Le bois remplace les énergies fossiles dans le réseau de chaleur des Mureaux

Article paru dans le Bioénergie International n°65 – janvier 2020

La chaufferie biomasse des Mureaux, photo Frédéric Douard

Les habitants des Mureaux sont en majorité chauffés par la chaufferie bois, photo Frédéric Douard

La Ville des Mureaux, dans le département des Yvelines, a mis en place deux réseaux de chaleur dans les années 1970 : Grand Ouest et Musiciens. En 2011, à l’occasion d’un projet de rénovation urbaine des quartiers sud de la ville, qui prévoyait des démolitions d’immeubles et une réhabilitation des autres, la consommation du réseau Grand Ouest devenait trop faible pour sa viabilité économique, alors que les installations de production du réseau des Musiciens avaient quant à elles bien vieilli. De surcroît, l’utilisation d’énergie fossile rendait le coût de l’énergie très peu attractif. La Ville a ainsi décidé d’interconnecter les réseaux, de les prolonger vers de nouveaux abonnés et de basculer la production vers le bois-énergie.

Une grande remise à plat des réseaux

Pour réaliser l’opération, qui allait mobiliser près de 8 M€, la Ville a lancé une consultation, et en octobre 2011 a délégué l’exploitation du nouveau réseau pour 24 ans à la société Les Mureaux Bois Energie (MBE) dans le cadre d’un contrat de délégation de service public. Filiale du groupe Coriance, MBE exploite désormais les deux réseaux (avec trois personnes dédiées) a réalisé les travaux prévus au contrat comme la construction d’une chaufferie biomasse sur le site de la chaufferie des Musiciens, le démantèlement de la chaufferie charbon et fioul lourd du réseau Grand Ouest devenue inutile, l’interconnexion entre les deux réseaux initiaux, la modernisation de tronçons de réseau existants et de sous-stations, et réalise les extensions au fil des nouveaux raccordements.

Le réseau de chaleur existant de la ville des Mureaux et ses sous-stations ont été modernisés, photo Frédéric Douard

La petite chaudière à bois Weiss de 1,6 MW aux Mureaux, photo Frédéric Douard

L’opération a démarré en juin 2013 et la chaufferie biomasse a été mise en service fin 2014. La nouvelle chaufferie alimente en chauffage et eau chaude sanitaire des logements, des groupes scolaires, et des activités tertiaires pour des besoins équivalents à ceux de 3 000 logements. Aujourd’hui, le bois couvre près de 70 % de ces besoins à un prix stabilisé.

Le complément de production est assuré par une cogénération à gaz qui fournit 1,5 MW de chaleur du 1er novembre au 31 mars et par 8,5 MW de chaudières d’appoint également au gaz. Après 2022, le contrat de cogénération gaz prendra fin et le taux de couverture au bois devrait passer à 75 %.

La fourniture de bois

La chaufferie dispose de deux fosses de déchargement, conçues pour recevoir chacune deux semi-remorques de 100 m3. Le stockage a été dimensionné pour assurer 80 heures de fonctionnement à pleine charge et sans livraison, ce qui correspond à un week-end de trois jours.

Le combustible utilisé à la chaufferie des Mureaux est un mix, photo Frédéric Douard

Le site a par ailleurs été conçu pour que toutes les manœuvres des camions se fassent dans l’enceinte de la chaufferie, en toute sécurité. En plein hiver, le site peut recevoir jusqu’à 20 livraisons par semaine. En 2018, l’éloignement moyen des livraisons de bois était de 25,5 km de la chaufferie.

Les livraisons de bois sont encadrées par plusieurs mesures de sécurité des personnels, photo Frédéric Douard

Les chaudières à bois

La chaufferie bois comprend deux chaudières de 4,2 et 1,6 MW en cascade, dimensionnées pour être complémentaires en puissance et pour couvrir le maximum possible de besoins en épousant le plus de configurations possibles, de 500 kW (le minimum technique de la petite chaudière) à 5,8 MW. Le talon minimum de besoins du réseau, à savoir la fourniture d’eau chaude sanitaire, est de 1 MW.

