Quatre déchiqueteuses de bois-énergie Noremat chez Fréon élagage

Article paru dans le magazine Bioénergie International n°57 de novembre 2018

Le Valormax DMC-56120 sur porteur 6×4 MAN 480 CV, photo Fréon Elagage

Installée dans la ferme des parents de Jean Fréon, à Aube dans le département de l’Orne, aux portes de Paris et des grandes villes de l’Ouest, l’entreprise Jean Fréon Élagage intervient depuis 1967 auprès d’une clientèle variée d’administrations, d’entreprises et de particuliers sur une large moitié de la France au nord d’une ligne Bordeaux-Strasbourg. Elle travaille également pour de grandes entreprises comme la SNCF, les sociétés d’autoroute et des sites prestigieux comme le parc du château de Versailles ou le circuit des 24 h du Mans mais aussi les conseils généraux, les communes, l’armée…

Les bureaux à Aube, photo Fréon Elagage

Des moyens importants

Jean Fréon Élagage emploie aujourd’hui 85 salariés, réalise un chiffre d’affaires de 7,5 M€ par an et dispose d’une flotte de plus de 200 véhicules et engins : 100 véhicules de chantier (tracteurs, porteurs forestiers…) avec bennes et remorques, 15 nacelles, 15 épareuses, 4 pelles-abatteuses, 2 abatteuses Timberpro, 4 déchiqueteuses, 4 grignoteuses de souches, 10 broyeurs forestiers, 15 lamiers de grande hauteur de 8 m à 23 m.

L’atelier de mécanique de l’entreprise à Aube, photo Frédéric Douard

L’entreprise dispose de son propre atelier avec cinq mécaniciens permanents pour l’entretien et la maintenance de ce parc. Les machines sont révisées complètement deux fois par an de manière à limiter au maximum les arrêts de chantiers et la disponibilité moyenne des machines est de 10 mois par an. La gestion de l’entreprise est gérée par un trio : Jean Fréon, sa fille Nathalie et Loïc Vivien, directeur adjoint.

Un métier naturellement producteur de bois à recycler

Élagage, abattage ou dessouchage génèrent de grandes quantités de bois et l’entreprise s’emploie à le valoriser au mieux dans une logique environnementale. Chez Fréon Élagage rien ne se perd ! À l’occasion de chaque chantier, tout est prévu pour donner une valorisation aux produits débités : en combustible, en paillage, en litière et même en grumes de sciage lorsque les bois sont beaux. Chaque équipe gère son chantier de A à Z, y compris la partie valorisation.

Abattage d’arbres en ville avec abatteuse et tête à disque Timberpro, photo Fréon Elagage

La montée en puissance du bois-énergie et le partenariat avec Noremat

En 2008, l’entreprise, soucieuse de débarrasser le bois qu’elle abattait par une solution écologique, et donc par une valorisation, fait le choix de le transformer en plaquettes forestières.

Auparavant les bois étaient broyés au sol ou incinérés sur place. Elle acquiert pour cela une déchiqueteuse Jenz Valormax D 56-100 auprès de Noremat. Le modèle D 56-100 est une machine maniable facile à positionner sur n’importe quel chantier.

Une fois cette machine acquise et son fonctionnement maîtrisé, il a fallu organiser la vente du produit sachant que l’entreprise intervient de manière itinérante sur un très large territoire. Il a ainsi fallu prendre de très nombreux contacts préalablement à chaque chantier pour à chaque fois trouver un acquéreur local dans les meilleures conditions possibles. Au fil des ans, ceci a permis à l’entreprise de se constituer un réseau important de partenaires.

Le Valormax 80-120 tracté et entrainé par un Xérion 5000, photo Fréon Elagage

En 2013, avec la montée en puissance du chiffre d’affaires de l’entreprise, mais aussi afin de passer des bois plus gros, l’entreprise acquiert un Valormax D 80-120 tracté et entraîné par un tracteur Xérion 5000 de 600 CV. Cette fois la machine est achetée auprès de Noremat qui a repris la carte Jenz pour la France et qui commercialise ces machines à sa couleur : l’orange. Cette machine peut passer des bois jusque 800 mm de diamètre et potentiellement remplir trois semi-remorques par heure dans les meilleures conditions.

En 2017, l’entreprise augmente encore sa capacité de déchiquetage notamment sur les chantiers de bord de route avec un Valormax D 42-100 entraîné par un tracteur Valtra de 250 CV. Cette machine est utilisée pour les chantiers routiers mobiles afin d’évacuer les produits de coupe au fur et à mesure de l’avancement du chantier.

Le Valormax DM-42 100 entrainé par un tracteur Valtra de 250 CV, photo Fréon Elagage

En 2018, pour bénéficier d’une plus grande mobilité au regard de la dispersion des chantiers, notamment sur la région parisienne, l’entreprise achète à Noremat un Valormax DMC 56-120H sur porteur routier MAN. Avec une vitesse de déplacement de 80 km/h, ce camion-déchiqueteuse permet de se transférer rapidement d’un chantier à l’autre. Avec ses quatre roues motrices et ses deux essieux directeurs, il accède à de nombreux types de chantiers. Les 480 CV du moteur Euro V permettent à la déchiqueteuse de prendre des diamètres de bois jusqu’à 70 cm. La cabine assure une bonne visibilité du chantier et de la déchiqueteuse.

