Le séchoir en continu à basse température Alvan Blanch pour bois déchiqueté

Article paru dans le Bioénergie International n°31 de mai-juin 2014

Schéma de principe du séchoir-convoyeur Alvan Blanch

Schéma de principe du séchoir-convoyeur Alvan Blanch

La société Alvan Blanch, du nom de son fondateur en 1952 au Royaume Uni, avait pour objectif de développer la mécanisation agricole. Son fondateur disait qu’aucune machine ne doit être plus compliqué que fonctionnellement nécessaire et que les machines, tout en étant faciles à réparer, doivent être construites pour durer toute une génération. C’est dans cet esprit que l’entreprise a développé, parmi de très nombreux autres produits pour des applications sur l’ensemble de la planète, une gamme impressionnante de séchoirs, principalement pour le séchage des grains et autres produits agricoles. L’une des dernières applications développées est celle du séchage du bois déchiqueté. Les séchoirs Alvan Blanch sont distribués en France par la société Installations Perreault, basée dans le Maine et Loire. Installations Perreault a été créé suite à l’accroissement des ventes en France de la société canadienne Ets Perreault.

Les séchoirs en continu Alvan Blanch sont des équipements préfabriqués conçus pour être placés en extérieur. Ils se fondent dans les bâtiments existants tel un atelier en appentis.

Le séchoir de plaquettes des Ets Duffield Wood Pellets dans le nord de l'Angleterre web

Le séchoir de plaquettes des Ets Duffield Wood Pellets dans le nord de l’Angleterre web

Ils travaillent à basses températures, ce qui a de nombreux avantages :

  • Pouvoir récupérer des chaleurs résiduelles à basse température, comme en cogénération biogaz par exemple,
  • Limiter les déperditions thermiques,
  • Préserver la couleur et la qualité des produits,
  • Limiter les émissions de COV et les risques d’inflammation.

Les séchoirs travaillent à des vitesses d’éjection de la vapeur faibles, ce qui a trois avantages :

  • Limiter le bruit occasionné par les ventilateurs,
  • Limiter les émissions de poussières,
  • Réduire les consommations électriques.
Schéma d'un séchoir en continu Alvan Blanch - Cliquer pour agrandir

Schéma d’un séchoir en continu Alvan Blanch – Cliquer pour agrandir

Les principaux moteurs de ventilation sont équipés d’onduleurs de manière à optimiser l’utilisation de la puissance et donc à faire des économies. Les sources de chaleur peuvent être multiples : diesel, gaz, biomasse, chaleur de cogénération, en eau ou vapeur. Chaque séchoir est équipé de zones de séchage multiples, avec des températures et des débits d’air différenciables selon les zones pour assurer une efficacité optimale selon le produit à sécher. Les humidités sont affichées en continu de manière à bien piloter l’équipement. Il est possible de sécher des produits avec une humidité relative allant jusque 70%.

Séchoir en continue alimenté par la chaleur d'une cogénération biogaz en République Tchèque

Séchoir en continue alimenté par la chaleur d’une cogénération biogaz en République Tchèque

Ces séchoirs sont ultra-polyvalents et sont donc réglables pour sécher différents produits à différentes périodes (maïs, orge, fourrage, algues, pépins de raisin, plaquette forestière par exemple). Aucune autre gamme de séchoirs ne peut prétendre avoir autant d’applications que les séchoirs Alvan Blanch. Ils sont garantis 2 ans dans le monde entier.

La dernière installation d’un séchoir en continu pour du bois est celle réalisée pour du séchage de plaquettes forestières chez un producteur de granulés dans le nord de l’Angleterre : les Ets Duffield Wood Pellets.

  • Le bois est réduit en plaquettes (33-50% d’humidité),
  • Le séchoir les fait passer à 15% d’humidité,
  • Le produit est affiné puis pressé, avant d’être dépoussiéré et mis en sacs.

Contact : Joanes Durquet – 06 62 73 99 37 – joanes.durquet@yperreault.com – www.yperreault.com

Les séchoirs Alvan Branch existent aussi en version mobile

Les séchoirs Alvan Branch existent aussi en version mobile

Le magazine Bioénergie International est disponible :

2 réponses
  1. Le séchage a un coût et il ne sera intéressant de passer en bois sec au delà de 1 MW que le coût du kWh n’est pas supérieur à celui du bois humide.
    Et ce coût sera d’autant plus bas que la chaleur disponible sera bon marché, comme celle d’une centrale de cogénération biogaz par exemple (ce qui n’est pas un cas très courant). Dans ce cas, OUI bien sûr, il est intéressant de passer les projets en bois sec, avec quand même des précautions :
    – que cette source de bois sec soit pérenne
    – que la technologie choisie permette éventuellement de revenir à du bois humide en cas de rupture de disponibilité.

    Notons que dans des puissances encore plus importantes, a priori uniquement alimentées en bois humide, la condensation règle ce dilemme, dans la mesure où l’on dispose d’un retour inférieur à 50°C >> voir notre article : La condensation, nouvel enjeu de performance pour les chaufferies bois (http://www.bioenergie-promotion.fr/35777/la-condensation-nouvel-enjeu-de-performance-pour-les-chaufferies-bois/)

  2. gaillard dit :

    Ce sécheur peut-il rendre intéressant de passer un projet de 1 MW en bois déchiqueté frais vers un projet en bois sec ?
    En d’autres termes , le séchage intensif rend t-il économiquement possible, pour des projets qui sont à la limite entre le sec et l’humide, de pencher pour le bois sec, vu que dans la voie humide, une partie du combustible sert à sécher l’autre ?

Informations de contact de Perreault

logo Équipements Perreault
SARL Installations Perreault
362, route de Saumur
F-49650 Allonnes
+33 662 73 99 37
@ www.yperreault.com contact.fr@yperreault.com
Perreault est cité aussi dans ces articles :
  • Le séchage, plus-value pour la cogénération biogaz Bio-Aisnergies
  • Anjou Bois Energie, créateur d’emplois durables
  • Valoriser la chaleur d’une cogénération biogaz avec un séchoir Alvan Blanch
  • Tous les articles mentionnant Perreault