Potentialités d’utilisation rationnelle de la biomasse dans les PME africaines

Dans le cadre de ses activités à l’international, l’ITEBE (Institut Technique Européen du Bois Énergie, France) participe au projet ENEFIBIO, financé par le programme Coopener de «Énergie Intelligente pour l’Europe». Ce projet est coordonné par le CRA-W (Centre wallon de Recherches agronomiques, Belgique), et mis en œuvre avec l’ITEBE , ERA Cameroun (Cameroun) et ENDA Tiers Monde (Sénégal).

Une des principales actions du projet consiste à réaliser un diagnostic des améliorations possibles au niveau de l’efficacité énergétique et de l’utilisation de bioénergie au sein de différents secteurs de PME, menant à la définition de secteurs et d’actions prioritaires.

Au Cameroun, la biomasse est largement disponible et très peu valorisée. Les scieries et les menuiseries sont intéressantes pour le développement des projets (séchage au bois, production de bûches de bois densifié et de granulés). Les huileries (huile de palme) de plus de 1000 ha de plantation, les unités de torréfaction de café, et les unités de fumage de poissons pourraient envisager des projets d’amélioration de leurs processus de production d‘énergie.

Au Sénégal, les rizeries industrielles ont des problèmes de gestion de leurs déchets (bale de riz) ; leur fonctionnement est entravé par les coupures d’électricité, et le séchage pourrait leur apporter un surcroît d’activité. La valorisation énergétique de la balle de riz par cogénération est envisageable. Les fermes bovines et avicoles sont en pleine expansion et pourraient faire de la méthanisation. Les boulangeries en milieu rural et les unités de séchage de poissons sont très intéressantes en terme d’amélioration de processus et de recherche de combustibles de substitution.

Neuf fiches techniques présentent les aspects techniques et économiques de l’utilisation de la biomasse énergie dans les PME des secteurs considérés.

>> Au Sénégal

>> Au Cameroun

Lamine BADJI

Article paru dans le Bioénergie International d’avril 2007.

5 réponses

  1. Tahiana dit :

    Nous avons un projet de production d’électricité par gazéification de balle de riz.
    Nous avons une question importante qui est de savoir la masse volumique moyenne de la balle de riz pour le besoin de notre étude.
    Ce serait aimable si quelqu’un pourrait y répondre.
    merci d’avance.

  2. PIERRE dit :

    Nous avons une scierie en Nouvelle Caledonie et nous recherchons la possibilité de produire du courant avec nos déchets de bois. Pouvez-vous me mettre en contact avec des fabricants de ce type de matériel.
    merci
    Pierre

  3. Economou Georges dit :

    J ai une societe de produits agricoles disposants une rizerie d une production de<3 t de riz blanc /h et de <2,5t/h de balle de riz.
    Actuellement nous avons de problemes d evacuation pour cette biomase et en meme temps nous avons bisoin de 350kva d electricite pour nos bisoins, que nous produisons, actuellement par group electrogene Diesel, en plus la populetion locale de notre ville a bisoin, aussi, de 400kva car il n y a pas de regie qui produit l electricite>
    Nous somes instales a Bumba province de l equateur en Rep. Dem. du Congo et nous somes fort interesse par une unite de transformation de la biomase en energie electrique tant pour nos bisoins industrielles que pour la population de notre ville.
    Remerciements.
    Economou Georges

  4. aeg01 dit :

    Bonjour,

    Une question et une proposition:

    D’abord, est-ce que les matières premières disponibles au Cameroun et au Sénégal (balles de riz, etc…) peuvent être utilisées pour la fabrication de « granules (pellets) »?
    Si oui, nous pouvons vous proposer des unités de production (type clé sur porte) de pellets.

    Nos salutations,

  5. weladji Jean philippe dit :

    mon cabinet d’ingenieurie travail sur la valorisation energetique de la biomasse au cameroun depuis pres de 5 ans et aimerais avoir votre contact pour une possible coolaboration