Kablitz, pionnier des chaudières biomasse dès 1901, regarde vers la France

Article paru dans Bioénergie International n°22 de décembre 2012 – janvier 2013

Richard Kablitz & Mitthof GmbH est une PME allemande implantée à Lauda-Köninghofen, une petite ville au nord-est du Bade-Wurtemberg, à quelques kilomètres de Würzburg. Elle est spécialisée sur la biomasse-énergie uniquement. Elle construit des chaudières, des générateurs d’air chaud et des centrales thermiques pour la production de chaleur, d’électricité et de vapeur processus. Sa gamme de puissances va de 10 à 85 MW thermiques, de 1 à 15 MW électriques et jusque 100 tonnes/h de vapeur.

111 ans d’innovations pour la biomasse
L’entreprise dispose d’une renommée mondiale pour ses échangeurs de chaleur en fonte de fer ainsi que pour ses tous nouveaux échangeurs en verre pour la récupération de chaleur à basse température dans les fumées. L’entreprise fait partie de ces pionniers qui dès le début du 20ème siècle ont fait progresser les performances des chaudières à biomasse.
Kablitz GmbH ne date pas d’hier puisqu’elle a été fondée en 1901 à Riga. Car Richard Kablitz est né en 1868 à Riga et faisait partie de ces industriels allemands actifs dans toute l’Europe de l’Est depuis des siècles. Il a inventé et développé l’ailettage de tubes en fonte de fer en 1899. L’économiseur à tubes à ailettes de Kablitz a conquis à cette époque d’un seul coup le marché russe avec pour conséquence le transfert des usines de production se trouvant dans les provinces frontalières vers l’intérieur du pays par le gouvernement russe lors de la première guerre mondiale. La famille Kablitz s’est établie à nouveau à Riga après la fondation de l’État letton en 1918 et de la République soviétique. À Moscou, il ne resta plus qu’un bureau d’ingénierie qui obtint une autorisation de fabrication et de commercialisation des nouveaux employés.

Construction d'une grille de chaudière Kablitz, photo Kablitz

Entre-temps, en 1921 la chaudière à grille à gradins haute puissance universelle de Kablitz avait vu le jour au côté de l’économiseur. Entre 1928 et 1930, Kablitz a inventé et développé l’échangeur de chaleur à plaques nervurées en fonte de fer. Dans les années 1939 à 1941, l’entreprise a été transférée en Allemagne à la suite des accords germano-soviétiques relatifs à l’annexion des États baltes par la Russie soviétique. Elle s’est implantée dans la région de Warta et le nombre d’employés étaient d’environ 800 en 1945. Ensuite survint l’effondrement de l’Allemagne et un nouvel exode vers l’ouest. Richard Kablitz créa sa nouvelle usine à Lauda où elle se trouve toujours aujourd’hui, elle y possède sa propre fonderie. Kablitz distribua ensuite des licences de construction à de grandes entreprises étrangères, et notamment américaines, permettant aux produits de la société d’être utilisés dans le monde entier. Ils trouvèrent leur application principalement dans la récupération de chaleur dans les installations de chaudière à vapeur, de raffinage, de chimie et d’antipollution.

En 1990, Hans E. Mitthof reprend l’entreprise et concentre ses activités sur la construction d’installations clé en main. En plus de la production de composants de grilles de combustion et d’échangeurs de chaleur, l’entreprise commence ainsi à planifier et à fournir des systèmes de chauffage complets, y compris des centrales électriques, toujours à biomasse. Elle a ainsi élargi son domaine de prestations au transport du combustible, aux foyers complets, aux chaudières à vapeur et au nettoyage des gaz de fumée. Le brevet Kablitz pour la chambre de postcombustion appropriée pour les combustibles humides a été créé en 1993, les pièces maîtresses de la fabrication Kablitz restant les grilles en fonte qui permettent d’utiliser presque toutes sortes de combustibles, jusqu’à des humidités supérieures à 65%… ce qui n’est pas permis à tout le monde de réaliser.

Kablitz fabrique ses grilles dans sa propre fonderie

Ces dernières années, le développement de la politique environnementale a permis à l’entreprise d’étendre ses marchés de la scierie et de l’industrie des dérivés du bois, aux fournisseurs d’énergie et aux communes, ce qui lui permet de placer de 6 à 10 grosses chaufferies chaque année.

