL, photo Frédéric Douard

Les ramoneurs pneumatiques sur la Global, photo Douard

Chaque chaudière dispose d’un traitement de fumées poussé avec un cyclone pour les grosses particules, et un filtre à manches pour les petites particules.

Enfin, pour gérer les variations rapides de la demande de chaleur, inhérentes à l’activité même des serres qui ne disposent que de peu d’inertie thermique, les chaudières ont été couplées à un stockage d’eau tampon de 1400 m³ construit en béton, qui intervient en appoint de demande, mais aussi en dissipation de la chaleur des chaudières lors des arrêts brutaux de demande.

Les serres Corradi de Marcon avec la chaufferie bois à gauche, photo Frédéric Douard

Les serres Corradi de Marcon avec la chaufferie bois à gauche, photo Frédéric Douard

Des performances au rendez-vous

D’après les tests menés par le Laboratoire d’analyses des biocombustibles du Département Territoire et Systèmes Agroforestiers de l’Université de Padoue, la Global a travaillé en pratique lors de la première saison de chauffe, d’octobre 2014 à avril 2015, avec du bois à 46,7% d’humidité de moyenne. L’EOS a quant à elle fonctionné avec du bois relativement sec, à 28,7% d’eau en moyenne.

Les filtres à manches des chaudières de Marcon, photo Frédéric Douard

Les filtres à manches des chaudières de Marcon, photo Frédéric Douard

Concernant les émissions de poussières, les valeurs ont été contrôlées à 12 mg/Nm³ pour la Global et à 29 mg/Nm³ pour la EOS, le tout à 10% d’02. Le rendement des deux chaudières a également été contrôlé et se monte à 91,9 % pour la Global et 92,3 % pour la EOS.

Contacts :

  • Exploitation agricole Corradi : www.retecorradi.it
  • Association italienne des bioénergies : maito.aiel@cia.it – www.aiel.cia.it
  • Le chaudiériste : Tél. : +39 0495 952 052 – www.uniconfort.com/fr
  • Uniconfort au Benelux et en France : +32 477 87 14 71 – info@biosynergy.be – www.biosynergy.be
  • Uniconfort en France : Grégory Rat gregory.rat@gr2e.fr – +33 678 71 84 58

Francesca Maito, AIEL, et Frédéric Douard en reportage à Marcon

Le magazine Bioénergie International est disponible :

Informations de contact de Uniconfort
logo Unconfort
Via dell’Industria, 21
IT-35018 San Martino di Lupari (PD)
+39 0495952052
Agent en France : +33 678718458
@ www.uniconfort.com e.tessari@uniconfort.com
Uniconfort est cité aussi dans ces articles :
  • L’usine Mazana de Capella neutre en CO2 grâce à ses deux chaudières à biomasse
  • Les deux chaudières à bois Uniconfort de 1 et 2 MW sont arrivées à Saint-Affrique
  • Deux centrales à biomasse près de Rotterdam pour remplacer le gaz fossile
  • Une chaudière à bois Uniconfort CMT à la menuiserie de style Lanssens
  • La centrale de trigénération bois d’Uden garantit des champignons neutres en CO2
  • Deux belles commandes en France pour le chaudiériste biomasse Uniconfort
  • Équiwood, producteur de briquette biocombustible à base de litière de bois
  • LMK Energy, premier producteur français de bois torréfié et propriétaire Torspyd
  • Réduire les coûts énergétiques avec les solutions biomasse Uniconfort
  • Près de Turin, L’Oréal utilise chaleur, froid et électricité produits par le bois
  • Tous les articles mentionnant Uniconfort