Premier vol international alimenté par un carburant aéronautique renouvelable à plus de 97%

L’avion VAN RV-8 qui a relié Sarrebruck et Reims le 15 juin 2021 avec 97% de biocarburant, photo Global Bioénergies

Global Bioenergies, société française qui développe des substituts aux dérivés pétroliers à partir de ressources renouvelables, et Swift Fuel GmbH, spécialiste des carburants verts pour avions, ont organisé le 15 juin 2021 le premier vol international alimenté par un carburant renouvelable à plus de 97%. Un avion VAN RV-8 est parti de Sarrebruck en Allemagne et a atterri à l’aéroport de Reims.

Composée à plus de 97% de biocarburant, l’essence d’aviation utilisée pour ce vol constitue une alternative écologique au carburant 100LL, habituellement commercialisé pour les avions à moteur à pistons. Cette réussite technologique constitue la première étape vers un marché de l’essence d’aviation biosourcée. L’Avgas (diminutif de « aviation gasoline ») ou essence d’aviation, utilisée pour avions à moteur à pistons, représente un marché de 100 millions de litres par an en Europe et de 900 millions de litres aux Etats-Unis soit un milliard de litres sur ces deux marchés seulement. L’essence développée par Swift Fuel pour ce vol, mélange  d’isooctane et d’ETBE, est sans plomb et contient plus de 97% de composés d’origine végétale produits par Global Bioenergies, Dans le cas de ce vol, l’essence a été produite à partir de betteraves et de bois.

Les composants renouvelables fournis par Global Bioenergies pour formuler l’essence de l’avion

Une essence d’aviation biosourcée, fruit de plus de dix ans de R&D

Global Bioenergies a dévéloppé depuis 2008 un procédé unique pour convertir par fermentationgrâce à une bactérie modifiée, des matières premières organiques (betteraves, pailles, canne, bois) en bio-isobutène, une molécule plateforme qui peut se substituer à l’isobutène d’origine fossile. En 2014, en association avec ARD, la société a installé un pilote industriel au coeur du complexe agro-industriel de Bazancourt-Pomacle, à proximité de Reims, qui réunit des leaders de la transformation agricole, tels que Cristal Union et ADM. Puis en 2017, elle a inauguré un démonstrateur industriel dix fois plus grand sur le site de la raffinerie de Leuna en Allemagne et a récemment communiqué sur la mise en place d’une unité de production, basée à Bazancourt-Pomacle et actuellement en phase de construction.

Fermenteur industriel Global Bioenergies

Swift Fuel, pour sa part, développe depuis 2011 des carburants d’aviation respectueux de l’environnement avec pour principal objectif des alternatives sans plomb au 100LL couramment utilisé. C’est ainsi que la société a commercialisé l’UL 94 il y a cinq ans sur le marché américain, la première essence d’aviation sans plomb pour la majorité des avions. Consécutivement, Swift a mené des recherches sur le 100R, un carburant sans plomb qui peut être utilisé par l’ensemble de la flotte et dont la teneur en carburant renouvelable est d’au moins 10 %. La certification par la FAA, puis par d’autres autorités aéronautiques dans le monde, est en cours…

Le Grand Reims, un pôle renommé en matière de bioraffinerie

Le Grand Reims est devenu ces dernières années un pôle d’excellence de renommée mondiale en matière de bioraffinerie (transformation alimentaire, production de biocarburants, d’énergie, d’actifs cosmétiques, tensioactifs etc.). La région Grand Est a fait de la bioéconomie une priorité du développement économique et durable dans ses territoires. Elle vient d’adopter un contrat de filière pour le développement durable des biocarburants en région Grand Est, signé avec 44 acteurs de la filière, afin de devenir le leader européen de la production de biocarburants durables. L’enjeu est de doubler la part de biocarburants durables dans le mix énergétique régional pour la mobilité d’ici trois à cinq ans, notamment pour les véhicules légers, lourds, ferroviaires, fluviaux et aériens.

Aujourd’hui, la région compte six sites de production de bioéthanol et de biodiésel, 39 sites de méthanisation en injection dans le réseau et prévoit d’avoir 30 stations d’hydrogène d’ici 2030. Un siècle après le premier vol de ville à ville par le pionnier Henri Farman qui atterrissait déjà à Reims, les initiatives se multiplient en matière de biocarburants aéronautiques durables.

Frédéric Douard

1 réponse
  1. Henri Dou dit :

    Compléter par:
    isooctane est destiné à augmenter l’indice d’octane d’un carburant, ce qui est réalisé dans les fuels classiques par le plomb tetra-éthyle par exemple. Ceci permet d’augmenter la résistance aux cliquetis. (knock resistance).
    ETBE ethyl tert-butyl ether indiquer le nom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *