Le réseau de chaleur multi-renouvelable de Boulogne-sur-Mer

La chaufferie de la Liane, photo Ville de Boulogne-sur-Mer

Tirer parti des richesses du territoire : c’est le pari réussi du réseau de chaleur Ecoliane à Boulogne-sur-Mer. Avec ses trois ressources locales : les boues de la station d’épuration de la ville, les eaux usées, le bois, ce réseau chauffe l’équivalent de 6 000 logements. 

Une chaleur à 80% made in Boulogne

La solution mise en œuvre pour la création des deux réseaux de chaleur est innovante dans le principe et dans les techniques qu’elle met en œuvre. Elle repose sur la valorisation combinée de trois ressources locales renouvelables : les boues de la station d’épuration de la ville (chaleur fatale), les eaux usées (pompe à chaleur, PAC), le bois (biomasse).

Au total, en s’appuyant sur ce mix énergétique, la production des deux réseaux de chaleur est de 7, 2 MW répartis de la façon suivante : 4 MW par la chaudière bois, 2 MW par les pompes à chaleur et 1, 2 MW par la récupération de chaleur sur l’incinérateur.

Cela illustre aussi une volonté des acteurs locaux : jouer un rôle déterminant dans la protection de l’environnement et le développement durable du territoire et permettre au plus grand nombre de réaliser des économies significatives.

Un chantier d’extension du réseau parfois hors normes

Pour réaliser l’extension du  réseau de chaleur de 4 km vers le quartier de la Liane, situé de part et d’autre du fleuve, une opération d’envergure a été menée début  2014. L’opération a consisté à déposer sous l’eau un ouvrage préfabriqué de 40 tonnes et 110 mètres de long et contenant les conduites de chauffage, puis de le recouvrir de sédiments pour le protéger et garantir son maintien en place.

> En savoir plus sur le réseau de chaleur Ecoliane

Frédéric Douard