Mobilisation de la plaquette forestière en montagne

Article de Jean-Michel Mivière de Faig’Bé, paru dans Bioénergie International n°21 de novembre 2012

Déchiquetage sur la commune de Nyer (Ets Chayriguès), photo Jean-Michel Mivière, Faig'Bé

Déchiquetage sur la commune de Nyer (Ets Chayriguès), photo Jean-Michel Mivière, Faig’Bé

En France, le développement récent du bois-énergie voit se mettre en place deux logiques parallèles :

  • La fourniture de gros projets, en chaleur ou cogénération, de plusieurs MW, nécessitant des milliers de tonnes de bois, sur un bassin de centaines de kilomètres. Sur ce type d’installations, le bois est en concurrence directe avec les énergies fossiles de masse, et doit subir des efforts financiers importants pour être rentable.
  • La fourniture de petites installations, en zones rurales, de puissances inférieures à 500 kW, se fournissant sur un territoire restreint. Les énergies concurrentes sont bien souvent l’électricité, le propane ou le fuel, qui laissent une marge d’action intéressante.

Dans le premier cas, les volumes sont tels qu’ils permettent à des entrepreneurs de se mécaniser et de structurer une filière spécifique. Des organisations d’envergure nationale se mettent ainsi en place pour répondre à la demande, en mutualisant des bois d’origines diverses. Critères d’aides faisant, ces organisations doivent néanmoins garantir un minimum de 50% de plaquettes d’origine forestière. Les objectifs de compétitivité sont ici tels, que même avec une possibilité de mix-produits, les fournisseurs doivent s’orienter vers des chantiers forestiers mécanisables, c’est à dire les plus faciles (type de peuplements, topographie, accessibilité, foncier).

Dans le second cas, il est clair que les volumes ne permettent pas à une entreprise de développer facilement son chiffre d’affaire. Ces petits volumes permettent cependant à des structures locales de saisir l’opportunité de proximité d’une chaufferie pour apporter des compléments d’activités, recréer ou maintenir des emplois locaux en zones rurales, de travailler des petites parcelles, et, par des mutualisations d’opérations, de bénéficier de la venue d’appareils spécifiques tel que les broyeurs. Le coût des énergies concurrente permet de positionner le prix de vente de la plaquette forestière autour de 32€/MWh livré, soit bien au delà des tarifs d’achat des grosses installations….

pour lire la suite, consulter le Magazine Bioénergie International n°21 novembre 2012.

Informations de contact de Noremat

logo Noremat
Dynapôle Ludres-Fléville
166 rue Ampère - BP 60093
F-54714 Ludres Cedex
+33 383 25 69 60
@ www.noremat.fr g.laurent@noremat.fr
Noremat est cité aussi dans ces articles :
  • Caractéristiques des herbes de bord de route pour la méthanisation
  • Chantier de déchiquetage de bois Sabelor avec Valormax DM80-120 et Xerion 3800
  • Le méthaniseur de la ferme bio de Pigerolles dynamise l’emploi montagnard
  • L’avis des Ets Chayriguès sur le camion de déchiquetage de bois Cobra Noremat
  • La déchiqueteuse de bois Valormax D56-120 de l’entreprise normande AGB
  • Tyron, le broyeur lent birotor polyvalent de Noremat
  • L’élagage au lamier, solution propre qui permet la valorisation en bois-énergie
  • Noremat récompensé pour son fauchage de bord de route à vocation énergétique
  • Quatre déchiqueteuses de bois-énergie Noremat chez Fréon élagage
  • 5 avril 2019, valoriser les cendres de bois et les déchets verts – Démonstrations
  • Tous les articles mentionnant Noremat