Substituer les combustibles fossiles par des biomasses agricoles

Article paru dans le Bioénergie International n°62 de l’été 2019

Récolte de miscanthus en fin d’hiver, photo Frédéric Douard

À l’heure de la relecture du projet de loi énergie et climat mais aussi de la finalisation des derniers Schémas Régionaux Biomasse on peut s’interroger sur la place des agrocombustibles dans la planification énergétique. Le projet AgroBioHeat, financé par Horizon 2020 et animé en France par l’association AILE basée à Rennes, pourra apporter un éclairage sur les possibilités de développement des agro-combustibles pour soutenir la transition énergétique. Il tentera, par un regard technique (rendements, émissions de combustion, gestion des cendres et maintenance associée) et une approche de la filière, de proposer un rapprochement et un échange entre les acteurs (producteurs, utilisateurs, apporteurs de solutions) pour mettre en avant des retours d’expériences provenant de toute la France.

Combustion de miscanthus, photo Frédéric Douard

La substitution des combustibles fossiles par des biomasses agricoles pourrait être une option très prometteuse pour décarboner du secteur du chauffage, en particulier dans les zones rurales. AgroBioHeat, un nouveau projet de l’UE financé par Horizon 2020, vise à établir un cadre pour surmonter les obstacles et soutenir l’adoption par le marché du chauffage des agrocombustibles.

Contexte général

Le secteur du chauffage est souvent négligé dans les efforts globaux de l’UE pour décarboner son économie ; cependant, il représente 51 % de la consommation finale d’énergie, contribue à environ 27 % des émissions de carbone de l’UE et encore plus de 80 % de la consommation du secteur est basée sur des sources non renouvelables. La bioénergie est de loin le premier contributeur d’énergie renouvelable (88 %) dans le secteur du chauffage. La réalisation des objectifs de l’UE 2030 en matière d’énergies renouvelables et de réduction des émissions signifie que des efforts supplémentaires doivent être consacrés pour décarboner le secteur du chauffage.

Les zones rurales sont aussi souvent négligées dans la transition énergétique. Pourtant, elles sont idéales pour développer des solutions de chauffage renouvelables basées sur les biomasses agricoles. L’agrocombustible sous ses différentes formes (paille, taille de verger, vigne ou bocage, résidus agro-industriels tels que noyaux de fruits et coques de noix, cultures énergétiques, etc.) peut être abondant dans les zones rurales, assurant à la fois un approvisionnement adéquat en combustible et des chaînes d’approvisionnement courtes qui créent des conditions favorables à la viabilité économique et environnementale. L’utilisation énergétique de cette biomasse peut également avoir un impact social positif, en particulier la création d’emplois locaux. Enfin, d’un point de vue technologique, il existe des solutions de chauffage modernes qui peuvent utiliser de la biomasse agricole à faibles émissions et à haut rendement.

Malgré ces avantages, l’adoption par le marché du chauffage de la biomasse agricole est lente pour diverses raisons : connaissance limitée des options technologiques, perception de la biomasse agricole comme un combustible difficile à utiliser, difficultés à faire correspondre l’offre et la demande et manque de vision claire et de soutien des décideurs. Il existe des cas réussis, mais ils ont une visibilité limitée et sont rarement connus en dehors de leur zone d’opération.

Le projet AgroBioHeat

Chaudière à miscanthus Heizomat à l’abbaye d’Ourscamp, photo Frédéric Douard

Le projet AgroBioHeat a été conçu comme une boîte à outils pour surmonter ces obstacles et créer un cadre favorable au déploiement à grande échelle de solutions de chauffage agrocombustible. La plupart des activités du projet visant à promouvoir le chauffage de la biomasse agricole seront mises en œuvre dans six pays de diffusion : Croatie, Espagne, France, Grèce, Roumanie et Ukraine.

