Mérignac accueillera la neuvième chaufferie biomasse de l’agglomération bordelaise

La future chaufferie biomasse de Mérignac, image Schweitzer Architectes

L’agglomération bordelaise, qui compte déjà sept chaufferies bois collectives ( Hauts de Garonne, Ginko, Bassins à flots, hôpitaux Pellegrin et Charles Perrens, IUT de Talence, résidence des Aubiers, Terres Neuve et Lycée Vaclav Havel à Bègles) et une chaufferie industrielle de 30 MW à la coque de tournesol à Bassens, va accueillir une nouvelle chaufferie biomasse à Mérignac.

Pour répondre aux attentes climatiques, environnementales et sociales, la société d’économie mixte Bordeaux Métropole Énergies, bras armé de l’agglomération en terme d’énergie, a créé en 2011, en partenariat avec l’opérateur IDEX, la société Mixéner qui a pour mission sur le territoire bordelais de créer et d’exploiter des réseaux de chaleur et de froid vertueux. La société, qui gère déjà deux chaufferies bois, a entrepris la création d’une troisième à Mérignac en banlieue ouest de Bordeaux, une commune bien connue pour accueillir l’aéroport de l’agglomération.

La première chaufferie bois de Mixéner

En 2013, Mixéner, en partenariat avec Dalkia Smart Building et Idex, a crée la filiale « Projet » Énergie des Bassins SAS pour la réalisation et l’exploitation du réseau de chaleur des Bassins à Flot et sa chaufferie biomasse de 6 MW. Pour alimenter les 5 500 logements du projet, le mix énergétique comprend 50% de bois et 20% de chaleur récupérée  à la station d’épuration Louis Fargue.

Chaufferie bois des Bassins-à-Flot, photo Mixéner

Un réseau alimenté par l’énergie des déchets

En 2015, Mixéner crée une deuxième société de projet, Bordeaux Bègles Énergies, pour réaliser et exploiter le réseau de chaleur de Saint-Jean Belcier à partir de l’Unité de Valorisation Energétique de Bègles.

La construction de ce réseau, alimenté à plus de 90% par une énergie de récupération, a permis de faire naître un quartier à haute qualité environnementale.

La deuxième chaufferie bois exploitée par Mixéner

Créée en 2020 à l’occasion du renouvellement de la DSP du réseau de chaleur des Hauts de Garonne, la société Hauts de Garonne Énergies, filiale d’IDEX à 66% et de Mixéner à 34%, est dédiée à la rénovation, l’extension et l’exploitation de ce réseau de chaleur historique de Bordeaux.

Chaufferie des Akènes – vue ouest depuis la rue, photo Schweitzer Architectes

Construit dans les années soixante, ce réseau qui alimente 14 300 équivalent-logements des communes de Cenon, Lormont et Floiracle, fera appel à 85 % d’énergies renouvelables et de récupération. La chaleur est principalement issue de la valorisation énergétique des déchets par l’Unité de Valorisation Énergétique de Cenon. Le complément est assuré par la chaufferie biomasse-gaz des Akènes à Lormont.

Durant la durée de son contrat, Hauts de Garonne Énergies a pour objectifs de rénover 70% du réseau afin d’économiser plus de 17 000 m3 d’eau par an et l’étendre à 2 800 équivalents-logements supplémentaires. À compter de début 2021, les travaux programmés sur cinq ans vont permettre d’améliorer  la part de chaleur renouvelable de près de 30%.

La troisième chaufferie bois exploitée par Mixéner

Créée fin 2020, la société Mérignac Centre Énergies, filiale de Mixéner, est dédiée à la Délégation de Service Public, attribuée par Bordeaux Métropole, pour assurer la conception, la réalisation et l’exploitation du réseau de chaleur de Mérignac Centre. Une chaufferie sera crée au Centre nautique et disposera d’une chaudière bois de 3,5 MW qui devrait entrer en service en 2022. Elle alimentera à 80%, en chauffage et en eau chaude sanitaire, les résidences, les bâtiments publics ainsi que le nouveau Stade Nautique du centre de Mérignac. Ce réseau de plus de 3 km, comprenant 17 sous-stations et distribuant à terme 20 GWh/an, va se construire progressivement jusqu’en 2029.

Pour en savoir plus : www.mixener.fr

Lire également :

Frédéric Douard