Saint-Barthélemy augmente la capacité de son unité de valorisation énergétique des déchets

Débarquement du nouveau four oscillant dans le port de Gustavia, photo Jeanne Le Menn

Dans la collectivité territoriale française de Saint-Barthélemy, le traitement des déchets de l’île est réalisé dans une chaufferie exploitée par Ouanalao Environnement, filiale de Dalkia Wastenergy. Il y a quelques jours, l’entreprise a réceptionné un second four de valorisation énergétique. Cette opération s’inscrit dans le cadre de l’extension du site, qui augmentera sa capacité de traitement de 50%. Après 7 300 km de traversée maritime en provenance de métropole, le nouveau four du site de propreté de Saint-Barthélemy a été débarqué dans le port de Gustavia en ce mois de juin 2021.

« Fabriqué en Normandie par le Groupe Lemarchand, le four de 8 mètres par 3 et 15,2 tonnes a quitté le port du Havre en mai, transporté sur un porte-conteneurs. C’est une opération de taille, car à mon sens, ce n’est que la deuxième fois qu’une cellule est acheminée par bateau sur une telle distance », explique Fred Questel, Dirigeant de Ouanalao Environnement.

Ces travaux d’installation viennent en réponse à l’augmentation des flux de déchets qui a été record ces dernières années due notamment à une hausse de la fréquentation de l’île. Le site de propreté s’était doté d’une première unité de valorisation énergétique des déchets, mise en place en 2001. Dans une logique d’économie circulaire, la valorisation énergétique permet de donner une seconde vie à l’ensemble des déchets ménagers et assimilés de l’île : la production d’énergie renouvelable sous forme de vapeur permet alors d’alimenter l’usine de dessalement d’eau de mer voisine. Au total, 1 000 tonnes de matériel seront nécessaires aux travaux qui seront conduits par une trentaine d’hommes.

Arrivée du nouveau four oscillant sur le site de l’UVE de Saint-Barthélémy, photo Saint-Barth Flycam

« Le contexte insulaire et le manque d’espace sur l’île de Saint-Barthélemy rendent la situation très spécifique d’un point de vue logistique. En effet, le matériel doit être transporté au compte-gouttes, faute d’espace de stockage », conclut Fred Questel.

La nouvelle ligne de traitement de déchets dont les opérations d’installation ont débuté en juillet 2020 sera mise en service début 2022.

En 2020, la moitié des 20 000 tonnes de déchets réceptionnés par le site de propreté de l’île de Saint-Barthélemy a été recyclée ou valorisée localement, sous forme de compost ou d’énergie. Dans une logique d’économie circulaire, cette seconde vie donnée aux déchets est un pas conséquent vers l’autonomie énergétique de Saint-Barthélemy : la valorisation de plus de 9 000 tonnes de déchets sous forme de vapeur alimente l’usine de dessalement d’eau de mer, et a permis de produire un tiers de l’eau potable de l’île.

Frédéric Douard

Lire également : Saint-Barthélemy modernise son unité de valorisation énergétique pour la production d’eau potable