Cogénération par gazéification de peuplier en Espagne

Peuplier guité, photo Frédéric Douard

Un groupe de scientifiques de l’université de León va créer une usine de biomasse forestière afin d’expérimenter la production d’énergie électrique à partir de résidus forestiers des alentours de Astorga (Castille-et-Léon). José Luis Falagán, coordinateur du projet, explique que ce projet est innovant car il n’utilise pas le système conventionnel de la centrale thermique pour produire de l’électricité mais celui de la gazéification de la biomasse pour obtenir un gaz « pauvre » brûlé par un moteur. Combiné à un alternateur, le système peut produire de l’énergie.

L’expérience débutera par l’optimisation de la production d’une culture énergétique, à savoir le peuplier. Cette matière forestière sera fournie par Biomasa Castilla y Oleón, une entreprise semi-publique. Le peuplier est un arbre qui permet une production rapide de bois sur des cycles de trois à cinq ans.

La décomposition de cette biomasse dans une atmosphère pauvre en oxygène produit un gaz combustible peu calorique encore appelé « gaz pauvre ». Ce gaz peut être stocké dans un gazéificateur afin d’être nettoyé. A l’issu de ce processus d’épuration, le gaz pauvre peut être utilisé dans des turbines à gaz ou dans un moteur de combustion interne. Il est possible d’accoupler un générateur à ces deux systèmes thermiques pour produire de l’électricité. Cette technologie connue depuis la seconde guerre mondiale, a été optimisée ces dernières années.

Un budget de six millions d’euros est prévu pour que l’usine voit le jour dans une ville voisine d’Astorga. Les responsables du projet prévoient de commencer la production d’électricité au printemps 2011, et pensent amortir l’investissement grâce aux primes prévues par la loi et la vente d’électricité à Union Fenosa, l’entreprise en charge de la distribution d’énergie dans cette zone. A plein régime, l’usine pourra produire 14.000 MWh, ce qui est suffisant pour couvrir les besoins d’une ville de 10.000 habitants sur une année.

En dehors de l’activité de production d’énergie, l’usine sera convertie en espace ouvert au public, et visitable par des centres éducatifs.

Origine : BE Espagne numéro 99 (23/11/2010) – ADIT

2 réponses
  1. Merci pour avoir repéré la coquille !
    Sur le reste, j’ajouterais juste que les bois captent effectivement du CO2, sauf jusqu’à leur mort, mais si on ne les utilise pas, tout ce CO2 capté est relargué dans l’atmosphère en pure perte via le processus de pourrissement. DONC, faire de l’électricité pure à partir du bois n’est certainement pas la méthode la plus efficace pour valoriser ce carbone, mais il faut quand même le récupérer avant que les arbres ne meurent .. ce qui est assez rapide pour les peupliers. Le chauffage moderne ou la cogénération sont des usages énergétiques efficaces pour la substitution de carbone fossile par du carbone renouvelable.

  2. huguet dit :

    attention:14000mwh ce doit etre la production annuelle! et non par heure
    ceci dit ce projet me semble une fois de plus considerer que bruler des arbres pour faire de l’electricite est bien alors que les arbres absorbent le CO2 et de plus en plus en vieillissant
    ces projets comme celui d’EON ne tiennent la route que pour des raisons financieres