Le Valormax DMC-56120 en action, photo Fréon Elagage

Le DMC 56-120H est doté du rotor H1 développé conjointement par Noremat et Jenz. Ce rotor est capable de sortir 98,2 % de plaquettes calibrées en P100, avec un taux de fines de 1,8 % seulement et une fraction grossière (>100 mm) de 0 %.

Avec cette flotte de déchiqueteuses, l’entreprise parvient à valoriser 35 000 tonnes de bois d’élagage en plaquettes forestières par an !

Une logistique à grande projection territoriale

Pour gérer l’ensemble de ses chantiers (généralement sur une semaine) et sur un territoire de près de 300 000 km², l’entreprise a dû s’organiser. Un suivi cartographique des chantiers est actualisé en permanence et chaque soir les informations sont analysées au siège afin de mettre à jour la programmation des travaux, des transports et des déplacements.

Chantier de déchiquetage avec le Valormax 80-120, photo Fréon Elagage

Le transport des plaquettes est sous-traité dans la grande majorité des cas, mais l’entreprise dispose de trois ensembles à semi-remorque à fond mouvant et d’un porteur 6 × 4 multi-bennes avec remorque de manière à dépanner tout chantier en urgence afin de garantir les délais prévus.

Le métier d’approvisionneur de bois-énergie

Alors que sur la plupart de ses chantiers Fréon Élagage sous-traite la valorisation des plaquettes à des partenaires, l’entreprise a décidé, sur son aire de travail historique (Normandie et Île-de-France) de mettre en place une offre permanente de fourniture de plaquettes combustibles et en particulier de plaquettes sèches et calibrées pour les petites et moyennes chaufferies.

En 2016, elle a ainsi commencé à stocker et sécher des plaquettes sur plateforme pour alimenter quelques chaufferies de manière continue. Face à la demande croissante, dont celle de la commune d’Aube, l’entreprise Jean Fréon Élagage a construit un hangar de stockage et de séchage de plaquettes sur le site de l’ancienne gare d’Aube. Ce bâtiment de 1 800 m² couvert de panneaux photovoltaïques vient d’ailleurs en 2018 d’être doublé à 3600 m², ce qui lui permet de stocker 4 000 tonnes de plaquettes sèches.

La hangar de stockage et de séchage de plaquettes forestières à Aube, photo Frédéric Douard

Pour fournir une plaquette de qualité à ces chaufferies, Fréon Élagage a acquis un crible rotatif Doppstadt SM-518 pour ôter les particules fines et les surlongueurs. Le crible intervient également sur les plateformes de Versailles et de Chartres.

Crible Doppstatt pour le criblage des plaquettes, photo Frédéric Douard

Aujourd’hui la plateforme d’Aube permet à Fréon Élagage d’approvisionner une trentaine de chaufferies en bois sec et calibré, ainsi que des paysagistes, des haras… Notons aussi qu’une valorisation originale a été trouvée pour les fines de criblage : elles peuvent être épandues sur des cultures à raison de 10 à 20 tonnes par ha, ce qui renforce la teneur en matière organique des sols et leur fertilité. L’objectif pour les années à venir, avec le doublement de la surface de stockage, est de poursuivre le développement des livraisons à une clientèle proche des chantiers.

Contacts :

  • Jean Fréon Élagage : Loïc Vivien – +33 233 84 14 10
 – jean-freon@freon-elagage.com – freon-elagage.com
  • Noremat : Christophe Mazoyer – +33 383 256 256 – c.mazoyer@noremat.fr – www.noremat.fr

Frédéric Douard en reportage à Aube

Le magazine Bioénergie International est disponible :

Informations de contact de Noremat

logo Noremat
Dynapôle Ludres-Fléville
166 rue Ampère - BP 60093
F-54714 Ludres Cedex
+33 383 25 69 60
@ www.noremat.fr g.laurent@noremat.fr
Noremat est cité aussi dans ces articles :
  • Caractéristiques des herbes de bord de route pour la méthanisation
  • Chantier de déchiquetage de bois Sabelor avec Valormax DM80-120 et Xerion 3800
  • Le méthaniseur de la ferme bio de Pigerolles dynamise l’emploi montagnard
  • L’avis des Ets Chayriguès sur le camion de déchiquetage de bois Cobra Noremat
  • La déchiqueteuse de bois Valormax D56-120 de l’entreprise normande AGB
  • Tyron, le broyeur lent birotor polyvalent de Noremat
  • L’élagage au lamier, solution propre qui permet la valorisation en bois-énergie
  • Noremat récompensé pour son fauchage de bord de route à vocation énergétique
  • 5 avril 2019, valoriser les cendres de bois et les déchets verts – Démonstrations
  • Ets Fichaux, entreprise de travaux forestiers portée par le bois-énergie
  • Tous les articles mentionnant Noremat