À l’avenir, l’entreprise souhaite consolider son marché au niveau national et international. Forte de plus d’un siècle de savoir-faire, de sa propre fonderie, de ses 70 collaborateurs et de plus de 6000 installations vendues dans le monde entier (Europe, Asie, Amérique du Sud et Amérique du Nord, Australie et Nouvelle-Zélande), l’entreprise regarde désormais aussi vers le marché français, duquel elle n’était pas présente directement, et qui depuis 2009 est devenu attractif pour ses produits.

Chantier Nestlé 2012, photo VBI

Une première installation Kablitz est d’ailleurs en cours de réalisation en France pour l’usine Mousline de Rosières-en-Santerre dans la Somme (Groupe Nestlé). Portée par Dalkia, cette centrale va produire 30 tonnes de vapeur/h à 18 bar. Elle combine un double échange classique à tubes d’eau et tubes de fumée, mais la particularité unique de cette installation est la mise en œuvre pour la première fois en France d’un échangeur de récupération supplémentaire à basse température à tubes de verre qui permet de pousser le rendement de l’installation à plus de 92% sans aucun risque de corrosion.

À propos des échangeurs de chaleur à tubes de verre
La chaleur résiduelle dans les gaz de fumée doit pouvoir être utilisée entièrement pour obtenir un rendement élevé. L’échangeur de chaleur à tubes en verre Kablitz est placé en aval des autres échangeurs car il supporte des températures sous le point de rosée acide. Il est résistant à la corrosion grâce à ses surfaces chauffantes en verre de borosilicate. Les pièces en acier en contact avec les gaz de fumée sont protégées contre la corrosion par un revêtement PTFE  polytétrafluoroéthylène) et l’étanchéité des différents tubes en verre est également obtenue par des étanchéités PTFE. Le revêtement PTFE des pièces en acier en contact avec les gaz de fumée tout comme les étanchéités est déjà utilisé avec succès depuis des décennies. Dans ces échangeurs, la température est limitée à 260 °C pour la préservation des matériaux.

Les bureaux de VBI à Barr

Contacts :

Reportage Frédéric Douard à Barr, Kehl et Lauda-Königshofen

Article paru dans Bioénergie International n°22 de décembre 2012 – janvier 2013

2 réponses
  1. 15 mai 2013

    […] Kablitz, pionnier des chaudières biomasse dès 1901, regarde vers la France […]

  2. 7 février 2014

    […] Kablitz, pionnier des chaudières biomasse dès 1901, regarde vers la France […]

Informations de contact de Kablitz

logo Kablitz
Richard Kablitz & Mitthof
Bahnhofstraße 72-78
DE-97922 Lauda-Königshofen
Distribué en France par VBI
Vincent Bleesz
+33 388 08 06 50
vincent.bleesz@vbi-bois.fr
www.vbi-bois.fr
@ www.kablitz.de info@kablitz.de
Kablitz est cité aussi dans ces articles :
  • Bioénergie International n°22 – Décembre 2012 – Janvier 2013
  • Tous les articles mentionnant Kablitz
  • Informations de contact de VBI

    logo Vbi
    3 Allée de l’Europe Z.A. Du Muckental
    F-67140 Barr
    +33 388 08 06 50
    @ www.vbi-bois.fr vincent.bleesz@vbi-bois.fr
    VBI est cité aussi dans ces articles :
  • Celticoat, producteur de granulés de bois social, solidaire et ultra-moderne
  • Le réseau de chauffage urbain au bois de la Commune de Val de Briey
  • La laiterie ELSA à Estavayer-le-Lac utilise le bois pour produire sa vapeur
  • Egurretik, le nouveau réseau de chaleur au bois des Hauts de Bayonne
  • Une chaudière bois Agroforst pour le réseau de chaleur de Decize
  • Enerphyt, une micro-bioraffinerie qui sèche ses matières à la biomasse
  • Brenil Pellets, filiale de JRS, produit 50 000 tonnes par an dans le Morvan
  • 20 MW de chaudières Agroforst à la chaufferie bois de Roubaix
  • Le séchoir bois-solaire de Sylveo garantit des bûches et plaquettes extra sèches toute l’année
  • ACS équipe la chaufferie de la scierie de Miremont d’un filtre cyclonique à haute efficacité
  • Tous les articles mentionnant VBI