Une chaudière biomasse à vapeur Vyncke pour remplacer le gaz à la Distillerie de Sigean

Article paru dans le Bioénergie International n°79 de juin 2022

La distillerie de Sigean, photo Frédéric Douard

La distillerie de Sigean, commune des Corbières située au sud de Narbonne dans le département de l’Aude, connue pour ses vins, son parc éolien et sa Réserve Africaine, a été créée en 1913 pour valoriser les sous-produits de la viticulture locale : marcs, lies et excédents viticoles. Depuis 2010, elle fait partie de la SCA Distillerie Sud Languedoc sous le nom de Distillerie Sud Languedoc. Ses débouchés sont essentiellement la production d’alcool de carburation et d’alcool rectifié pour la fabrication de vins doux naturels. En 2019, pour s’affranchir de la dépendance au gaz naturel, elle a opté pour une chaudière à biomasse qui consomme du bois déchiqueté local, un choix judicieux qui doit être particulièrement apprécié en ces temps de gaz hors de prix !

La chaufferie de la distillerie de Sigean à droite, photo Frédéric Douard

Une activité saisonnière

L’activité est concentrée sur deux campagnes dans l’année. Durant la première, pendant et après les vendanges, de septembre à janvier, la coopérative réceptionne plusieurs milliers de tonnes de marc et distille ses piquettes de marc un mélange d’alcool et de sucre provenant du lavage des marcs. Pour obtenir ses piquettes, la distillerie doit mouiller le marc dans une série de cuves, appelée batteries de diffusion. Le liquide qui en est soutiré, enrichi en alcool et en sucres, est ensuite stocké puis distillé. Durant, la seconde, de mars à juin, la coopérative distille environ 15 000 hl de lies, des résidus obtenus, soit après sédimentation en fonds de cuves de fermentation du raisin, soit après filtration. En période de distillation, la coopérative fonctionne 24 h/24, cinq jours par semaine avec une équipe de six personnes.

Synoptique de la chaufferie de Sigean, image Vyncke

Pour la préparation de la piquette, le marc est mis à tremper dans une douzaine de cuves, et c’est le liquide qui en ressort, enrichi en alcool et en sucre, qui est fermenté et distillé. Le processus de distillation est gourmand en énergie, les colonnes de distillation sont alimentées en vapeur et le besoin thermique est de 10 GWh par an.

Section de la chaudière LSolé-Serie avec foyer et grille refroidis à l’eau

Une petite chaudière à vapeur à grandes performances

À Sigean, une chaudière Vyncke de 2,6 MW est capable de fournir quatre tonnes de vapeur par heure à 192 °C et 12,5 bar à partir de la combustion de plaquette forestière. Elle fournit la totalité des besoins thermiques pour la distillation des marcs, des lies et des vins. Cette chaudière à vapeur fait partie d’une gamme particulière du constructeur Vyncke, la LSolé-Series, disponible dans une fourchette de 1 à 10 MW. Equipée d’un foyer refroidi par eau et d’une vaste chambre de combustion à triple étagement de l’air, cette gamme de chaudière est capable d’utiliser une biomasse dont l’humidité est comprise entre 10 à 55 %. Grâce à sa grande chambre de combustion et à une surface d’échange de 148 m² pour seulement 2,6 MW, elle est capable d’atteindre un rendement de plus de 88 % !

Son foyer est alimenté par deux vis sans fin et son décendrage se fait en voie sèche. En sortie d’échangeur, elle est équipée d’un économiseur qui récupère 400 kW sur les fumées, et d’un filtre à manches qui abaisse les émissions de particules sous les 10 mg/Nm³.

La chaudière LSolé-Serie de Sigean avec ses circuits de recyclage d’air, photo Vyncke

Le foyer est refroidi et dispose d’une grille mobile partiellement refroidie à l’eau, ce qui avec la recirculation des gaz, limitent la surchauffe des cendres, et donc la production de mâchefer. Cette chaudière est ainsi capable de passer des biomasses agricoles à fort taux de minéraux comme le tourteau de pépins de raisin, sous-produit de l’extraction de l’huile. La chaufferie de Sigean est d’ailleurs à cet effet équipée de deux silos : un silo à tourteau et un silo à bois déchiqueté, des produits qui peuvent être brûlés en mélange.

Ultime avantage de cette conception de foyer refroidi, il garantit des pertes par rayonnement très faibles (<0,5 %), ce qui contribue à une économie de combustible. Ici, la consommation de bois est de 1200 tonnes par an. Pour finir, signalons que les chaudières LSolé-Series sont faciles à démarrer de par leur faible inertie, et faciles à entretenir.

Contacts :

  • SCA Distillerie Sud Languedoc : La Prade
 – 11130 SIGEAN – 04 68 48 21 99
  • Vyncke : Daniel Solé / 
+34 936 555 557 – DSL@vyncke.com
et et Jérôme Béarelle / +33 619 883 353
 – JBE@vyncke.com – www.vyncke.com

Frédéric Douard, en reportage à Sigean

Jérôme Béarelle et Daniel Solé de Vyncke, dans le silo à bois de la chaufferie de la distillerie de Sigean, photo Frédéric Douard


Informations de contact de Vyncke

logo Vyncke
Gentsesteenweg 224
B-8530 Harelbeke
+32 56 730 669
+33 970 444 630
@ www.vyncke.com jbe@vyncke.com
Vyncke est cité aussi dans ces articles :
  • À Luxembourg, une chaudière biomasse chauffe le quartier d’affaires du Kirchberg
  • La Distillerie Bel passe sa production de vapeur du gaz fossile à la biomasse durable
  • LSolé Series, la gamme de chaudières industrielles à biomasse Vyncke de 1 à 10 MW
  • Vyncke va installer une chaudière à poussières de lin chez De Sutter Frères à Biville-la-Rivière
  • Une chaufferie de 25 MW à bois de récupération pour le réseau de chaleur de Reims
  • Une deuxième chaudière biomasse chez le producteur de biocarburants BioWanze
  • L’activité terre cuite de Bouyer Leroux va passer de 40 à 90% d’énergie biomasse
  • Encore plus d’efficacité pour le chauffage urbain à bois de Vaulx-en-Velin
  • PetroBio équipe les chaudières à déchets ménagers de Göteborg en biobrûleurs
  • Energies Renouvelables Des Ardennes, producteur de granulés de bois depuis 2005
  • Tous les articles mentionnant Vyncke