Safran et Engie investissent dans le carburant aéronautique neutre en carbone

Safran et Engie investissent dans la production de carburant aéronautique neutre en carbone

Module Power-to-Liquid en Allemagne, photo Ineratec

Safran, industriel de la propulsion aéronautique, au travers de son fonds Safran Corporate Ventures dédié aux jeunes sociétés technologiques, et ENGIE New Ventures, la filiale capital-risque d’ENGIE dédiée aux startups innovantes accélérant la transition énergétique, ont investi aux côtés d’autres partenaires – HTGF, MPC Capital, Extantia, Planet A et FO Holding – dans Ineratec, une jeune entreprise allemande qui propose des technologies de développement et de production de carburants synthétiques neutres en carbone, pouvant se substituer aux carburants d’origine fossile.

e-carburant, photo Ineratec

Ineratec propose en effet des unités de production modulaires qui transforment l’hydrogène vert issu de l’électricité renouvelable et le CO2 issu de la biomasse (biogaz notamment) ou capturé, en carburants neutres en carbone, comme l’e-méthane, l’e-diesel, ou l’e-kérosène. Basée à Karlsruhe en Allemagne, Ineratec a déjà déployé 13 modules pilotes de production d’e-carburants pour différentes applications et a inauguré un premier module dédié au carburant aérien durable en Basse Saxe. Aujourd’hui, Ineratec souhaite financer un projet d’usine pilote à Francfort capable de produire 3 500 tonnes de carburant par an, dont du carburant aérien de synthèse qui fournirait directement l’aéroport. Ce projet a pour but d’atteindre une puissance de l’ordre de 10 MW en 2023.

Cet investissement de Safran s’inscrit dans sa feuille de route stratégique vers une aviation décarbonée et permettra au Groupe de travailler sur les différentes technologies de carburants aériens durables (SAF) incorporables dès aujourd’hui à hauteur de 50%, et de 100% dans les moteurs ultra-optimisés de future génération.

Frédéric Douard

1 réponse
  1. Michel Delmas dit :

    Intéressant certes mais compliqué et couteux. La disponibilité d’hydrogène vert surtout par électrolyse du fait des demandes de toutes sortes est aléatoire comme celle du CO2 issu de biométhanisation largement subventionné . Nous offrons une alternative bien plus simple, sans subvention, sur un même site via la technologie de raffinage Leebio de BioEB que nous développons. Les détails sont décrits sur notre site web