Certaines des activités les plus importantes à entreprendre lors du projet AgroBioHeat sont : l’engagement des acteurs locaux et l’accompagnement de huit initiatives phares de chauffage utilisant de la biomasse agricole dans les pays du programme, la promotion et la visibilité des cas réussis et des actions de sensibilisation, notamment une exposition dans des salons adaptés, des visites d’installations et des formations. Sur le plan politique en particulier, le projet permettra d’élaborer des recommandations pour les politiques nationales et a également l’intention de proposer des limites d’émission pour les chaudières agrocombustibles. Ce travail se fera sur la base de plusieurs campagnes d’essais dans les laboratoires des partenaires ou dans des chaufferies en fonctionnement et visera à proposer une révision du règlement sur l’écoconception de ces équipements.

Le consortium du projet comprend treize partenaires de neuf pays européens ayant une vaste gamme de compétences et d’expériences, allant d’associations et clusters en énergies renouvelables ou agricoles, en passant par les partenaires techniques spécialisés dans les domaines de la biomasse et de la bioénergie et en sciences sociales et enfin, une entreprise fournissant des solutions de chauffage (installation et exploitation) à base de biomasse. Les partenaires sont : Centre for Research and Technology Hellas – CERTH (Grèce) – coordinateur du projet, Fundación CIRCE (Espagne), Association espagnole de la biomasse – AVEBIOM (Espagne), BIOS Bioenergiesysteme (Autriche), Agro Business Park (Danemark), Bioenergy Europe (Belgique), Green Energy Co-erative – ZEZ (Croatie), Green Energy Innovative Biomass Cluster (Roumanie), INASO-PASEGES (Grèce), Bioenergy Association of Ukraine – UABio (Ukraine), White Research (Belgique), Agronergy (France) et Association Initiatives Locales Energie et Environnement – AILE (France).

Agropellets, photo Frédéric Douard

Le consortium AgroBioHeat a déjà tenu sa réunion de lancement les 15 et 16 janvier 2019 à Thessalonique, en Grèce. Des représentants de toutes les organisations participantes ont assisté à la réunion qui a jeté les bases du lancement de plusieurs activités de projet visant à avoir un impact positif sur le déploiement de solutions de chauffage à base de biomasse agricole. En outre, les partenaires du projet ont eu l’occasion de visiter un cas concret de chauffage utilisant des agrocombustibles en Grèce : le Centre horticole Imathia d’AGRIS Horticulture. La pépinière de trois hectares de l’entreprise est chauffée presque exclusivement à l’aide de pellets de tourteaux de tournesol, ce qui permet de réaliser des économies importantes (20 à 30 %) par rapport au fioul lourd.

Coordonnées et autres informations

Le projet AgroBioHeat a commencé le 1er janvier 2019 et durera trois ans. Ce projet est financé par le programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union européenne en vertu de l’accord de subvention N° 818369.

Personne à contacter : AILE – Jacques Bernard – jacques.bernard@aile.asso.fr / +33 299 546 323 – www.aile.asso.fragrobioheat.eu

Informations de contact de Aile

logo AILE
73, rue de Saint-Brieuc
CS 56520
F-35065 RENNES Cedex
+33 299 54 63 23
@ www.aile.asso.fr info@aile.asso.fr
Aile est cité aussi dans ces articles :
  • 8 décembre 2020, optimisation du fonctionnement des chaufferies bois
  • 4 décembre 2020, sols vivants et bioénergie, la synergie est possible !
  • Une boîte à outils et des formations pour les opérateurs de chaufferies collectives à bois
  • Êtes-vous satisfait du fonctionnement de votre chaufferie collective à bois ?
  • Optiwood : optimiser le fonctionnement des petites chaufferies à bois
  • Caractéristiques des herbes de bord de route pour la méthanisation
  • Bilan technico-économique de neuf sites de méthanisation en cogénération
  • Bilan de fonctionnement de 61 unités de méthanisation bretonnes en 2018
  • La méthanisation valorise et préserve la matière organique pour les sols : le film
  • Nantes : rencontres interrégionales du biométhane le 16 novembre 2018
  • Tous les articles mentionnant Aile