Méthanisation territoriale : initiatives hexagonales

En France, plusieurs projets de méthanisation territoriale sont à l’étude. Les atouts de ce concept – des lisiers sont traités en mélange avec d’autres déchets organiques – sont bien cernés grâce au recul des pays pionniers,Danemark en tête. Les ingrédients à réunir pour que ces projets collectifs se concrétisent ? Des infrastructures pour valoriser la chaleur, une organisation logistique rigoureuse et pour cimenter le tout, une réelle culture de la coopération territoriale.

Les enseignements du recul danois

Réservoir de biogaz à la centrale Linkogas à Lintrup au Danemark

Réservoir de biogaz à la centrale Linkogas à Lintrup au Danemark

Au Danemark, suite au contre choc pétrolier de 1985 qui fragilise les installations de biogaz à la ferme, une vingtaine d’usines de méthanisation collectives sont construites à l’initiative de coopératives agricoles, d’entreprises, de collectivités locales. Leur capacité de traitement va de 10.000 tonnes à 150.000 tonnes. Les matières digérées sont pour les trois-quarts des lisiers (bovin et porcin), et pour un quart des déchets agro-alimentaires. Les lisiers sont collectés dans un rayon de quelques kilomètres et le digestat est restitué aux éleveurs pour épandage. Le biogaz est valorisé par cogénération avec un taux de valorisation de la chaleur très élevé, facilité par la densité en réseaux de chaleur. Les industriels disposent d’un outil de traitement des déchets à un coût acceptable tandis que les éleveurs gèrent plus rationnellement leurs engrais de ferme. Désodorisés, assainis, minéralisés, les « lisiers digérés» sont plus facilement épandables et mieux assimilables par les cultures.

France, des projets à suivre…

En Lorraine, une dizaine d’éleveurs travaillent sur une installation qui traiterait des lisiers mélangés à de la glycérine. La chaleur serait valorisée via un réseau de chaleur communal. Une société locale est en cours de constitution pour porter le projet. Dans l’ouest Aveyron, territoire où cohabitent éleveurs, ateliers et usines agroalimentaires, un programme européen piloté par des experts danois conclut la faisabilité de l’implantation d’une usine de co-digestion. Le biogaz devra être transporté sur une douzaine de kilomètres, pour être valorisé par des industriels.

L’ investissement

Même concept dans le Nord Deux-Sèvres où un projet est porté par la Communauté de communes du Thouarsais avec le soutien de la région Poitou-Charentes. Montant des investissements : de 5 à 7 millions d’euros selon les configurations.

Approche territoriale vs approche individuelle ?

Nombre d’agriculteurs sont tentés par une démarche individuelle. Ils y voient une possibilité de dégager des revenus complémentaires, comme en Allemagne où les recettes tirées de la méthanisation représentent le tiers des revenus des agriculteurs, voire plus. Au Danemark, les agriculteurs sont des fournisseurs de matière première qui bénéficient en retour d’une désodorisation, homogénéisation et minéralisation gratuite de leurs lisiers. En France, en dehors des zones d’excédent structurel d’azote, les agriculteurs n’envisagent pas de payer une redevance traitement. Ils espèrent au contraire tirer un bénéfice de la mise à disposition de leurs fumiers et lisiers. Devant ces points de « blocage », l’erreur serait de se détourner de ce gisement agricole pour privilégier les gisements « payants ». Ce serait se priver des synergies énergétiques et territoriales permises par le traitement combiné des lisiers avec d’autres déchets. Surtout qu’en France, pays d’élevage, le potentiel énergétique des déjections et résidus de culture est au moins 10 fois supérieur à celui des seuls déchets agro-alimentaires méthanisables.

Trouver un compromis économique qui convienne à tous est essentiel. Trouver un porteur de projet l’est tout autant ! Le montant des investissements ne permet guère aux agriculteurs d’en assurer le pilotage total. Des industriels seraient plus enclins à le faire… Même si elles sont peu concernées par le volet déchets (les installations collectives traitent peu de biodéchets), les collectivités locales ont un rôle à jouer, pour organiser un service public de distribution de la chaleur. Et quid d’un portage par des sociétés spécialisées dans l’énergie ? Ou par des entreprises spécialisées dans la gestion des matières fertilisantes ?
En fait, le métier de spécialiste en « méthanisation territoriale » reste à inventer. Sa mission ? Aider les « territoires » à créer les synergies les plus fructueuses, à proposer les meilleures conciliations entre acteurs, et à faire émerger une structure pour le portage du projet.

Christian Couturier SOLAGROChristian COUTURIER
SOLAGRO
75 Voie du TOEC
31076 Toulouse cedex 3
Tél. : 06 67 69 69 69 Fax : 06 67 69 69 00
www.le biogaz.info

Informations de contact de Solagro

Solagro
75 voie du TOEC FR-31076 Toulouse Cedex 3
+33 567 69 69 69
@ Contactez-nous en ligne
Ou contactez nous par email : solagro@solagro.asso.fr
Solagro est une entreprise associative qui, depuis 40 ans, place son expertise au service des transitions énergétique, agroécologique et alimentaire. Elle aborde de manière systémique les défis qui pèsent sur le vivant et sur l’environnement, dans une vision d’ensemble et de long terme. Elle est particulièrement engagée dans le domaine des bioénergies et de la mobilisation de la biomasse, notamment à travers ses activités méthanisation, bioressources et bioéconomie. Son équipe pluridisciplinaire intègre des compétences d’ingénierie, de recherche appliquée et de formation. Pour soutenir les travaux de l’Association, vous pouvez rejoindre Solagro en tant qu’adhérent - https://solagro.org/qui-sommes-nous/nous-rejoindre/devenir-adherent
Solagro est cité aussi dans ces articles :
  • Guide à destination des régions pour une méthanisation territoriale et durable
  • 7 septembre 2021, les implications du changement d’échelle pour la méthanisation agricole
  • Du bois de saules et des roseaux pour les chaufferies biomasse de Bordeaux Métropole
  • La méthanisation dans le mix énergétique français : enjeux, impacts et propositions
  • Solagro et Artifex font des propositions précises pour le futur de l’ICPE méthanisation
  • Bilan carbone du biométhane, webinaire Solagro le 15 juin 2021 de 13 à 14h
  • 15 décembre 2020, restitution du suivi de dix unités de méthanisation
  • La méthanisation, solution énergétique de plus pour la ferme bio des Charmes
  • 8 au 10 septembre 2020, Journées Recherche Innovation Biogaz Méthanisation
  • La méthanisation est-elle synonyme d’intensification de l’agriculture ?
  • Tous les articles mentionnant Solagro