Île Maurice : essais de groupe électrogène à l’huile de coco

Le Mauritius Research Council (MRC) en collaboration avec l’Outer Islands Development Corporation (OIDC) entame la deuxième phase du projet d’utilisation de l’huile de coco et de l’huile végétale usagée comme carburants de substitution au diesel.

Le projet, qui sera lancé le 2 septembre 2010, consiste à tester l’efficacité de l’huile de coco et de l’huile de friture, comparativement au diesel, sur un générateur de 60 kVA de la Central Water Authority (CWA) à la station de pompage d’Ebène.

Dans le cadre de cet exercice, le générateur sera programmé pour fonctionner à l’huile de coco, à l’huile de friture et au diesel et les performances de ces différents carburants seront comparées. Cette étude de faisabilité s’échelonnera sur sept semaines et a pour objectif principal d’analyser les avantages découlant de l’utilisation de l’huile de coco et l’huile de friture comme carburants de substitution au diesel. Le générateur tournera pendant une semaine au diesel suivi de deux semaines à l’huile de coco, puis d’une autre semaine au diesel et ensuite de deux semaines à l’huile de friture usagée et finalement une semaine au diesel.

Ces carburants alternatifs feront également l’objet d’études par l’Université de Maurice qui mesurera le taux d’émission de carbone qu’ils dégagent en comparaison avec le diesel afin de déterminer s’ils sont plus écologiques. Le ministère des Infrastructures publiques, de la National Development Unit, du Transport intérieur et de la Marine évaluera quant à lui les aspects liés à l’usure du moteur et à la composition des gaz d’échappement. Des séances de formation seront aussi dispensées aux cadres techniques du Mauritius Institute of Training and Development sur la conversion et la maintenance des moteurs des générateurs tournant à l’huile de coco et l’huile de friture.

Suite à cette démonstration, le MRC et l’OIDC effectueront une étude à Agalega basée sur la transformation de l’huile de coco en carburant. Le prototype du générateur modifié sera répliqué sur l’île. Les habitants seront formés pour manier et entretenir le générateur.

L’utilisation de l’huile de coco comporte plusieurs avantages pour Agalega d’autant plus qu’elle est disponible localement. En effet, le cocotier est une des principales matières agricoles d’Agalega qui comprend environ 20 000 cocotiers sur une superficie de 800 hectares soit environ 30 % de la superficie totale de l’île. Chaque année, environ 15 000 litres d’huile de coco sont produits et exportés à Maurice.

La dépendance énergétique constitue l’un des nombreux problèmes de l’île, qui est éloignée des grands marchés. L’utilisation de l’huile de coco comme carburant pour le transport et comme source d’électricité permettra à Agalega de réduire sa consommation de pétrole, économisant ainsi sur sa facture qui ne cesse de grimper. En effet, entre 2000 et 2008, le volume total de diesel importé à Agalega a quadruplé. Par ailleurs, le biocarburant coûterait moins que la moitié du prix du diesel.

L’huile de coco, qui est biodégradable et qui constitue une source d’énergie renouvelable, réduira également les émissions de gaz à effet de serre. Grâce à cette initiative, on estime qu’environ 33 tonnes de dioxyde de carbone de moins seront relâchées dans l’atmosphère.

D’autres avantages comprennent la réduction des risques de déversement lors de l’acheminement de produits pétroliers de Maurice vers Agalega. De plus, la qualité de l’eau souterraine d’Agalega subirait moins de pollution car il y aurait moins de restes de diesel provenant de barils vides.

Utilisation des biocarburants à Maurice et ailleurs

Depuis la première phase du projet entre 2007 et 2008, qui était axée sur l’usage de ces biocarburants pour le transport, les recherches entreprises par le MRC et l’OIDC ont démontré que l’huile de coco est un excellent substitut au diesel. À Maurice, plusieurs restaurateurs, hôtels et hôpitaux ont signifié leur intérêt à utiliser l’huile de coco et l’huile de friture comme carburants pour le transport et pour produire de l’électricité. Quelques hôtels qui ont déjà adopté la technologie rapportent qu’ils ont économisé considérablement sur le diesel.

Depuis la fin des années 90, les multiples usages de l’huile de coco connaissent du succès dans le Pacifique. Nombre de pays tels Vanuatu, les Samoa occidentales et les îles Cook utilisent l’huile de coco comme carburant. Récemment, à Vanuatu, l’huile de coco pure a été utilisée avec succès comme carburant dans des autobus et des automobiles.

Source : www.lemauricien.com le 13 août 2010

1 réponse
  1. Prédest ATTIBA dit :

    Je voudrais des renseignements sur :
    les fabricants de groupe électrogène diésel et à Huile végétale.
    les kits d’adaptation de carburant à huile végétale au groupe diésel.

    Prédest ATTIBA
    + 229 90 04 96 69
    + 229 95 04 96 69