Chauffage domestique au bois en France, des progrès dans l’air

Une vidéo de l’ADEME réalisée en 2010 pour présenter les actions qu’elle soutient en matière de recherche et développement de technologies propres dans le secteur du chauffage domestique au bois et en particulier à bûches, un secteur fortement représenté chez les constructeurs français d’appareil de chauffage à bois.

Deux projets établis sur des partenariats public-privé et sélectionnés en 2008 y sont présentés : un porté par le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) et un second, Perenn’Bois, porté par l’INERIS (l’Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques).

Et l’enjeu de la modernisation du secteur chauffage domestique au bois en France est fondamental pour les engagements de la France à 2020 (Objectif de 23% de consommation d’énergies renouvelables) car il est le secteur de consommation d’énergie renouvelable le plus important du pays avec plus de 7 millions de tonnes équivalent pétroles consommées chaque année.

La loi Grenelle II a d’ailleurs chiffré le nombre d’appareils de chauffage domestique à bois nouveaux et modernes à mettre en place d’ici à 2020 : 6 millions, soit 3 millions en conversion d’installations dans l’habitat ancien et 3 millions à installer dans l’habitat neuf.

Frédéric Douard

2 réponses

  1. ROBUCHON Benjamin dit :

    Bonjour,
    Depuis déjà plusieurs décennies, il est admis que les voitures polluent, que la fumée de cigarette est nocive à la santé….
    Malheureusement, peu d’entre nous savent que l’impact délétère de la circulation automobile sur l’homme, n’est rien à côté des dangers auxquels s’exposent les gens avec le chauffage au bois.
    En effet, bon nombre d’entre nous sont exposés à des taux anormalement élevés de polluants atmosphériques en raison des rejets des cheminées domestiques.
    Ce sont donc les feux (feux de jardin, feux de cheminées, chauffage au bois….) qui polluent le plus et sont hautement cancérigènes.
    L’étude européenne CARBOSOL dirigée par le Professeur M. Legrand de Grenoble (CNRS) révèle la gravité du problème. A titre d’illustration, l’étude CARBOSOL indique que « la combustion de 1 kg de bois de cheminée pollue autant que la combustion d’une tonne de diesel pour automobiles » !
    Il est reconnu que le chauffage au bois est toxique, extrêmement polluant et fortement nocif à la santé.
    Les habitants se chauffent au bois sans se soucier de la pollution que cela entraîne, et cette pollution est bien pire que la fumée de cigarette.
    Un feu de cheminée rejette dans l’air des particules mutagènes, cancérigènes et hautement toxiques, mais cela passe inaperçu car, dans l’esprit des gens, un feu de cheminée est sain !
    Or, il n’en n’est rien.
    Des chercheurs ont ainsi établi qu’en hiver, 50 à 70% de la masse des aérosols carbonés provient de la combustion de biomasse (feux de cheminées, feux de jardin), ceci partout en Europe et aussi bien pour les masses d’air étudiées près du sol qu’en altitude. Les sites de mesure allaient en effet de la côte portugaise à la Hongrie, en passant par les observatoires du puy de Dôme (1400 m) et du Mont Blanc (4300 m).
    Nous vivons dans le hameau d’un petit village de montagne dans les Hautes-Pyrénées… et contre toute attente, c’est l’enfer pour nos poumons !
    En effet, bien qu’éloignés des axes routiers et des grandes villes, la qualité de l’air devient horrible dès l’arrivée des premiers froids, ceci en raison des feux de cheminées.
    Nous subissons des journées de pollution durant lesquelles nous ne pouvons pas aérer la maison, ni sortir faire une promenade (si nous sortons à l’extérieur, nos vêtements sont imprégnés de l’odeur âcre des fumées du voisinage).
    Une petite précision : il n’y a pas grande différence entre un foyer ouvert ou fermé (Seule une question de rendement).
    En fait, quelque soit le style de foyer, les rejets toxiques s’échappent directement par le conduit de cheminée !
    Il faut trouver le moyen de faire réagir le gouvernement français.
    Une LOI réglementant l’usage du bois de chauffage, avec pose de FILTRES à PARTICULES sur chaque installation de chauffage au bois devrait être votée d’urgence.
    Une loi Evin pour les fumées de cheminée serait salutaire.
    A titre d’information, certains pays ont réglementé sévèrement la pratique du chauffage au bois (en l’interdisant strictement, ou bien, en exigeant la pose de filtres à particules sur les sorties des cheminées).
    Ces viols respiratoires auxquels bons nombres de citoyens sont exposés risquent de devenir le prochain grand problème de santé publique, d’une ampleur largement plus grande que celui de l’amiante, vu le nombre de personnes exposées.
    En conclusion, réglementer et combattre les fumées de cheminées (comme cela l’a été pour les fumées de cigarettes) devrait être une priorité pour notre gouvernement.

  2. SEUX dit :

    bonjour,
    Si le bilan de la combustion du bois co2 est nul puisqu’il en absorbe quand il croit autant qu’il en rejette quand il brule par contre il est beaucoup plus polluant que les autres énergies fossiles quant aux rejets de particules et aux rejets de composés aromatiques beaucoup plus dangereux pour la santé , et dans quelques années ce ne sera pas le co2 qu’il nous faudra éliminer mais tous les autres rejets dus à la combustion du bois , d’ailleurs aux USA le chauffage au bois est trés surveillé