L’ED95, un carburant à base d’éthanol pour bus et poids lourds

Opération ED95 Camion  chez le transporteur STAF à Villeneuve-le-Roi, photo copyright © Scania CV AB.

Opération ED95 Camion chez le transporteur STAF à Villeneuve-le-Roi, photo copyright © Scania CV AB.

Début 2016 en France, une nouvelle solution propre destinée aux bus et poids lourds a fait son apparition : contenant 95% de bioéthanol, l’ED95 est destiné à des moteurs à allumage par compression modifiés qui ne peuvent fonctionner qu’avec ce carburant. Le 22 décembre 2016, l’Assemblée nationale a adopté, en lecture définitive, le Projet de Loi de Finances Rectificative 2016. Ce texte établit un régime fiscal pour le nouveau carburant ED95 destiné aux flottes captives de bus et poids lourds.

L’amendement gouvernemental intégré au PLFR 2016 par l’Assemblée nationale définit un régime fiscal pour ce carburant : dès 2017, l’ED95 aura une taxation (TICPE) spécifique et pourra contribuer, grâce à son intégration au dispositif de la TGAP de l’essence, aux objectifs français d’énergies renouvelables dans les transports. Cela offre ainsi une nouvelle solution « carburant renouvelable et durable » aux professionnels des transports en commun et du transport de marchandises. De plus, ces derniers pourront appliquer un suramortissement fiscal de 40% pour les matériels fonctionnant à l’ED95 achetés en 2017.

Les 3 carburants phares de la filière bioéthanol : des solutions immédiates, accessibles et durables

1 – Le SP95-E10 : un plus économique et écologique pour les Français

Le SP95-E10, l’essence contenant jusqu’à 10% de bioéthanol, est vendu environ 4 à 5 centimes* moins cher que le SP95 dans une même station et encore davantage par rapport au SP98.

Ainsi, un plein de 50 litres d’essence SP95-E10, permet d’économiser près de 1,50 euros soit environ 70 €** sur l’année.

En plus de ses avantages économiques, le SP95-E10 est disponible dans plus de 5300 stations, plus d’une sur deux.

Il est compatible avec 95% des véhicules essence en circulation.

* Source www.prix-carburants.gouv.fr le 24/10/2016/ ** pour un plein de 50 litres par semaine.

2 – Le Superéthanol E85 : pour rouler plus vert et moins cher !

Le Superéthanol-E85 est vendu en moyenne 0,69€ *par litre, soit un gain net de 30 à 40 centimes par rapport au SP95 compte tenu de leurs consommations respectives au kilomètre.

Plus concrètement, sur une année, cela correspond à une économie moyenne de 400 euros.

Distribué dans plus de 850 stations-service en France (Facilement localisables grâce à l’Appli « Mes stations E85 »), leSuperéthanol E85 est utilisé dans les véhicules à technologie flex-fuel qui fonctionnent avec toute les essences dans le même réservoir.

* Source www.prix-carburants.gouv.fr le 24/10/2016

3 – L’ED95 : La nouvelle solution pour les professionnels des transports routiers

Composé à 95 % de bioéthanol et de 5% d’un additif non pétrolier et d’eau, ce carburant est principalement destiné aux autobus et autocars, ainsi qu’au transport de marchandises.

Permettant de réduire de plus de 50% les émissions de CO2 par rapport au gazole et de plus de 70 % les émissions de particules en nombre, l’ED 95 a été utilisé par la Maire de Paris durant la COP21, pour transporter des élus du monde entier dans le « bus pour le climat » construit par Scania.

Le carburant ED95 est autorisé à la mise à la consommation depuis l’arrêté du 19/1/2016. Les caractéristiques de l’ED95 ont été précisées dans l’arrêté du 29/3/2016.

Plus d’informations sur : www.bioethanolcarburant.com

1 réponse
  1. Energie+ dit :

    Il faut être sérieux :

    1) Le rendement de la photosynthèse est dérisoire à peine quelques %

    2) ensuite les étapes de la transformation en agrocarburants font encore baisser le bilan

    3) enfin la combustion dans des moteurs thermiques a un rendement faible

    Bilan général de l’utilisation de l’énergie : très mauvais (sans parler des terres occupées, engrais, eau etc employés) et le tout pour une toujours très forte dépendance énergétique aux énergies fossiles (et aux engrais en quantités limitées, notamment pour le phosphate/phosphore etc) sans évoquer toujours une pollution encore importante.

    Pour les poids lourds notamment il y a des solutions beaucoup plus efficientes, on pense au biogaz, à l’électrique, au mix des 2, à l’électrique direct, à l’H2, mais aussi en particulier aux batteries de flux qui offrent des perspectives intéressantes etc :

    http://www.nanoflowcell.com/technology/

    Donc encore des subventions qui sont très mal orientées vers des lobbies et solutions aux très mauvais bilans énergétique et économique et qui nous font prendre un retard technologique important qu’il faudra encore assumer et combler en important des technologies développées ailleurs.