Palazzetti conforte sa position en France

Article paru dans le magazine Bioénergie International n°15- Septembre-Octobre 2011

Avec sa politique actuelle de poêles étanches, le fabricant italien de poêles et cheminées à bois est en train de conforter solidement sa position de premier constructeur sur le marché français des poêles à granulés. En effet, sur les 35 000 appareils vendus en France en 2010, 7 000 étaient des Palazzetti, soit 20% d’un marché pourtant partagé entre une centaine de marques européennes et nord-américaines. Comment ce constructeur totalement inconnu du marché français il y a moins de 10 ans, en est-il arrivé à cette position ? C’est la chose que nous avons essayé de comprendre lors d’un entretien avec Hervé MICONI, en charge du développement France de la marque .

Frédéric Douard : Hervé MICONI, que faisait la société Palazzetti avant de s’implanter en France ?

Hervé Miconi, photo Frédéric Douard

Hervé MICONI : Lelio Palazzetti, le fondateur, était marbrier dans la région de Venise, à partirde 1954 il a fabriqué des plinthes, des habillages de cheminées, et des produits spéciaux en ciment. Dès 1972, il s’est spécialisé dans les cheminées et barbecues préfabriqués en ciment. Après 1974 et le premier choc pétrolier, sa société a commencé à travailler l’aspect efficacité des foyers. Palazzetti lance dès 1994 sa propre gamme de poêles à granulé (Inventés dix ans auparavant aux États-Unis) en redessinant les poêles à l’italienne, tel qu’on les connait aujourd’hui, alors que les poêles nord-américains de cette époque ressemblaient encore à des « téléviseurs des années 50 ». Palazzetti propose aujourd’hui une collection qui est sans doute la gamme de poêles à granulés la plus large d’Europe avec plus de 70 modèles.

Depuis quand avez-vous intégré l’entreprise ?

Ma collaboration avec Palazzetti remonte à avril 2002. Thermicien, je viens du monde de l’énergie, mais je ne découvre les granulés qu’à cette occasion, et au départ, je doutais même du produit. C’est après avoir rencontré Giovanni TRENTIN, le responsable exportation de la marque, que je me suis laissé tenté par l’aventure. Agent Nord-Est France, en 2002 j’ai vendu 44 poêles à granulés exactement.

De 44 à 7 000 appareils par an, en 9 ans, quelle a été la recette ?

Tout d’abord, je me suis énormément investi, car ne vend bien que celui qui connaît bien. Ma première apparition publique avec la casquette Palazzetti remonte au salon BOIS ENERGIE 2002, organisé par l’ITEBE à Lons-le-Saunier, quelques jours après mon embauche.

Dès lors je n’ai cessé de faire avancer le marché de ce produit. De 2004 à 2007, j’ai présidé le French Pellet Club au sein de l’ITEBE, en février 2005 nous avons intégré Flamme Verte et le SER (Syndicat des Energies Renouvelables). Nous avons été la première entreprise étrangère à intégrer Flamme Verte, et nous avons été suivi quelques mois après par Jøtul et Tulikivi. En 2005, je me suis battu pour le crédit d’impôt, j’ai rencontré les politiques, j’ai travaillé sur la future norme EN 14785 : j’ai poussé partout où ça bloquait ! …

…. lire la suite sur le site du magazine Chauffage Bois Aujourd’hui

1 réponse
  1. 7 février 2014

    […] Palazzetti conforte sa position en France […]

Palazzetti est cité aussi dans ces articles :
  • Palazzetti lance une gamme de cheminées sur mesure : « Les Foyers »
  • Le printemps, le bon moment pour se réapprovisionner en bois de chauffage
  • Adagio, le poêle à granulé des habitats à basse énergie
  • O2 RING, le filtre à particules Palazzetti pour chauffages à bois
  • Bioénergie International n°15 – Août-Sept.-Oct. 2011
  • Tous les articles mentionnant Palazzetti