La partie foyer de la grande chaudière à bois WEISS 4,2 MW aux Mureaux, photo Frédéric Douard

Les nouveaux équipements sont des chaudières à eau chaude conçues en trois parties : la grille en bas, une grande chambre de combustion refroidie à l’eau et dans laquelle se font les injections d’air secondaire et d’air tertiaire afin de mieux maîtriser la production d’oxydes d’azote, et enfin en haut un échangeur horizontal à tubes de fumées.

Synoptique de contrôle-commande de l’une des chaudières WEISS des Mureaux, photo Frédéric Douard

Le constructeur, Weiss France Énergie, basé à Ugine en Savoie, a garanti ses chaudières pour des émissions maximales de NOx de 400 mg/Nm³ à 6 % d’O2, inférieure aux 525 mg/Nm³ réglementaires sur ce site. Au vu de la conception de la chaudière, il n’a pas eu besoin de recourir à une recirculation des fumées pour tenir cet engagement.

Aux Mureaux les cendres de bois sont parfaitement brûlées, photo Frédéric Douard

Système de ramonage AIR CHOC installé sur la grande chaudière des Mureaux en septembre 2019, photo Frédéric Douard

À noter que malgré l’utilisation d’un combustible parfois difficile, comme c’est assez souvent le cas dans les grandes zones urbaines, les valeurs limites d’émissions atmosphériques sont très bien maîtrisées par l’exploitant et par les chaudières, pour preuve les résultats de la baie d’analyses en continu que MBE a fait installer, alors que cela n’était pas obligatoire.

Récompense

Le 4 décembre 2019, lors de la Semaine de la chaleur renouvelable, sept réseaux de chaleur du Groupe Coriance ont reçu le label EcoRéseau de chaleur, décerné par AMORCE, et parmi lesquels figure le réseau des Mureaux, lauréat pour la troisième année consécutive. Ce label a été créé en 2013 pour distinguer les performances environnementales, économiques et sociales des meilleurs réseaux de chaleur.

Contacts :

Frédéric Douard, en reportage aux Mureaux

Le magazine Bioénergie International est disponible :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solstice est cité aussi dans ces articles :
  • Une chaufferie bois aux Ulis pour un prix bas du chauffage urbain
  • Les deux chaudières bois de 8 MW qui chauffent le Val Fourré à Mantes-la-Jolie
  • Dijon, 21 MW de chaudières bois Compte R. à la chaufferie des Valendons
  • Tous les articles mentionnant Solstice

  • Informations de contact de Standard-Industrie
    logo Standard Industrie
    139/141 rue du Luxembourg
    CS 50207
    F-59054 Roubaix Cedex 1
    +33 320 283 232
    @ www.standard-industrie.com market@standard-industrie.com
    Standard-Industrie est cité aussi dans ces articles :
  • Standard Industrie, des solutions qui facilitent la gestion des matières en vrac
  • Tous les articles mentionnant Standard-Industrie

  • Informations de contact de Weiss
    logo Weiss France
    WEISS FRANCE ENERGIE
    95 rue Derobert
    F-73400 Ugine
    +33 479 89 07 07
    @ www.weiss-france.fr contact@weiss-france.fr
    Weiss est cité aussi dans ces articles :
  • Weiss-France Energie & Verdo sur le marché des chaudières à CSR & OMR
  • Grammont, la plus ancienne chaufferie bois de la métropole rouennaise
  • Bientôt une cinquième chaufferie bois à la Métropole Montpellier Méditerranée
  • Articles et reportages sur les chaudières à biomasse Weiss France Energie
  • Un quart des habitants d’Amiens chauffé aux énergies renouvelables
  • Dans le quartier Belle-Beille, la cinquième chaufferie bois d’Angers Loire Métropole
  • Le bois, désormais énergie principale du réseau de chaleur de Calais
  • La chaufferie bois-solaire-gaz du réseau de chaleur de Châteaubriant
  • Le réseau de chaleur de Brest doté d’une chaudière bois Weiss France de 12 MW
  • LIGER, la centrale territoriale multi-bioénergies phare en Bretagne
  • Tous les articles mentionnant Weiss